Association départementale agréée de protection de l'environnement en Ariège

"C’est la beauté de la nature, de la vie, et de l’œuvre de l’Homme dans sa dimension créatrice, qui devra nous inspirer tout au long des voies nouvelles que nous emprunterons." Pierre Rabhi (agriculteur-écrivain-humaniste français)

Accueil > Actions > Urbanisme > SCOT > La saga du SCOT

dimanche 6 janvier 2013

La saga du SCOT

Thème suivi pour le CEA par Françoise Matricon

http://www.ladepeche.fr/article/201...

Le SCoT de la Vallée de l’Ariège nous occupe beaucoup en ce moment. Et ceci d’autant plus que la problématique SCoT recoupe de nombreux sujets que le CEA traite depuis de longues années.

D’abord, qu’est-ce qu’un SCoT ? C’est un Schéma de Cohérence Territoriale. Ce sera le document d’urbanisme qui s’imposera pendant 20 ans à tous les autres documents d’urbanisme (PLU, cartes communales...) à l’intérieur d’un périmètre bien délimité.
Le premier SCoT du département, celui de la Vallée de l’Ariège, comprend cinq communautés de communes, depuis Saverdun jusqu’à Tarascon. Mais deux autres SCoT vont voir le jour : celui du Couserans et celui des Pyrénées Cathares. La Loi Grenelle 2 impose en effet que tout le territoire métropolitain soit découpé en SCoT d’ici 2017.

L’objectif affiché de cette démarche est essentiellement de stopper l’artificialisation des terres agricoles et des milieux naturels lesquels, depuis des décennies, ont servi de variable d’ajustement pour l’extension de l’urbanisation, des zones d’activités économiques et des infrastructures de transports.

La Loi Grenelle impose 50% de diminution du rythme d’artificialisation d’ici 2020.

Gravières vs surfaces agricoles...Un groupe de 6 associations, dont deux agréées (le CEA et le CHABOT) a demandé à être associé à l’élaboration du SCoT. La réponse des élus a été positive. Mais quand les "vraies" questions ont commencé à se poser (combien de logements à l’ha ? combien de m2 par habitant supplémentaire ? combien d’ha de zone commerciale ? quelle commune devra revoir ses ambitions à la baisse ?...), on nous a signifié que
nous n’étions plus les bienvenus
.

Nous ne participons donc plus qu’à quelques réunions généralistes et tentons, en lisant les compte-rendus, de suivre l’évolution des décisions et d’envoyer nos observations.
En lien avec FNE Midi-Pyrénées et les services du Ministère de l’Égalité des Territoires, nous allons essayer que cette loi Grenelle, déjà bien minimaliste, ne soit pas vidée de son sens.

Nous allons régulièrement mettre sur le site du CEA les courriers que nous adressons à l’Administration départementale, à la Préfecture, au Syndicat Mixte du SCoT, ainsi que les réponses qui nous seront faites pour que vous puissiez vous tenir informés si ce sujet vous intéresse. Nous avons, par ailleurs, énormément besoin de votre collaboration pour rester vigilants sur l’ensemble du territoire.

L’ ENJEU DU MOMENT

Comment fera-t-il, après, pour recouvrir les sites ?Est-ce que les terres agricoles dévolues à l’exploitation de gravières dans les Communautés de Communes de Saverdun et de Varilhes - 741 ha dans le prochain Schéma Départemental des Carrières - vont continuer à faire partie de la Zone Agricole ou vont passer en Zone d’Activités Economiques ?
Si la deuxième option est retenue, elles vont s’ajouter aux 950 ha de ZAU (zones à urbaniser) que les élus doivent déjà déclasser pour être dans les clous de la loi Grenelle. Du coup, adieu tous les beaux projets de studios de cinéma, de zones commerciales, industrielles et artisanales. Et même adieu l’extension de l’habitat périurbain. Il va falloir se contenter de redynamiser les centres villes et les cœurs de villages.

SUITE DES ÉVÉNEMENTS

12 Décembre 2012 : texte remis en séance. Le SCoT interroge l’Etat sur le classement des surfaces de gravières

15 Décembre : contact téléphonique avec le Secrétariat Parlementaire de la Ministre du Logement et de l’Egalité des Territoires

31 Décembre : lettre au Préfet (pièce jointe, ci-dessous)

7 Janvier : compte-rendu de la réunion du 12 Décembre. Où l’on s’aperçoit que l’Etat a répondu en même temps que la question lui était posée : "les gravières doivent rester en zone agricole".

La plaine de Saverdun mise en pièces

10 Janvier 2013 : observations des associations par rapport au compte-rendu

15 janvier : réponse du Syndicat Mixte SCoT à nos observations

19 janvier : découverte par un membre du Chabot d’une jurisprudence administrative qui va dans notre sens : la Cour d’Appel de Lyon casse un arrêté préfectoral. On envoie ce texte au SCoT, qui nous répond que ça n’a rien à voir

23 janvier : rendez-vous avec le Secrétaire Général de la Préfecture. Le DDT nous informe que la réponse à notre courrier est prête à partir. En sortant, nous décidons d’attendre ce courrier pour intervenir.


Voir en ligne : Le SCOT : les textes officiels


Le SCOT à travers la presse : http://ariege.eelv.fr/scot/
Les élus veulent mettre la "pédale douce" :http://www.ladepeche.fr/article/2013/02/15
Trop de zones d’activités en Ariège http://www.ladepeche.fr/article/2014/07/07/1914350-trop-parcs-activite-ariege.html
Il suffit de cliquer sur les icônes en PDF ci-dessous pour avoir accès aux textes annoncés.

Portfolio

  • Les écologistes dénoncent l'attitude des élus

Messages

  • D’abord merci pour cet article de Françoise et tout le travail effectué dans le cadre de l’élaboration du SCoT.

    Trois petites remarques :

    La disparition d’un département tous les sept ans du à l’urbanisation est-ce par rapport à toute la surface d’un département ou par rapport à sa SAU (surface agricole utile) voir même par rapport à la surface de ses terres arables ? Ça pourrait faire une sacré différence.

    L’horizon à 20 ans c’est loin. Il se pourrait bien que le recours à un jardin productif collectif ou familial redevienne une nécessité. Il faudrait réserver dans le cadre du SCoT des terrain de bonne qualité agricole dans ou à proximité des zones résidentielles pour pouvoir y implanter des jardins.

    En Suisse entre autre j’ai constaté que les bâtiments dans les zones commerciales, artisanales et de "bureaux" étaient construits sur plusieurs étages. Ce n’est pas forcément très joli, mais ça économise beaucoup de place. Les places pour les voitures sont souvent au sous-sol.

    Bon courage.

  • Françoise pourra répondre à la partie SAU. Perso je suis sensible au deuxième point : les potagers collectifs ou individuels. Ils doivent se trouver au plus près des habitations et le terrain pour les accueillir ne pourra pas se ménager dans les parkings ou dans les rues. Est-ce un aspect à prendre en compte et faut-il y penser dans l’optique des SCOT.
    Je pense que oui ; même si c’est compris dans les surfaces agricoles ce n’est pas simplement des chiffres ou des pourcentages mais aussi des efforts de localisation. Les aménager au cœur des cités irait dans le bon sens : humain, environnemental, écologique.
    Merci Linus d’avoir évoqué ce point...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document