Comité Ecologique Ariégeois

Association départementale agréée de protection de l'environnement en Ariège

"C’est la beauté de la nature, de la vie, et de l’œuvre de l’Homme dans sa dimension créatrice, qui devra nous inspirer tout au long des voies nouvelles que nous emprunterons." Pierre Rabhi (agriculteur-écrivain-humaniste français)

Accueil > Actions > Aménagements en milieux naturels > Constructions > Montségur, des aménagements qu’on voudrait discrets

lundi 26 septembre 2016

Montségur, des aménagements qu’on voudrait discrets

A l’heure où même la hiérarchie catholique fait son mea culpa sur les exactions commises sur les Cathares occitans, les Ariégeois, conscients de cette période historique forte et sensible pour "nosautres", sont particulièrement vigilants sur un projet d’aménagement au col de Montségur qui verrait s’installer une billetterie-toilettes là où, 800 ans avant nous, mouraient brûlés les derniers résistants de cette geste à nulle autre pareille.

Actualisation Juin 2018 : notre avis a été suivi d’effet puisque le bâtiment sera finalement enterré dans le talus comme nous l’avions préconisé.

Voir fin d’article.


26-09-2016 : Il faut savoir que le classement du site du Château de Montségur est devenu effectif par décret du 19 décembre 2001.
Sous l’impulsion d’un adhérent du CEA ayant déjà dénoncé avec succès plusieurs méfaits urbanistiques dans ce lieu historique [1], notre association s’est portée aux avant-postes pour d’abord savoir quel type de projet était dans les cartons, ensuite prévenir toutes les autorités compétentes pour veiller à ce que rien ne se passe sans concertation ni informations.

Lettre fut envoyée au Service Territorial de l’Architecture et du Patrimoine de l’Ariège. Puis à Monsieur le Président de la Communauté des Communes du Pays d’Olmes. Enfin aux ministères concernés. Parmi tous ces courriers que nous avons envoyés, seuls ceux adressés au Ministère et au Maire de Montségur ont obtenu une réponse. Les administrations locales et les politiques locaux, eux, nous ont ignorés !
Tant et si bien que Mr le maire de Montségur veille particulièrement à ce que cette concertation ait lieu périodiquement et tienne compte de tous les avis.
En effet, si certaines réalisations sont nécessaires, comme la création d’un musée digne de ce nom dans le village, celles prévues sur le Pog et à son pied sont douteuses, voire néfastes et irréversibles. La création en particulier d’un bâtiment d’accueil de 100m2 au pied du Château est indésirable et illégale pour les raisons suivantes :

  • la création de toilettes ne nécessite pas une telle surface ;
  • l’implantation du bâtiment est prévue non loin du lieu supposé du bûcher, voire à l’endroit même où a été exterminée la minorité des résistants cathares. Tout le site naturel du pied du Pog constitue en ce sens un véritable sanctuaire historique à respecter scrupuleusement. Il ne viendrait à l’idée de personne de construire sur les lieux d’un cimetière ;
  • Enfin, toute construction nouvelle est interdite dans un site classé, sauf dérogation du Préfet, et si nécessaire du Ministère.

Par contre, conscients de l’utilité d’un aménagement approprié à ce site mondialement connu (demande d’inscription en cours au Patrimoine Mondial de l’UNESCO), nous proposons une alternative qui nous semble acceptable : la création de simples toilettes, voire d’une billetterie dans un espace limité enterré dans le talus du parking existant. De cette façon, le paysage et l’histoire du lieu sont respectés et la nouvelle construction a l’avantage de faire partie de l’aménagement existant que constitue le parking. Tout autre nouveau bâtiment doit selon nous être réalisé dans le village distant de seulement 2 km et habilité depuis longtemps à l’accueil touristique. Notre proposition alternative nous semble respectueuse du site et présente l’avantage d’être simple et économique. Elle permettrait, de plus, un financement supportable aux collectivités locales, de l’alimentation nécessaire en eau potable, actuellement défaillante, des hameaux environnants (par simple gravité depuis le col du château où l’eau doit être acheminée pour des toilettes).

C’est ce que le CEA, présent à la réunion du Comité Consultatif du 7 septembre 2016 à Montségur, a développé devant le maire de Montségur et tous les invités. Voir document ci-contre.

La procédure de mise en œuvre concernera quatre équipes d’architectes recrutés après appel à candidature ; ils devront travailler sur trois documents (encore à l’état de projet, donc modifiables)

  • programme architectural
  • programme scientifique et culturel
  • programme muséographique
    complétés par diverses pièces techniques.

Ces quatre équipes devront présenter avant le 18 novembre 2016 des esquisses, un calendrier, le coût, et une notice sur la sécurité et l’accessibilité. Il est prévu que le 21 décembre (en l’absence de négociations) le jury choisisse un Maître d’Œuvre. Dans l’intervalle, il sera donc possible de consulter à nouveau la population de Montségur et le comité consultatif.


Actualisation Juin 2018 : notre avis a été suivi d’effet puisque le bâtiment sera finalement enterré dans le talus comme nous l’avions préconisé.

Notre compte rendu de la réunion du 26 mai 2018 du COMITE CONSULTATIF du Projet Montségur 2020 :

En 2016, nous avons participé à diverses réunions concernant l’aménagement du Site Classé de Montségur. En dehors de la construction d’un musée moderne dans le village, deux autre projets nous inquiétaient surtout : la création d’un bâtiment d’accueil au col du château, en pleine zone naturelle vierge et de potentiels aménagements touristiques d’une Réserve Naturelle en versant nord du St-Barthélémy.
Sous prétexte d’équiper de toilettes le Col sous le château, différents projets de création d’un bâtiment de 100m2 nous ont été soumis à l’automne. La position du CEA avait alors été le seul compromis acceptable pour le site classé selon 2 critères ( paysager et historique ) : un bâtiment, oui, mais dans le talus du parking existant considéré comme une zone déjà aménagée. A la place de cela, un simulacre de vote a orienté la mairie et la communauté de commune vers un choix pré- établi : un bâtiment en pleine zone vierge, sur un promontoire, en plein milieu du sanctuaire que constitue le lieu potentiel du bûcher cathare !
Il a fallu dénoncer le sacrilège aux deux ministères chargés du dossier, celui de la transition énergétique et des paysages et celui de la culture, exiger auprès de l’UNESCO (en charge actuellement de classer mondialement ce patrimoine) le passage du dossier en Commission Supérieure des Sites ( nationale) , menacer d’une action en justice la Préfète... pour que deux inspecteurs parisiens ( vive les citadins ) se déplacent en Ariège, nous rencontrent et fassent un rapport en notre faveur à cette Commission des Sites.
Bilan donc de la réunion de ce jour : ce que nous considérons toujours comme le seul compromis acceptable devient réalité : le bâtiment d’accueil sera enterré dans le talus du parking.
Il est évident que nous resterons vigilants pour tout ce qui se fera dans ce site classé que nous nous sommes appliqués depuis des années à garder authentique.


[1opposition à un projet de pompage profond à Fontestorbes dans le karst du site et acheminement de l’eau par des tuyaux passant au pied du Pog, enfouissement d’une ligne électrique moyenne tension prévue en aérien à Serrelongue (en vision directe depuis le château), participation active au schéma de voierie forestière, tentative de limitation dans le débordement de la carrière de talc de Trimouns sur le versant nord du massif (visible également depuis le château), démontage d’un premier panneau publicitaire illégal en zone naturelle...etc.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document