Comité
   Ecologique
      Ariégeois

Agir pour la protection de la nature

Association agréée pour la protection
      de l'environnement en Ariège

"C’est la beauté de la nature, de la vie, et de l’œuvre de l’Homme dans sa dimension créatrice, qui devra nous inspirer tout au long des voies nouvelles que nous emprunterons." Pierre Rabhi (agriculteur-écrivain-humaniste français)


replier Articles récents

Articles récents

  • Campagne anti-glyphosate : la France entière s’empare de cette (...) 05/12

    Initiée par les Faucheurs Volontaires d’Ariège, la campagne anti-glyphosates fait des émules dans plus d’une cinquantaine de départements français : métropole et outre-mer.

  • Les Gilets jaunes à l’avant-garde, Hulot ringardisé. Agoravox enfonce le (...) 02/12

    Comme André Bellon, le média numérique ajoute : "Stop à l’instrumentalisation politique de l’écologie !"
    On dénonce la violence dans les actions de blocage, mais comment l’exaspération liée au désespoir, pourrait-elle ne pas s’exprimer malheureusement aussi sous cette forme, bien qu’elle soit marginale. Côté gouvernement et président de la République, on réagit en expliquant que l’on entend la détresse, et que l’on veut faire prévaloir le dialogue… Autrement dit, comme pour le « dialogue social », le « cause toujours tu m’intéresses », pour faire, au final, ce que l’on veut. Un président droit dans ses bottes, à défendre l’ultra-libéralisme avec la caution de l’écologie la plus punitive, tout en menaçant de répression ce peuple en jaune, parce qu’il dit stop, ça suffit !

  • Les "gilets jaunes" sont-ils donc contre la défense de l’environnement (...) 02/12

    On ne peut qu’être admiratif devant l’enthousiasme affiché pour l’environnement par les dirigeants... Aussi bien Macron qu’avant lui Hollande ou son ministre Fabius se posent en fanatiques de l’écologie, tellement d’ailleurs qu’ils en définissent eux-mêmes le catéchisme, les prêches et la liturgie. Mais leur credo est finalement simple : quiconque oserait critiquer leur politique serait un abominable destructeur de la planète.
    C’est pour lutter contre la pollution qu’on augmente les taxes, c’est pour préserver l’environnement qu’on lutte contre les « populistes » qui ne comprennent rien aux risques menaçant le monde.
    L’évolution même du discours est symptomatique. Combien de chroniqueurs de radio, de télévision n’ont-ils pas entonné cette nouvelle comptine : pour lutter contre la dégradation environnementale, on serait obligé de prendre des mesures impopulaires, -sous-entendu « avec tristesse mais il faut bien lutter contre l’ignorance des couches populaires » -. Bref, l’écologie est instrumentalisée contre la démocratie...



déplier Plan du site

Plan du site