Comité Ecologique Ariégeois

Association départementale agréée de protection de l'environnement en Ariège

"C’est la beauté de la nature, de la vie, et de l’œuvre de l’Homme dans sa dimension créatrice, qui devra nous inspirer tout au long des voies nouvelles que nous emprunterons." Pierre Rabhi (agriculteur-écrivain-humaniste français)

Chasse

17/12/2018 : Sites pilotes sans plomb, la prise de conscience avance mais le chemin est encore long...

l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) recommande de limiter la consommation de grand gibier sauvage à une « fréquence occasionnelle, de l’ordre de trois fois par an », en raison d’un risque de contamination au plomb, dans un avis publié en Mars dernier.

En 2015 les résultats de plus de 7 années d’études collectives réalisées (dans le cadre des PNA gypaète barbu, vautour percnoptère et milan royal) sur les causes de mortalité des rapaces nécrophages pyrénéens, étaient publiés dans une revue scientifique par le comité Vigilance Poison associant le ministère de l’écologie, l’ONCFS, plusieurs vétérinaires spécialistes de la faune sauvage et la LPO (Berny & al, 2015). Ces études ont permis de mettre en évidence que le saturnisme issu principalement du plomb de chasse était la deuxième cause de mortalité de ces rapaces après l’empoisonnement (illégal).

Le projet « sites pilotes sans plomb » a été conçu en 2016 et a débuté en 2017 dans l’objectif de sensibiliser les agents de l’Etat et les chasseurs des espaces protégés, en priorité. Il a été mis en place de façon synchrone avec 2 autres projets visant à recueillir les impressions des tireurs testant des munitions sans plomb : l’un mené par Asters, la VCF et la FDC-74 en Haute-Savoie (projet life GYPHELP), et l’autre mené par le parc national des Cévennes et la FDC-48 dans ce parc (projet life GYPCONNECT). En 2017 dans le cadre du projet ECOGYP, le Parc national des Pyrénées (régulation secteur Aspe), l’ONF-Ariège (régulation en forêt domaniale) et la Fédération des Réserves Naturelles Catalanes (chasse dans 3 réserves) ont participé au test de munitions, et transmis les fiches questionnaires renseignées à Beatriz Arroyo / IREC (Instituto de Investigacion en Recursos Cinegeticos, Ciudad Real, Espagne) qui traitera l’enquête de satisfaction qui porte sur 2 saisons de chasse. De plus, une opération de sensibilisation a été menée par l’ONCFS auprès des chasseurs de la Réserve Nationale d’Orlu en 2017. En 2018, ce projet prend de l’envergure avec la participation des techniciens de 3 réserves de faune supplémentaires gérées par la Generalitat de Catalunya, et dans les Pyrénées françaises de la RNR de Nyer (Pyrénées-Orientales) et des agents ONF de 2 forêts domaniales des Pyrénées centrales.


Chasse 2016-2017 : les dates et les "dérives"

Ce n’est pas la chasse en Ariège que nous visons, c’est le laxisme des autorités responsables chargées de règlementer notre ex-richesse faunistique. Et bien sûr, les contrevenants ( braconniers) aux règles édictées qui ne sont déjà pas très justes par rapport à l’état réel du nombre d’animaux sauvages. Quant à l’ONCFS, son rôle ambigu entre la défense de la faune et celle des chasseurs ne nous satisfait pas pleinement même si elle joue un rôle de protection de la nature indéniable. La présence, parmi son CA, de la Fédération des chasseurs ne nous paraît pas digne de confiance dans son indépendance. Les agents eux-mêmes ne sont pas forcément satisfaits de cette situation de dépendance, mais cela relève d’une décision politique qui leur est imposée. Vous avez dit lobby ?

Pourquoi le blaireau ne devrait pas être chassé

Nous sommes conscients qu’en l’absence de prédateurs naturels, actuellement les humains chasseurs restent les seuls de cette classe de prédation. Il faut dire que l’extinction en France des grands sauvages : loups, ours, lynx, renard, etc... est le résultat d’un abattage systématique de ces concurrents naturels. La loi du plus fort ; ou du mieux armé...
Cependant, la chasse n’est pas une activité qui permet de faire n’importe quoi et l’Europe a ajouté à la Directive Oiseaux, un Guide de la chasse durable. Voir ce document.


Nous sommes contre les lâchers de volatiles pour usage de chasse. Leurs conditions d’élevage est aussi déplorable que pour les autres oiseaux de boucherie. Et le lâcher dans la nature la veille des jours de chasse est une absurdité désastreuse pour les animaux. Voyez ce documentaire explicite de l’ASPAS :


Il est certain aussi qu’en l’absence de chasse les animaux sauvages se réguleraient naturellement, évitant le surnombre. Point de vue.

CDCFS-avril2016

Le CEA n’intervient pas à tout propos dans le secteur cynégétique. Seulement lorsqu’il y a péril d’une espèce (Gd Tétras et Lagopèdes en Ariège) et chasse en infraction. Voir notre participation à la dernière CDCFS, ci-contre

Quant à l’interdiction de la chasse le dimanche que nous demandons depuis longtemps, un sondage de l’IFOP (septembre 2016) confirme que 78% des français la souhaitent. Le même sondage note que sur les 71 % de Français fréquentant régulièrement la nature (plusieurs fois par mois), 61 % ne se sentent pas en sécurité lors de leurs sorties, en période de chasse.
Vous pouvez lire l’article et le sondage ici.

Et nous rejoignons les 975 organismes co-signataires de l’ Appel pour le dimanche sans chasse Voir ici, le CEA est le 661 ème.


Pétition contre la chasse le week-end : Stop à la chasse le week-end !


Un film suisse, réalisé par la fondation MART, révèle les dessous et les excès du lobby de la chasse. Un édifiant plaidoyer en faveur du monde sauvage. Âme sensible, s’abstenir... le monde de la chasse est plus sauvage que celui des animaux dans la nature.
La version du film que vous allez voir est en moyenne résolution, mais vous pouvez commander le DVD ou le Bluray : https://youtu.be/J9ZgIWXJM7o