Comité Ecologique Ariégeois

Association départementale agréée de protection de l'environnement en Ariège

"C’est la beauté de la nature, de la vie, et de l’œuvre de l’Homme dans sa dimension créatrice, qui devra nous inspirer tout au long des voies nouvelles que nous emprunterons." Pierre Rabhi (agriculteur-écrivain-humaniste français)

Accueil > Actions > Eau > Défense des cours d’eau > Une brusque surmortalité de truites observée l’été dernier dans (...)

jeudi 19 avril 2018

Une brusque surmortalité de truites observée l’été dernier dans l’Oriège

Et non, cette fois ce n’est pas due aux stations d’épurations locales....

Un de nos adhérents avait constaté l’été dernier une brusque surmortalité de truites en amont d’Ax-les-Thermes, dans l’Oriège et le lac d’Orgeix, des centaines de cadavres de truites, ventres en l’air, transformant le lac en une gigantesque poubelle nauséabonde.

Nous avons contacté Henri Delrieu de l’association Le Chabot, spécialiste de la protection des rivières Ariégeoises pour en savoir plus.
Son analyse est qu’il s’agit des conséquences d’un sérieux problème piscicole sur lequel les sociétés de pêche refusent, à tort hélas, de communiquer :

L’origine de cette mortalité n’est pas à chercher dans les défauts des stations d’épuration locales, il s’agit en fait d’une maladie bactérienne active particulièrement sur ce secteur à cause de la faiblesse du débit réservé de l’Oriège et en raison du réchauffement climatique. Cette maladie introduite depuis les USA par certaines piscicultures, sévit depuis une vingtaine d’années en France. Elle affecte surtout les truites jeunes, cependant des adultes peuvent être touchées. Les choses se sont récemment aggravées à cause de 2 étiages sévères d’été qui ont fait monté la température de l’eau sur ce secteur de l’Oriège. Ici, aucune pisciculture n’est présente en amont. L’effondrement piscicole a été constaté jusqu’à Luzenac. Un labo travaille à éventuellement détecter la maladie jusqu’en dessous de Foix. Cette maladie n’est pas transmissible à l’homme.

Ce qui est en cause ce sont donc les niveaux des débits réservés sur les secteurs turbinés des cours d’eau, ce qui est le cas de toute la Haute Ariège. La loi fixe ceux-ci au 10ième du module (débit moyen sur un an) de la rivière alors qu’il faudrait garder hors turbinage, le double, c’est à dire le 5 ième du module, afin de préserver la vie du cours d’eau. De plus, pour plusieurs ouvrages de Haute Ariège, jusqu’à présent, EDF avait obtenu un régime dérogatoire pour "raison stratégique" et laissait un débit réservé égal au 20 ième du module... Il parait que çà va changer.
En tous cas le réchauffement climatique à l’oeuvre ne fait qu’aggraver la situation.
(Photos : Photosariege.com)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document