Association départementale agréée de protection de l'environnement en Ariège

"C’est la beauté de la nature, de la vie, et de l’œuvre de l’Homme dans sa dimension créatrice, qui devra nous inspirer tout au long des voies nouvelles que nous emprunterons." Pierre Rabhi (agriculteur-écrivain-humaniste français)

Accueil > Actions > Carrières, gravières et mines > Carrière de Péreille > Compromis pour la carrière de Péreille

dimanche 2 décembre 2012

2 décembre 2012

Compromis pour la carrière de Péreille

Pour la CDNPS

Comité Ecologique Ariégeois

09140 RIMONT

(FRANCE)

comite.ecologique.ariegeois@sfr.fr

Proposition de Compromis pour la carrière de Péreille et Raissac

Le Comité Écologique Ariégeois est tout à fait conscient de la nécessité de pouvoir fournir des granulats pour les besoins locaux, à condition de privilégier les économies, les substitutions et le recyclage des matériaux de construction, tout en veillant aux distances de transport les plus courtes possibles.

Il est aussi conscient que le recours à l’extraction de roche dure (calcaire) est à préférer à l’extraction de granulats dans la nappe alluviale qui impacte sévèrement la ressource en eau.

Mais ceci doit se faire ni n’importe où, ni n’importe comment. Il faut impérativement que cela se fasse dans des zones où les contraintes environnementales paysagères, historiques, naturelles et humaines soient les plus faibles possibles.

Fort de ce constat le CEA en accord avec les habitants de Péreille propose le compromis suivant :

Une autorisation de 5 années et 70 000t/an est offerte à la société Rescannières SAS (Eurovia du groupe Vinci) sous la condition de :

  • A/. Remettre en état le site de la carrière sans aucune banquette mais en remodelant la falaise pour la faire ressembler au mieux aux falaises naturelles environnantes des gorges de Péreille.
  • B/. Rechercher à proximité du bassin de consommation (Lavelanet) dans la même couche géologique qui est présente à proximité de Lavelanet un site pour l’ouverture d’une nouvelle carrière dans une zone où l’impact écologique, paysager, historique soit le plus faible possible.
  • C/. Engager toutes les démarches dans un temps minimal possible. S’il s’avérerait que l’ouverture d’une nouvelle carrière ne peut être réalisée dans le délai des 5 années une ultime prolongation de 5 ans à 70 000t/an pourrait être envisagée après consultation des APNE, des habitants et de la CDNPS.

Ceci afin d’éviter les transports de matériaux sur de grandes distances et d’éviter d’impacter plus la nappe alluviale de la Basse Ariège.

Nous pensons que toutes les parties concernées gagneraient à adhérer à un compromis de ce type :

  • l’environnement naturel, paysager et historique
  • les habitants de Péreille d’en bas et de La Tannière
  • les emplois présents sur le site et dans la société Rescannières qui pourraient être maintenus jusqu’à leur transfert vers le nouveau site à créer.
  • la profession des carriers qui gagnerait en terme d’image auprès du public ariégeois, ce qui lui serait profitable lors des procédures d’ouverture d’autres carrières en roche dure.

Le président du CEA, Daniel Strub,

Rimont le 2.12.2012

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document