Comité Ecologique Ariégeois

Association départementale agréée de protection de l'environnement en Ariège

"C’est la beauté de la nature, de la vie, et de l’œuvre de l’Homme dans sa dimension créatrice, qui devra nous inspirer tout au long des voies nouvelles que nous emprunterons." Pierre Rabhi (agriculteur-écrivain-humaniste français)

Accueil > Ailleurs > La loi sur l’agriculture et l’alimentation :L’environnement et la santé laissé (...)

samedi 2 juin 2018

La loi sur l’agriculture et l’alimentation :L’environnement et la santé laissé pour compte par Macron ?

Le projet de loi voté par l’Assemblée le 30 mai dernier ne correspond pas aux attentes de la société civile et tourne le dos aux promesses du président Macron.
Si le texte adopté par les députés a, peu ou prou, répondu aux revendications des agriculteurs (et notamment de leur principal syndicat, la FNSEA), il est particulièrement dangereux et nocif sur le volet environnemental.

Le rejet de plusieurs amendements gravant dans la loi l’engagement présidentiel d’interdire l’usage du glyphosate d’ici à 2021 n’est hélas que l’arbre qui cache une forêt de renoncements :

L’interdiction de diffuser des publicités pour l’alimentation transformée, facteur d’obésité chez les enfants ? Rejetée.

L’interdiction des élevages hors sol de poules pondeuses en cage, autre promesse de campagne d’Emmanuel Macron ? Rejetée.

L’interdiction des pratiques brutales dans la production animale, la castration à vif, le broyage de poussins vivants ? Rejetée.


La vidéosurveillance obligatoire dans les abattoirs, qui permettrait de protéger autant les personnels, soumis à des cadences intenables, que les animaux ? Renvoyée à des expérimentations.

Même l’interdiction des épandages de pesticides à proximité des lieux de vie a été écartée.

Tout comme le projet d’établir un Fonds d’indemnisation des victimes des produits phytosanitaires.

Même l’interdiction de l’épandage aérien des pesticides est remise en cause au mépris même du droit européen.

Et ce n’est pas les avancées comme la séparation des activités de vente de pesticides et de conseil technique sur leurs usages, ou la libre commercialisation des semences paysannes qui peuvent ré-équilibrer ce texte.

Les alertes des scientifiques se multiplient dénoncant le modèle agricole dominant, facteur majeur d’érosion de la biodiversité, de dégradation de l’environnement et de l’émergence de sérieux problèmes sanitaires.

Mais Le gouvernement et le Parlement n’en ont cure, à l’évidence. Or c’est, précisément, ce modèle qui a contribué à décourager les agriculteurs, à vider les campagnes et à dévitaliser les territoires.

Ce succès des lobbys de l’agro-industrie pointe du doigt la défaite de Nicolas Hulot (quand est-ce qu’il quitte ce gouvernement ?) mais également la crédibilité d’Emmanuel Macron (« Make Our Planet Great Again » ! [1]. ) et de son gouvernement.


[1rendre notre planète bonne à vivre de nouveau

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document