Association départementale agréée de protection de l'environnement en Ariège

"C’est la beauté de la nature, de la vie, et de l’œuvre de l’Homme dans sa dimension créatrice, qui devra nous inspirer tout au long des voies nouvelles que nous emprunterons." Pierre Rabhi (agriculteur-écrivain-humaniste français)

Accueil > Actions > Prononcez-vous avant le 9 septembre sur l’Arrêté préfectoral portant (...)

Prononcez-vous avant le 9 septembre sur l’Arrêté préfectoral portant autorisation de tirs d’effarouchement des vautours fauves

samedi 30 août 2014

Projet d’arrêté préfectoral

Période de consultation du public : 19 août au 9 septembre 2014 inclus.

Vous pouvez formuler vos observations :

- soit par voie postale, par courrier adressé à la direction départementale des territoires – service environnement-risques – BP 10102 – 10 rue des Salenques – 09007 FOIX CEDEX.

- soit en utilisant le formulaire en ligne du 2ème Arrêté de cette page (cliquer ici)


Voir en ligne : La Dépêche du Midi

Messages

  • Je comprends bien l’émotion suscitée par les articles de journaux au sujet d’"attaques" de vautours sur des troupeaux de plaine.

    On sait tous la raison objective de cette présence : plus de vautours espagnols, manque de présence des éleveurs auprès de leur troupeau dans des zones géographiques peu impactées auparavant.

    Ce que je conteste, c’est la manière dont vous voulez régler le problème. L’effarouchement des animaux n’est qu’un emplâtre sur une jambe de bois. Un animal détourné ici va aller ailleurs chercher une autre carcasse.

    Parce que le problème, alimenté par les retombées médiatiques, n’en est pas un et que les vautours sont nécrophages. Ils ne cherchent que des proies mortes ou agonisantes. Celles-ci devant mourir nécessairement en l’absence de surveillance réelle...
    Vouloir former des citoyens "à fusil" à les effaroucher ou même à les tuer sous certaines conditions est disproportionné. Avec les dérives possibles. C’est une boîte de Pandore que vous ouvrez-là.
    Il vaudrait mieux inciter les éleveurs à d’autres pratiques d’élevage que le "toujours plus et plus rentable" avec des troupeaux disséminés un peu partout. Par exemple en privilégiant des races plus robustes à la mise-bas puisque c’est cette situation qui entraîne le plus souvent l’afflux des rapaces. Ceux-ci, avec "l’expérience acquise" savent que les animaux en difficulté seront bientôt une proie moribonde. Si le berger ou l’éleveur n’intervient pas, l’issue est fatale. Mais c’est là que se situe le débat scientifique, médiatique, politique, émotionnel ! Les mammifères seraient de toute façon morts - présence ou non des vautours.

    Les vautours fauves sont une espèce protégée à l’échelle européenne. Et en Ariège on organiserait leur déstructuration biologique et écosystémique ?

    Les pouvoirs publics ne seraient plus dans leur rôle... Parce que la nature n’est pas une variable d’ajustement pour des activités humaines de plus en plus industrialisées. Notamment chez les agriculteurs et les éleveurs. Je verrais plutôt le contraire. On a inversé les valeurs intelligentes d’antan qui comprenaient que la Nature est le cadre de nos activités humaines et qu’en cela on doit respecter les équilibres, la ressource, les échanges inter-espèces. La Nature ne doit pas être considérée comme "une dimension variable et serviable à souhait" pour combler nos besoins toujours plus importants et nos soifs de richesse démesurées. Continuons comme cela et c’est notre décadence assurée, notre vie en bon état compromise...

    On peut vivre sans les grands prédateurs, on peut vivre sans les animaux dits nuisibles, on peut vivre avec la chimie plein nos terres, avec les OGM universellement utilisés. Oui, mais dans quel état ? Et jusqu’à quand ?

    On aimerait que ceux qui sont censés nous conduire administrativement et politiquement, ne soient plus abonnés aux politiques de la courte vue mais qu’ils soient dignes de leur fonction : qu’ils veillent sur le bien-être, la santé, l’équilibre, l’harmonie de leurs concitoyens avec l’environnement. C’est leur rôle et leur mission. Est-ce qu’ils arriveront un jour à intégrer cette dimension ? Pour le moment je les vois souvent avec une stature de "nains de jardin" qu’on peut déplacer, supprimer, retourner, sans consistance.

    Allez, un peu de courage, mesdames et messieurs, pour honorer noblement vos titres et statuts.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document