Comité Ecologique Ariégeois

Association départementale agréée de protection de l'environnement en Ariège

"C’est la beauté de la nature, de la vie, et de l’œuvre de l’Homme dans sa dimension créatrice, qui devra nous inspirer tout au long des voies nouvelles que nous emprunterons." Pierre Rabhi (agriculteur-écrivain-humaniste français)

Accueil > L’association > Vie de l’association > Commissions où nous intervenons > COmité DEpartemental des Risques Sanitaires et Technologiques (...) > CODERST- Pollution d’entreprises industrielles, captages et prélèvements (...)

mardi 7 juillet 2015

CR - CODERST du 23 juin 2015 :

CODERST- Pollution d’entreprises industrielles, captages et prélèvements d’eau.

Par Marcel Ricordeau, délégué du CEA

Ordre du jour :
Papeteries de Saint Girons,
Société Coloris à Pamiers, Société Faure à Mazères,
Captage des sources du Coustaou et des Ancolies à Sentein,
Autorisation Unique Pluriannuelle (AUP) de prélèvement d’eau d’irrigation agricole de l’unité de gestion « Ariège ».

Papeteries de Saint Girons :

Il s’agit d’un arrêté préfectoral autorisant l’extension du plan d’épandage des boues traitées issues de la Société Papeteries de St Girons, à cinq exploitations agricoles supplémentaires. Au total 1230 hectares sont récepteurs des boues des papeteries.

  • Intervention du représentant du CEA :
    L’association demande des analyses pour évaluer si les sols qui reçoivent des boues retraitées ne réagissent pas différemment que prévu, par exemple en concentrant des métaux lourds.

Réponse de l’Inspectrice des installations classées de la DREAL :

  • Les sols qui reçoivent ces boues sont analysés plus souvent que tous les 10 ans comme l’exige la réglementation. Jusqu’à présent les analyses révèlent des quantités de métaux et de composés organiques inférieurs aux normes en vigueur.

La commission vote à l’unanimité pour l’arrêté proposé pour avis.

Société Coloris à Pamiers :

Elle demande une réduction de la fréquence des analyses d’eau : surveillance annuelle au lieu de trimestrielle.

  • Intervention du représentant du CEA :
    La surveillance ne doit pas être relâchée car les pollutions dans les nappes d’eau sont difficiles à repérer et difficiles à éliminer. L’actuelle pollution de l’eau à Foix le montre.

Vote à l’unanimité moins une voix en faveur de l’arrêté proposé pour avis.

Société Faure à Mazères :

  • Même type de demande pour un seul contrôle (en hautes eaux). Même avis de la part du représentant du CEA.

Réponse de l’inspectrice des Installations classées (DREAL) :

  •  Nous agissons en conformité avec la législation et si une pollution des eaux souterraines était décelée un second contrôle serait effectué dans l’année (en basses eaux) .
  • Le représentant du CEA : « Dans ce cas il serait trop tard ».

Monsieur le Secrétaire Général : « L’avis du représentant du CEA s’entend aussi ».

Captage des sources du Coustaou et des Ancolies pour alimenter en eau les cabanes pastorales d’Urets et du Bentaillou à Sentein.

Le représentant du CEA :

  • Notre association a toujours voté pour amener l’eau aux cabanes de berger mais on n’entend jamais parler de l’assainissement.

Le directeur de l’ARS (unité 09) répond :

  • A chaque cabane il y a une solution d’assainissement prévue au permis de construire et adaptée aux conditions du terrain.

Autorisation Unique Pluriannuelle (AUP) de prélèvement d’eau d’irrigation agricole de l’unité de gestion « Ariège » d’une durée de validation de 15 ans maximum.

Monsieur le Représentant de la DDT explique que pour cette étude réalisée en concertation avec le Conseil Général et la Chambre d’Agriculture, le Département se situe en pointe dans sa démarche pour s’ajuster aux besoins réels des exploitations demandeuses.
Les prélèvements sont inférieurs aux prélèvements autorisés par l’État. Il n’y a pas de SAGE (Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux). L’État a notifié les volumes dont 41,70 m³ pour les eaux superficielles.
Il y a un plan de répartition qui limite la consommation en fonction des besoins de chaque adhérent.

Conformément à la réserve exprimée par le Commissaire enquêteur, nous ferons une étude plus approfondie pour les masses d’eau non alimentées.

  • Le représentant du CEA :
    Y a-t-il un bilan des campagnes d’irrigation précédentes ? 
    L’irrigation n’est pas seulement une question de retenue d’eau car elle intervient au pire moment de l’état des milieux aquatiques. Elle a des incidences sur les sols en risquant de les lessiver et sur la qualité des produits.
    Nous sommes en faveur de l ’économie de l’eau d’irrigation. Les agriculteurs ont pris des habitudes. Qu’en est-il des pratiques vertueuses déclarées par la Chambre d’Agriculture ?

M. Rouch, conseiller général et Président du PNR :

  • Pensez-vous qu’un agriculteur ait envie de lessiver ses sols en arrosant trop, surtout vu ce que lui coûte l’irrigation ?

Monsieur le Secrétaire Général :

  • les questions posées sont intéressantes. Le représentant du CEA va les poser aux techniciens du Conseil Général et de la Chambre d’Agriculture qui vont venir nous donner leur points de vue.

Le technicien de la chambre d’Agriculture :

  • Nous appliquons des ratios qui garantissent 8 années sur 10 de récolte aux exploitants.
    Pour le maïs semence c’est 3500 m³/hectare sur sol léger et 1000 m³ sur le Terrefort. Nous donnons des conseils sur les quantités d’eau en fonction de la météo. Nous voulons mettre en place des sondes pour connaître les besoins des plantes.
    Nous préconisons aussi des mesures structurelles pour améliorer la capacité de rétention des sols et pour limiter la monoculture.
    Les exploitants appliquent nos ratios.

Le représentant du CEA :

  • Avez-vous un objectif de réduction des quantités d’eau d’irrigation pour les années à venir ?

Le technicien de la chambre d’Agriculture :

  • Nous n’avons pas d’objectifs chiffrés de diminution mais il y a la réalité économique, sachant que l’irrigation coûte en moyenne 300 euros à l’hectare.

La commission vote l’AUP à l’unanimité moins une abstention.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document