Association départementale agréée de protection de l'environnement en Ariège

"C’est la beauté de la nature, de la vie, et de l’œuvre de l’Homme dans sa dimension créatrice, qui devra nous inspirer tout au long des voies nouvelles que nous emprunterons." Pierre Rabhi (agriculteur-écrivain-humaniste français)

Accueil > Archives > Chasse : l’ASPAS communique

Chasse : l’ASPAS communique

mercredi 25 décembre 2013

Les accidents de chasse mortels ne cessent pas, personne n’est à l’abri

Ce week-end, un apiculteur est abattu lors de ses activités, foudroyé par une balle à sanglier. La saison de chasse dernière, les accidents de chasse avaient augmenté de 25%, et de 12% la précédente. Cette année, le décompte macabre continue. Que font les pouvoirs publics ? Où sont les responsables de la chasse française ?
Le « tir d’instinct » (c’est-à-dire sans regarder) fait des ravages. Ce week-end, lors d’une battue, une balle destinée à un sanglier termine sa course dans la vitre d’une voiture circulant sur la route départementale 913 reliant Verny à Fleury (Moselle). Pire : ce 30 novembre, un apiculteur des Alpes-Maritimes est tué par un chasseur à Clans, dans la Vallée de la Tinée. Le chasseur n’aurait pas pris le temps d’identifier sa cible. Le tir a été fatal.

Le 20 novembre, c’est un pêcheur d’Isle sur Tarn (Tarn), occupé à l’entretien de son bateau, qui est tué par un « accident de chasse » : le tireur l’aurait pris pour un sanglier !

Le 31 octobre, c’est le tour d’un automobiliste circulant à Thonon-les-Bains (Haute-Savoie) qui prend une balle dans la tête. Le chasseur avait raté un sanglier…

Déjà, le jour même de l’ouverture de la chasse à Thorigné-Fouillard, un vététiste d’Ille-et-Vilaine recevait une balle dans le cou !

Ces accidents qui chaque année endeuillent des familles, ou qui laisseront des handicaps lourds à leurs victimes sont légion. Personne n’est à l’abri, de l’usager de la nature au simple automobiliste. L’an dernier, le taux de non chasseurs victimes de ces accidents est passé à 14%.

Une nouvelle fois, l’ASPAS demande qu’enfin une règlementation encadre les mesures de sécurité qui devraient être appliquées à la chasse :

■périmètre de sécurité autour des habitations
■fixation d’un taux d’alcoolémie maximum et possibilité de faire procéder au contrôle d’alcoolémie lors des actions de chasse
■contrôle annuel de l’état de santé, et de la vue, pour obtenir le renouvellement du permis de chasser
■responsabilité pénale des responsables fédéraux des institutions cynégétiques en cas d’accident
■interdiction de la chasse le dimanche, jour de la semaine où plus de 50% des accidents ont lieu.
En attendant, pour le seul caprice d’un lobby, des dizaines de vies sont brisées. L’ASPAS propose des solutions. Que manque-t-il aux responsables politiques pour réagir ?

Une nouvelle campagne de l’ASPAS est lancée pour alerter cette fois sur le danger de cette pratique pour les enfants : ici

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document