Comité Ecologique Ariégeois

Association départementale agréée de protection de l'environnement en Ariège

"C’est la beauté de la nature, de la vie, et de l’œuvre de l’Homme dans sa dimension créatrice, qui devra nous inspirer tout au long des voies nouvelles que nous emprunterons." Pierre Rabhi (agriculteur-écrivain-humaniste français)

Accueil > Actions > Agriculture, Santé, Alimentation > Agriculture - Elevage > Stupéfiant : l’INRA et le CGDD viennent de découvrir la nocivité des engrais (...)

vendredi 29 janvier 2016

Stupéfiant : l’INRA et le CGDD viennent de découvrir la nocivité des engrais azotés et des intrants phytosanitaires chimiques !!!

Ce que l’on sait depuis des dizaines d’années, un service d’Etat, le CGDD (le Commissariat Général au Développement Durable) vient de le découvrir et promet des solutions.

En dépit de notre ton un peu narquois, nous accueillons avec soulagement et espoir les travaux de ces deux chercheurs : Vincent Marcus et Olivier Simon.
Voyons leur constat et leur solution.

Date de publication : Décembre 2015
Les deux chercheurs dénoncent à la fois les excès d’utilisation des produits azotés et des pesticides et les diverses pollutions liées : les sols, les cours d’eau souterrains et de surface, pollution de l’air et émissions de GAES, atteintes à la biodiversité et enfin les "risques" sanitaires.
Pour un coût global de 2,9 milliards d’euros par an : telle est la somme faramineuse avancée par le Commissariat général au développement durable (CGDD) chiffrant ce que coûtent les pollutions agricoles par an à l’ensemble de la collectivité.
Les deux chercheurs se limitent aux atteintes des agriculteurs... pour les consommateurs, on verra plus tard...
Les graphiques ci-dessous se lisent facilement en cliquant dessus :

Page 12 : En France, entre 1997 et 2007, 1554 signalements d’intoxications liées aux pesticides26 dans le cadre du travail ont été répertoriés par la mutualité sociale agricole (MSA). 1067 d’entre eux, soit 68,6 %, sont imputables aux pesticides. Parmi ces dossiers imputables, 54,6 % sont plausibles, 43,0 % vraisemblables, 2,3 % très vraisemblables. Par ailleurs, un agriculteur sur six souffrirait d’effets indésirables liés à l’utilisation de substances chimiques27. Une apparition plus fréquente de certains cancers28 a notamment été constatée et l’exposition aux pesticides doublerait quasiment le risque de survenue de la maladie de Parkinson chez les agriculteurs29.

Ensuite les deux chercheurs, tentent d’évaluer les coûts induits par ces diverses pollutions (qu’ils dénomment : coût des externalités environnementales)

Enfin, ils énumèrent les diverses règlementations officielles censées limiter les dégâts environnementaux : directive nitrates de 1991, règlementations européennes et nationales, interdiction des épandages aériens, loi d’orientation agricole de 2014 devenant opérationnelle le 1er janvier 2016, règlementations spécifiques liées à la qualité de l’air et de l’eau, les instruments économiques (fiscalité notamment). A ce sujet, il est reconnu que 5% ,seulement des exploitations concernées par les pollutions nitrate paient cette fiscalité.

Ils citent les aides publiques en fonction : Programmes de maîtrise des pollutions d’origine agricole (PMPOA), Projet Agroécologique pour la France de 2012 et enfin les approches volontaires comme le plan de la ville de Munich pour retrouver une eau de consommation potable, et ceux de Lons-le-Saunier et de Vittel. Pour chaque cas, il est à noter que ce sont les finances publiques (contribuables) qui paient l’addition. La double peine, quoi !

