Comité Ecologique Ariégeois

Association départementale agréée de protection de l'environnement en Ariège

"C’est la beauté de la nature, de la vie, et de l’œuvre de l’Homme dans sa dimension créatrice, qui devra nous inspirer tout au long des voies nouvelles que nous emprunterons." Pierre Rabhi (agriculteur-écrivain-humaniste français)

Accueil > Actions > Eau > Défense des cours d’eau > Conférence de presse à Foix : la pollution des eaux de l’Ariège et de la nappe (...)

mercredi 15 avril 2015

Conférence de presse à Foix : la pollution des eaux de l’Ariège et de la nappe en Basse-Vallée : ça suffit !

Dernière mise à jour (8mai2015) :
Alors que les associations dénoncent (voir ci-dessous) les pollutions de l’Ariège, notre députée ariégeoise veut assouplir les contraintes, déjà peu "contraignantes", vis-à-vis des agriculteurs pollueurs de cours d’eau.
Et voilà ce que dévoile l’article du "Canard Enchaîné" du 29 avril 2015 au sujet de Mme Frédérique Massat et de la pollution des eaux. Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

Histoire d’eau sale (Canard enchaîné)

Tout le document de la commission


Le Chabot, FNE Midi-Pyrénées, le Comité Écologique Ariégeois tirent la sonnette d’alarme sur les pollutions majeures de l’eau en Ariège.

Et d’abord, on n’en parle plus mais elle augmente, la pollution de l’Ariège au Tétrachloroéthylène s’étend. Là où les Fuxéens tiraient leur eau potable il y a encore 3 ou 4 ans, l’Ayroule, une pollution sournoise continue de se déverser. Des plaintes ont été déposées et malgré quelques investigations judiciaires et policières, l’origine n’a pas encore été décelée.

L’Ariège en aval de l’Ayroule

Bien sûr, qui dit Tétrachloroéthylène renvoie aux divers traitements industriels : mécanique, textile, laverie... Et on n’a pas toujours fait le décompte précis des va-et-vient des hectolitres de ce produit volatil. Est-on sûr que tous les fûts de recyclage sont bien arrivés à destination ?
Les trois associations décident donc à leur tour de porter plainte contre X pour cette pollution qui s’amplifie.

Le 2ème point qui retient notre attention est également une pollution de l’eau aux hydrocarbures. Mais cette fois, l’origine est plutôt signée puisqu’il s’agit de la nappe phréatique au niveau des piézomètres [1] de la gravière Denjean (entre Le Vernet et Saverdun) qui recèlent des taux 23 fois plus importants que la norme en vigueur. Nous avions déjà attiré l’attention des pouvoirs publics sur cette pollution annoncée à la vue des déchets non inertes constellant les déversements des camions de gravats dans la nappe à cet endroit.
Et le dernier compte-rendu de la visite de la DREAL dans cette gravière énonce des manquements graves qui à eux seuls expliquent cette pollution. Là aussi nous demandons des comptes aux pouvoirs publics qui ont laissé cette pollution s’installer. Et ce n’est pas fini car on comprend bien que ces millions de tonnes déversés vont laisser filtrer les polluants industriels (peintures, goudrons, micro-produits industriels ...) pendant des dizaines et des dizaines d’années... Et savez-vous, qu’à terme, l’agriculture reviendra s’enraciner sur ces remblais recouverts de quelques dizaines de cm de terre. Ni vu, ni connu ! Le bon blé de nos campagnes...

AriègeNews
LDDM

Portfolio


[1En plus de mesurer la hauteur et les pressions de l’eau de la nappe, certains piézomètres ou tubes à prélèvements, permettent une analyse chimique de l’eau

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document