Association départementale agréée de protection de l'environnement en Ariège

"C’est la beauté de la nature, de la vie, et de l’œuvre de l’Homme dans sa dimension créatrice, qui devra nous inspirer tout au long des voies nouvelles que nous emprunterons." Pierre Rabhi (agriculteur-écrivain-humaniste français)

Accueil > Actions > Déchets > Recycarbo : lettre ouverte au député Alain Fauré

jeudi 12 décembre 2013

Recycarbo : lettre ouverte au député Alain Fauré

Monsieur le Député,
En 2006, lors de l’inauguration de l’entreprise « Recycarbo » sur la ZI du Moulin d’En Four à Laroque d’Olmes, en qualité de suppléant de M. Nayrou, député, vous vous êtes réjoui de la création de cette entreprise de dépollution des eaux souillées par les hydrocarbures. Vous avez même félicité Mme Ispa, alors maire de Laroque d’Olmes, en louant ses efforts pour faciliter l’installation de cette entreprise contre les « gêneurs » qu’étaient les écologistes. Élu(e)s et autorités se congratulaient et voyaient déjà un « éco-site » régional autour de la grande station d’épuration voisine.
« Recycarbo », dans le cadre du BER (Bassin d’Emploi à Redynamiser) allait profiter d’exonérations fiscales et sociales …
En 2011, l’entreprise fermait, laissant huit personnes sans travail et des produits dangereux sur le site.
La première phase de dépollution vient de se terminer et son coût s’élève à 134 293,21 € payés par l’ADEME, donc par les contribuables. Une seconde phase est prévue qui sera toujours financée publiquement. La société « AUREA », cotée en bourse, au chiffre d’affaire de 162 millions d’€, possédait, en 2011, 89,09 % du capital de « Recycarbo ». Depuis, elle ne veut rien savoir et surtout pas payer pour la dépollution.
Nous trouvons cette situation injuste socialement, dangereuse écologiquement et financièrement dommageable pour le contribuable.

Nous aimerions que vous sortiez de votre silence à ce sujet et nous vous demandons de faire une proposition de Loi obligeant les sociétés défaillantes à rembourser les aides publiques reçues et à assurer les travaux de dépollution après leur cessation d’activités. Cette notion de conditionnalité des aides et subventions publiques est abordée dans les propositions du livre blanc sur le financement de la transition écologique à l’initiative du Président de la République lors de la conférence environnementale.

Dans l’attente de votre réponse, nous vous adressons, Monsieur le Député, nos salutations respectueuses.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document