Comité Ecologique Ariégeois

Association départementale agréée de protection de l'environnement en Ariège

"C’est la beauté de la nature, de la vie, et de l’œuvre de l’Homme dans sa dimension créatrice, qui devra nous inspirer tout au long des voies nouvelles que nous emprunterons." Pierre Rabhi (agriculteur-écrivain-humaniste français)

Accueil > Actions > Protection : Faune, Flore, Forêts > Espèces animales > Vautours > UNE JUMENT EN TRAIN DE METTRE BAS DÉVORÉE PAR LES VAUTOURS : Mensonges et (...)

samedi 14 juin 2014

UNE JUMENT EN TRAIN DE METTRE BAS DÉVORÉE PAR LES VAUTOURS : Mensonges et Vérités

Ces derniers temps fleurissent dans les médias, des articles plus fantaisistes les uns que les autres, relatant de prétendues "attaques" de vautours fauves sur des animaux vivants.
Rarement démenti par manque de preuves du contraire, ces articles finissent par faire croire au gens que le vautour est devenu un animal dangereux pour le bétail.

Copie de l’article de la Dépêche du Midi du 29 mai 2014

Enquête

« Après le loup, maintenant les vautours. Ils avaient attaqué une brebis l’an dernier à Fonters, ils sont revenus, hier, et attaqué une jument et son poulain en train de naître.

Élie Soula, agriculteur à Fonters-du-Razès, est en colère. Hier, aux environs de midi, les vautours lui ont tué une jument qui poulinait. Quarante, cinquante vautours qui se sont acharnés sur la bête et son poulain jusqu’à les tuer. Pour cet agriculteur diversifié qui produit des céréales, élève des bovins viande, qui fait naître et a aussi quelques chevaux pour des concours, c’est un sérieux coup, une perte financière importante qu’il estime entre 4 000 à 5 000 €, entre la jument et la saillie et encore, c’est sans compter le poulain. « Je ne pensais pas voir des vautours de si près », souligne l’homme, encore tout impressionné par les imposants oiseaux. « Plus d’1 mètre, 1,10 d’envergure ». Il était en tracteur, a eu juste le temps de faire quelques photos que les oiseaux s’envolaient. Et l’homme se désole : « Tu élèves des bêtes et après tu les retrouves par terre, dévorée par les rapaces. Après le loup, ça maintenant. Un nouveau fléau d’autant que là, on n’est pas indemnisé. Chez mon voisin, ils ont tué une brebis qui mettait bas ; la semaine dernière, à Mirepoix, un agriculteur a dû faire euthanasier une jument qui poulinait et qu’ils ont attaquée ».
« Encore une espèce protégée »

« D’après les spécialistes, le vautour n’est pas censé attaquer les animaux vivants puisque c’est un charognard. Et pourtant, l’an dernier déjà, il avait attaqué une brebis vivante chez Bernard Martin. Là encore, on voit bien que dès qu’il y a du sang, il attaque », constate Serge Vialette, président de la FDSEA, saisie par l’agriculteur. « Nous allons nous rapprocher de la Ligue protectrice des oiseaux qui ont un spécialiste de ces problèmes-là et voir comment on peut indemniser les éleveurs. Pour nous, il est hors de question qu’ils ne le soient pas » , Et d’expliquer comment il redoute d’autres attaques. « Nous sommes dans une période critique. L’an dernier, c’était déjà à la même époque. On est, d’après les spécialistes sur une crête d’accouplement entre les vautours du Massif central et ceux des Pyrénées. Comme pour le loup qui vient soit d’Espagne, soit d’Italie. Nous sommes à la croisée des chemins », ironise le chef de file du syndicat agricole avant de râler. « Ça commence à bien faire. C’est, là aussi, un oiseau protégé. En France, nous devons être riches puisqu’on a encore de l’argent pour protéger les loups, les vautours plutôt que l’emploi et l’économie ». .
Gladys Kichkoff »

Démenti de la LPO (Ligue pour la Protection des Oiseaux de l’Aude :

En effet le 24 mai à 8h33, deux paramotoristes ont survolé la commune de Fonters-du-Razès et ont observé à cette occasion le cadavre d’une jument correspondant à celle de la photo publiée dans La Dépêche et ce à l’exact endroit (point GPS à l’appui) où les faits se seraient déroulés.
La mort de la jument en question est donc intervenue au minimum 4 jours avant l’arrivée des vautours. Nous sommes donc très loin d’une « d’une attaque fulgurante de 50 Vautours » comme il est indiqué par La Dépêche dans son édition du 29 mai dernier.
A noter que les deux paramotoristes ont aussi observé à cette occasion le squelette d’un autre équidé dans le même enclos !!

(Droit de réponse de la LPO Aude) Fonters du Razès :
la jument était morte depuis au moins 4 jour

Nous sommes donc, une fois de plus, face à des MENSONGES éhontés de certains éleveurs peu scrupuleux prêts à tout pour récupérer des indemnisations.

Dans presque tous les cas de prétendues "attaques" de vautours sur du bétail vivant en Ariège et ailleurs nous savons de source sûre que :

Les constats effectués par des gardes assermentés de l’ONCFS (office national de la chasse et de la faune sauvage) n’étant pas rendus publics, la vérité sur ces prétendues "attaques" peine à voir le jour.


Voir en ligne : Article Dépêche du Midi


Comment dire les choses vraies le plus sérieusement du monde avec HUMOUR
Une manifestation anti prédateurs (intitulée fallacieusement "Défense de la ruralité) a réuni quelques centaines de manifestants à Foix le 28 juin 2014 venant de toute la région et souvent de fort loin.
Plutôt que faire une démonstration scientifique de la stérilité du point de vue des chasseurs et des paysans manipulés par la FNSEA, il est plus intéressant d’écouter sur ce thème ce célèbre conteur Ariégeois dans une chronique d’Ariège News...
http://www.ariegenews.com/news-78304.html

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document