Comité Ecologique Ariégeois

Association départementale agréée de protection de l'environnement en Ariège

"C’est la beauté de la nature, de la vie, et de l’œuvre de l’Homme dans sa dimension créatrice, qui devra nous inspirer tout au long des voies nouvelles que nous emprunterons." Pierre Rabhi (agriculteur-écrivain-humaniste français)

Accueil > Ailleurs > La liberté de réunion se pose-t-elle en Ariège ?

jeudi 22 novembre 2018

La liberté de réunion se pose-t-elle en Ariège ?

Depuis peu un certain nombre d’associations peinent en Ariège à trouver une salle pour se réunir, certaines municipalités montrant une mauvaise volonté affligeante lorsqu’elles sont sollicitées.
Hasard malchanceux ou entrave à une liberté démocratique fondamentale ?

Trois incidents récents qui, mis bout-à-bout, laissent perplexe :

La maison du Lac à Montbel
  • - Le 26 octobre 2017, APRA-Le Chabot (association agréée pour la protection des rivières ariégeoises) avait sollicité la municipalité de Montbel pour se réunir dans « la Maison du Lac » suite aux projets en cours : détournement de la rivière Touyre et rehausse du lac de Montbel.
    Sans réponse, Henri Delrieu, ex-président et porte parole de l’association a appelé la mairie qui lui a répondu

    ne pas vouloir prêter la salle...

    Centre de Labastide de Serou
  • - En mai dernier, peu de temps après la sinistre journée du 5 Mai à Labastide de Sérou où on a vu une cohorte de chasseurs, éleveurs, agriculteurs et plus grave d’élus vitupérer et menacer violemment les participants d’une réunion sur « l’état des lieux de l’environnement en Ariège », une autre association Les Faucheurs Volontaires a également été déboutée de leur demande de salle de réunion, justement à Labastide de Sérou.
    On aurait pu penser que la mairie, peu fière des événements du 5 Mai, aurait souhaité rectifier le tir et montrer une attitude démocratique irréprochable, et bien non, le refus a été sans appel.
    Mairie de Saint-Girons
  • - Enfin, dernier exemple inquiétant, l’association SMS (Stop Mine Salau) avait demandé le 13 Septembre dernier une salle à la mairie de St Girons pour la présentation de la revue "Z" par des journalistes descendus pour cela en Ariège. Ce numéro portait sur la Guyane et comportait des articles sur l’extractivisme dont un excellent sur la mine de Salau. La date demandée était le 29 Septembre.
    Réponse du maire de Saint-Girons

    La réponse viendra par un courrier du maire en date du 20 Septembre, indiquant que la décision ne pouvait se prendre qu’en conseil municipal, le prochain étant le 2 Octobre ... Sachant aussi que le conseil municipal précédent était le 19 Septembre ... Plus hypocrite tu meurs non ?

Ne tirons cependant pas des conclusions trop hâtives de ces trois mauvaises nouvelles, il se peut que le hasard nous joue des tours, mais peut-être pas...
Où allons nous s’il s’agit de comportements sectaires, traduisant un rapport de force de type totalitaire ?
Le danger est réel, les élus Ariégeois doivent en prendre conscience : chacun, chacune ici comme partout en France, doit pouvoir exprimer librement son opinion, et pour cela pouvoir se réunir.
C’est un des droits fondamentaux de chaque citoyen et c’est un devoir démocratique, une obligation morale non négociable pour les élus, quelles que soient leurs opinions par ailleurs.

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document