Comité Ecologique Ariégeois

Association départementale agréée de protection de l'environnement en Ariège

"C’est la beauté de la nature, de la vie, et de l’œuvre de l’Homme dans sa dimension créatrice, qui devra nous inspirer tout au long des voies nouvelles que nous emprunterons." Pierre Rabhi (agriculteur-écrivain-humaniste français)

Accueil > Ressources > Le Monde.fr : Les insectes disparaissent et les scientifiques s’ inquiètent. (...)

Le Monde.fr : Les insectes disparaissent et les scientifiques s’ inquiètent. Les gouvernants, non !

mercredi 25 juin 2014

Quelques aspects , en bref, de l’article de Stéphane Foucart, journaliste au Monde  :

« En juillet 2009, dans sa maison de Notre-Dame-de-Londres (Hérault), le biologiste néerlandais, 77 ans, réunit une douzaine d’entomologistes partageant la même inquiétude.

Tous notent un déclin accéléré de toutes les espèces d’insectes depuis les années 1990. Selon eux, l’effondrement des abeilles domestiques n’est que la partie visible de ce phénomène aux conséquences considérables pour l’ensemble des écosystèmes.

....

Au fil des mois, le petit groupe de chercheurs est devenu un consortium international – le Groupe de travail sur les pesticides systémiques (TFSP, pour Task Force on Systemic Pesticides) – d’une cinquantaine de scientifiques de 15 nationalités, pour la plupart universitaires ou chercheurs au sein d’organismes publics, ayant tous rejoint le groupe d’experts intuitu personae.

....

Ces molécules (imidaclopride, thiaméthoxame, clothianidine, mais aussi fipronil) se partagent aujourd’hui environ 40 % du marché mondial des insecticides agricoles et représentent un marché de plus de 2,6 milliards de dollars (1,9 milliard d’euros). Elles se distinguent d’abord des précédentes générations par leur toxicité, 5 000 à 10 000 fois celle du célèbre DDT, par exemple.

....

Les concentrations relevées ne conduisent généralement pas à une toxicité aiguë. Mais l’exposition chronique à ces faibles doses fragilise les populations de nombreuses espèces : troubles de reproduction, facultés de survie réduites, etc. Cette « contamination à large échelle » de l’environnement est, selon le TFSP, un « élément déterminant » dans le déclin des abeilles et joue un rôle « irréfutable » dans celui des bourdons. Pour les papillons, les tendances dégagées sont de l’ordre d’une réduction de moitié des populations européennes en vingt ans. Pour M. Bijleveld, le déclin en cours de l’ensemble de l’entomofaune relève d’un « effondrement brutal ».

....

De fait, le programme de suivi européen ad hoc montre par exemple une perte de 52 % des oiseaux des champs au cours des trois dernières décennies – cependant, les auteurs se gardent d’attribuer l’ensemble de cette perte aux seuls insecticides systémiques, d’autres facteurs entrant en ligne de compte.

....

Le diagnostic de François Ramade est plus sévère. « La recherche en agronomie est sous la tutelle des pouvoirs publics, qui sont généralement soucieux de ne pas gêner l’activité économique et donc l’emploi, estime-t-il. De plus, les agences de sécurité sanitaire ne se sont guère préoccupées de ce problème car ces substances ne posent pas de graves problèmes pour l’homme. Il n’en reste pas moins qu’elles finiront par avoir un impact économique négatif important. »

L’article complet, ci-dessous ▼


Voir en ligne : Le Monde.fr : Le déclin massif des insectes menace l’agriculture

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document