Comité Ecologique Ariégeois

Association départementale agréée de protection de l'environnement en Ariège

"C’est la beauté de la nature, de la vie, et de l’œuvre de l’Homme dans sa dimension créatrice, qui devra nous inspirer tout au long des voies nouvelles que nous emprunterons." Pierre Rabhi (agriculteur-écrivain-humaniste français)

Accueil > Archives > NDL actualité

NDL actualité

jeudi 21 novembre 2013

La Commission a validé la subvention de 150 millions d’euros prévue pour la construction de l’aéroport, portant un coup dur aux opposants au projet.
La Commission européenne a donné mercredi son feu vert à l’aide octroyée par l’État français pour la construction de l’aéroport contesté de Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes, portant un coup dur aux opposants au projet. La subvention de 150 millions d’euros octroyée par les autorités françaises à la société Aéroports du Grand Ouest, filiale du groupe Vinci, pour la réalisation de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes "est compatible avec les règles de l’UE relatives aux aides d’État", a estimé la Commission européenne dans un communiqué. "Le projet (d’aéroport) permettra notamment d’améliorer la desserte régionale sans entraîner une distorsion indue de la concurrence dans le marché intérieur européen", a indiqué la Commission, gardienne de la concurrence en Europe. Ce projet d’aéroport "contribue à la réalisation d’un objectif d’intérêt commun en répondant à la saturation des infrastructures existantes", a insisté la Commission.
Bruxelles porte ainsi un nouveau coup dur aux opposants à ce projet d’aéroport. En septembre, la Commission avait renoncé à ouvrir une procédure d’infraction contre la France comme le demandaient les opposants au projet. Le dossier n’est cependant pas clos et la Commission cherche toujours à s’assurer que le projet d’aéroport est compatible avec la législation européenne en matière environnementale. L’aéroport de Notre-Dame-des-Landes devrait théoriquement être mis en service en 2017 pour remplacer l’actuel aéroport de Nantes-Atlantique. Mais les travaux préparatoires ont déjà pris un an de retard.
"Nous avions demandé que le gouvernement français déclare à Bruxelles les financements publics aux travaux de ce projet, lorsque nous avions déposé un recours contre le décret de concession de cet aéroport", explique Dorian Piette, un des porte-parole d’Europe Écologie à Nantes et membre de la commission juridique de l’Acipa, principale association d’opposants à l’aéroport. "En revanche, la Commission ne s’est pas prononcée sur l’autre partie du financement public du projet, les 115,5 millions d’euros des collectivités locales, alors que, normalement, c’est aussi une obligation", souligne-t-il. "Le combat continue, cette nouvelle décision n’est pas une surprise", ajoute-t-il avant d’annoncer que de nouveaux recours sont en préparation contre les arrêtés dits de "Loi sur l’eau" qui doivent prochainement être publiés pour autoriser les travaux de l’aéroport et de sa desserte routière. "C’est vraiment l’aspect environnemental qui est le talon d’Achille du projet", a-t-il assuré. Outre les décisions européennes, c’est le Conseil d’État français qui, le 18 octobre dernier, avait rejeté un autre recours important contre la déclaration d’utilité publique du projet.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document