Comité Ecologique Ariégeois

Association départementale agréée de protection de l'environnement en Ariège

"C’est la beauté de la nature, de la vie, et de l’œuvre de l’Homme dans sa dimension créatrice, qui devra nous inspirer tout au long des voies nouvelles que nous emprunterons." Pierre Rabhi (agriculteur-écrivain-humaniste français)

Accueil > Actions > Agriculture, Santé, Alimentation > Santé-EHS-Linky > Autres sujets de santé > La vaccination, c’est obligatoire ; chercher à comprendre est (...)

mercredi 26 octobre 2016

La vaccination - décryptage

La vaccination, c’est obligatoire ; chercher à comprendre est malintentionné...

Un article de Anne Gourvès - docteur en génotoxicologie et cadre dans l’industrie pharmaceutique.

Personne n’était plus capable que cette docteur en pharmacie pour justement chercher à comprendre. Pourquoi les 3 vaccins "obligatoires" pour les enfants en collectivité ne se trouvent plus en vente depuis des années ? Et pourquoi aiguille-t-on les familles sur un complexe de 6 vaccins à la place ?
C’est à cette enquête incroyable que l’article de NEXUS nous convie et on n’en revient pas de ces machinations chimico-financières dans un secteur médical verrouillé.

L’article complet est en lecture grâce à la mise en ligne du site Alter Info. Le lien du PDF se trouve au bas de notre article.


Je vous propose un digest des premières pages de cet article. Si le thème vous intéresse, vous irez donc le lire dans l’article lui-même dont nous avons mis le lien.

Page 1 En France, la vaccination est obligatoire pour toute entrée en collectivité, depuis 1938 pour la diphtérie, 1940 pour le tétanos et 1964 pour la poliomyélite. Ces trois vaccinations obligatoires sont regroupées en un vaccin dit « trivalent3 » appelé DTP. Seulement voilà, depuis quelques années, les parents ne peuvent se procurer ce vaccin, car il a été retiré du marché le 12 juin 2008.

Page 2 Comment, dès lors, répondre à l’obligation vaccinale si le seul vaccin obligatoire n’est plus commercialisé ?
Si le DTP était toujours sur le marché, et compte tenu du caractère obligatoire de cette vaccination, le bureau des indemnisations du ministère de la Santé serait tenu de réparer les éventuels accidents post-vaccinaux par une indemnisation de la personne ayant subi ce préjudice.

Page 3 En effet, face à cette pénurie du vaccin DTP, la seule alternative
proposée aux parents aujourd’hui est d’injecter le vaccin hexavalent,
c’est-à-dire celui qui incorpore, en plus de la vaccination contre la
diphtérie, le tétanos et la poliomyélite, une vaccination contre la
coqueluche, l’Haemophilus influenzae et l’hépatite B. Or, ces trois der-
nières valences ne font pas partie de l’obligation vaccinale. En cas
d’effets secondaires, le bureau des indemnisations n’est pas tenu d’as-
surer réparation
, tout comme c’est le cas pour les vaccins qui sont seu-
lement recommandés.

Page 4 Il existe bien une alternative. Depuis mai 2015, Sanofi Pasteur propose un « kit DT-Vax + Imovax Polio » (sans mercure depuis mai 2015) qui ne contient que les trois valences obligatoires.
.........................................
En fait, le kit DT-Vax + Imovax Polio est commercialisé par Sanofi sur le marché nord-américain. Sanofi propose de mettre à disposition gra-
cieusement et à titre exceptionnel et transitoire des doses de ce vaccin
en France. La gratuité vient du fait que ce vaccin n’a pas d’AMM pour la
France et ne peut donc y être commercialisé"
... Et de ce fait, nous nous
retrouvons à nouveau face à la problématique de responsabilité pénale
en cas d’effets secondaires. En effet, l’office national d’indemnisation
est encore moins tenu de réparer les préjudices pour un vaccin qui n’a
pas d’AMM en France !

Page 5 Phénoxyéthanol et formaldéhyde
La présence de certains ingrédients dans ce type de produits pédiatriques injectables est assez surprenante étant donné la position des instances de santé ou de sécurité sanitaire sur ces mêmes ingrédients dans d’autres domaines.
Ainsi, l’ANSM interdit l’utilisation du phénoxyéthanol, utilisé comme conservateur, dans les produits cosmétiques destinés au siège chez les enfants, mais autorise son injection pour ces mêmes enfants au travers de la plupart des vaccins.

Page 6 Selon Jean Pilette, docteur en médecine et membre du European Forum for Vaccine Vigilance (EFVV), « avec son premier vaccin hexavalent, un nourrisson de deux mois reçoit : 827 fois la dose d’aluminium considérée comme normale, pour lui, dans son sérum, 330 fois la dose d’aluminium considérée comme limite supérieure, pour lui, dans son sérum, 220 fois la dose d’aluminium considérée comme maximum admissible, pour lui, dans son sérum, 55 fois la dose d’aluminium capable de lui causer, si elle se trouve dans son sérum, des troubles du système nerveux, et 33 fois la dose d’aluminium capable de provoquer chez lui, si elle se trouve dans son sérum, une encéphalopathie ». Bigre !

Page 7 Double discours
Même Marisol Touraine, lorsqu’elle était députée en 2012, avait écrit une lettre en réponse à des questions soulevées par l’association E3M (Entraide aux Malades de Myofasciite à Macrophages“) concernant la présence de l’aluminium dans les vaccins. Elle déclarait ainsi, après avoir admis la toxicité potentielle de l’aluminium, que les familles « doivent
avoir le choix de faire procéder aux vaccinations obligatoires par des vaccins sans sel d’aluminium, d’autant plus que cela était le cas jusqu’en 2008 ».
Mais depuis que Marisol Touraine est ministre de la Santé, elle impose à ces mêmes familles un vaccin hexavalent contenant des quantités élevées de sels d’aluminium. Elle accuse également le Pr Joyeux d’être rétrograde et alarmiste et de manquer à ses obligations de médecin, pour avoir lancé une pétition demandant le retour du vaccin DTP sans aluminium“.

Page 8 Ainsi, les parents qui auront souhaité attendre l’entrée en collectivité de leur enfant pour se mettre en règle avec l’obligation vaccinale se retrouvent à administrer à leur enfant un vaccin dont on ne connaît ni l’efficacité ni la tolérance.

8 autres pages vous attendent dans l’article, toutes bien documentées et richement annotées ; où l’on parle aussi du vaccin contre le tétanos qui n’a aucune validation scientifique...


Un site Belge fait le point sur la vaccination et essaie de dévoiler les faux arguments des vaccinalistes Ici


Le site Reporterre dénonce le manque de transparence et de vérité sur la politique de vaccination en France.
Les deux-tiers des membres du Comité Technique de la Vaccination sont en situation de conflits d’intérêts avec les laboratoires pharmaceutiques. Le CTV conseille le gouvernement sur la politique vaccinale à mener en émettant des recommandations très suivies par les pédiatres. Comment accorder quelque crédit aux recommandations émises par cet organisme ?
L’article de Reporterre


Voir en ligne : Obligation vaccinale - L’enquête d’une maman biologiste..pdf

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document