Association départementale agréée de protection de l'environnement en Ariège

"C’est la beauté de la nature, de la vie, et de l’œuvre de l’Homme dans sa dimension créatrice, qui devra nous inspirer tout au long des voies nouvelles que nous emprunterons." Pierre Rabhi (agriculteur-écrivain-humaniste français)

Accueil > Archives > Pamiers : des bidons de glyphosate neutralisés par les "Faucheurs (...)

Pamiers : des bidons de glyphosate neutralisés par les "Faucheurs volontaires"

mercredi 28 septembre 2016

(article de LDDM avec la vidéo.)


Les faucheurs volontaires de l’Ariège ont « neutralisé », hier, plusieurs dizaines de bidons d’herbicide dans deux jardineries. Cible prioritaire, le glyphosate, dont ils demandent l’interdiction.

Il est aux alentours de 15 heures, hier après-midi, lorsqu’un groupe d’une quinzaine de personnes pénètre dans le magasin « Espace Émeraude » à Saint-Jean-du-Falga. Se revendiquant des faucheurs et faucheuses volontaires ariégeois, ils s’emparent de tous les bidons d’herbicide à base de glyphosate en vente dans les rayons.

Neutralisés à la bombe de peinture

Au sol, sur une bâche, les produits sont maculés à l’aide de bombes de peinture, rendus « impropres à la vente ». Le scénario se répète à l’identique un peu plus tard au « M. Bricolage » de Pamiers. Dans les deux cas, la police n’a pas le temps d’intervenir. Aucun des responsables des magasins concernés n’a souhaité réagir.

Principale cible des faucheurs volontaires, le glyphosate : un désherbant total, plus connu sous le nom commercial de « Roundup », et dont le principe actif chimique attise les polémiques. Largement utilisé dans l’agriculture et le jardinage, les militants écologistes mettent en cause ses effets sur la santé : dans un communiqué, ces derniers font notamment référence au centre international de recherche contre le cancer (CIRC), qui le classe comme « cancérogène probable ». Un avis partagé par l’organisation mondiale de la santé (OMS) et plusieurs autres études indépendantes, mais contesté par l’autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA).

« Il y a peu, la ministre de la santé et d’autres personnalités politiques affichaient leur souhait de ne pas voir ré-autorisé le glyphosate, ont rappelé les faucheurs avant de passer à l’action. Nous saluons ce vœu, mais nous demandons qu’il se concrétise par une interdiction totale ! » Face à ces accusations, le produit a frôlé le non-renouvellement de son homologation mais vient d’obtenir un sursis de dix-huit mois, accordé par la Commission européenne.

Au moins une plainte déposée

Une action que les faucheurs situent également dans la continuité de leur lutte contre les OGM, « rendus tolérants aux herbicides, et que nous retrouvons dans nos champs et dans nos assiettes. Sans compter les résidus, que l’on retrouve par ruissellement dans nos rivières et notre eau potable ». Autre élément de contexte en jeu, un groupe de faucheurs doit être jugé vendredi à Privas (Ardèche), pour des actions similaires. « Quoi qu’il arrive à l’issue de ce procès, ont-ils prévenu, nous n’arrêterons pas ». Un des deux magasins en cause a déposé plainte.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document