Comité Ecologique Ariégeois

Association départementale agréée de protection de l'environnement en Ariège

"C’est la beauté de la nature, de la vie, et de l’œuvre de l’Homme dans sa dimension créatrice, qui devra nous inspirer tout au long des voies nouvelles que nous emprunterons." Pierre Rabhi (agriculteur-écrivain-humaniste français)

Accueil > Archives > Partout en Europe, la cohabitation Homme – prédateurs s’organise … sauf en (...)

Partout en Europe, la cohabitation Homme – prédateurs s’organise … sauf en Ariège. Cherchez l’erreur !

vendredi 27 juin 2014

(Communiqué de Pays de l’Ours - Adet)

Au moment où toute l’Europe se rassemble pour travailler ensemble sur des solutions favorisant la cohabitation Hommes – Grands carnivores, la manifestation anti-prédateurs organisée ce samedi en Ariège apparaît complètement anachronique et dérisoire.

Le 10 juin dernier, a été inaugurée officiellement la Plateforme Européenne de Coopération pour la Cohabitation entre l’Homme et les Grands carnivores en Europe.
Elle rassemble notamment les structures européennes représentatives des Agriculteurs [1]
et des Chasseurs FACE – [2] et de grandes organisations environnementales comme l’UICN et le WWF.
Toutes ont décidé de travailler ensemble dans l’intérêt commun des Hommes et des prédateurs.

L’ASPAP a bien tenté d’y faire valoir une « exception ariégeoise », mais elle y est apparue complètement décalée et s’est bien vite retirée des discussions sans y laisser aucune trace, qu’une image dégradée des Pyrénées qu’elle ne représente pourtant en rien.

Nulle part la cohabitation n’est évidente, mais partout les personnes de bonne volonté se rassemblent pour chercher des solutions. Partout … sauf en Ariège.

L’Ariège est le dernier territoire d’Europe où l’on dénie aux prédateurs le droit d’exister et où l’on pense que la cohabitation se gère à coups de fusil.
Tout doit y passer : les ours, les loups, et maintenant les vautours. Comme si rien n’avait changé depuis le 19e siècle, les représentants des chasseurs, des agriculteurs, et même du Département, continuent d’opposer Nature et Activités humaines dans un conflit stérile et dépassé.

Sans doute dans l’espoir de « calmer le jeu », l’Etat leur cède depuis quelques années toujours plus : non-renouvèlement du Plan de restauration de la population d’ours, renoncement au lâcher d’ours prévu en 2011, arrêtés illégaux d’effarouchement d’ours …
Loin de permettre le dialogue, ces reculades et tergiversations de l’Etat n’ont fait qu’encourager et renforcer les plus radicaux.

Ce n’est pas en encourageant les lobbys les plus rétrogrades que l’on assurera la transition écologique de notre modèle de développement.

Aucune avancée sociétale ou environnementale ne se fait sans bousculer quelques idées d’arrière-garde.

Reste à savoir si le gouvernement a décidé d’avancer en matière d’écologie et de protection de la biodiversité


Voir en ligne : Pour les anglophones, le site de la plateforme


[1COPA-COGECA - Comité des Organisations Professionnels Agricoles, dont FNSEA et APCA (les Chambres d’Agriculture) sont membres

[2Fédération des Associations des Chasseurs de l’Union Européenne, dont la Fédération Nationale des Chasseurs est membre

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document