Notre système agricole et alimentaire aujourd’hui

Le cas de Vittel
En 1987, la Société Générale des Eaux Minérales de Vittel observe une augmentation de la teneur en nitrates des eaux alimentant sa source d’eau minérale. Après avoir identifié les pratiques agricoles exercées sur le bassin d’alimentation (lait et céréales) comme responsables de cette augmentation de la teneur en nitrates, le groupe Vittel commence une politique de rachat des terres du périmètre d’alimentation. Cependant, l’achat foncier a été limité par le refus de vendre de quelques propriétaires. Afin de remédier au problème, Vittel a proposé une aide au changement de pratiques (aide au revenu, investissements dans les fermes, réalisation de certains travaux liés à la gestion des déjections animales, mise à disposition gratuite des terres en propriété Vittel achetées auparavant pour réduire la charge animale à l’hectare) en échange d’un engagement, par une convention sur 18 ou 30 ans, à suivre un cahier des charges strict. Le coût total estimé pour Vittel a été de 24,25 M€, soit 980 €/ha par an ou 1,52 € par m3 d’eau produite, hors coûts de création et de fonctionnement50. Cette politique de contractualisation a permis de réduire la teneur en nitrates des eaux utilisées par la société.

Le cas de Lons-leSaunier
La ville de Lons-le-Saunier a dû mettre en place des mesures pour stopper l’augmentation régulière des taux de nitrates dans les eaux depuis les années 1960. Des conventions avec les agriculteurs concernés ont ainsi été contractées. Les coûts de ces mesures s’élèvent à 0,013 €/m3, très nettement inférieur au traitement des nitrates en station de potabilisation51. Les aides de la ville aux agriculteurs s’accompagnent d’une garantie d’achat par les cantines scolaires des produits biologiques issus des exploitations sous convention. Éleveurs, maraîchers et céréaliers ont ainsi une garantie de débouché local pour un volume quotidien de 8 000 repas en période scolaire, soit environ 1,2 million de repas à l’année.

Le cas de Munich
Traversant les zones agricoles des Préalpes, l’eau distribuée dans la ville de Munich faisait apparaître des teneurs en nitrates et pesticides relativement élevées. Afin de remédier à la situation, la ville a tout d’abord mené une politique d’acquisition des terres agricoles et des forêts dans les aires de drainage des prises. Toutefois, face à l’accroissement des activités agricoles polluantes dans la région (la teneur en nitrates des eaux captées dans la vallée de Mangfall était passée de 0,8 à 14,2 mg/l entre 1953 et 1991), une politique de contractualisation a été mise en place dans un second temps. La ville de Munich proposait ainsi aux agriculteurs situés dans une zone de captage de son eau potable une compensation financière pour la reconversion en agriculture biologique.63 La conversion de la plupart des agriculteurs de l’aire concernée a alors permis une distribution de l’eau au robinet sans le moindre traitement. Le coût du programme de soutien à l’agriculture biologique64 s’élève à 0,83 M€ par an, ce qui revient à 0,01 euro par m3 d’eau distribué. À titre de comparaison et sous réserve des différences entre les situations, le seul coût de la dénitrification est estimé à 0,3 euro par m3 en France.

L’étude termine par l’Encadrement des engrais minéraux azotés et des produits phytosanitaires dans quelques pays européens qui ont utilisé des instruments à la fois économiques et fiscaux pour faire baisser les divers intrants : Finlande, Suède, Autriche, Norvège, Pays-Bas, Danemark.

Cette étude paraît exhaustive dans le rapport catalogue/coût des diverses pollutions azotées et pesticides. Mais les solutions annoncées dans le titre paraissent très faibles surtout à la mesure d’un manque de volonté politique qui les mettraient en œuvre !

L’Inra veut rendre la culture du maïs moins polluante-LDDM

Dans la même veine des retours aux modes de cultures ancestraux (pourquoi les a-t-on abandonnés ?) les ingénieurs agricoles de TOULOUSE-Purpan publient également leur solution. A lire dans le PDF ci-contre :


Voir en ligne : Les pollutions par les engrais azotés et les produits phytosanitaires : coûts et solutions

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document