Comité Écologique Ariégeois

Association départementale agréée de protection de l'environnement en Ariège

...Il apparaît, en effet, avec une clarté toujours plus aveuglante que ce ne sont ni la famine, ni les tremblements de terre, ni les microbes, ni le cancer, mais que c’est bel et bien l’homme qui constitue pour l’homme le plus grand des dangers... Le suprême danger qui menace aussi bien l’être individuel que les peuples pris dans leur ensemble, c’est le danger psychique. (Carl Gustav Jung - 1944 : "L’Homme à la découverte de son âme")

Accueil > Actions > Agriculture, Santé, Alimentation > Agriculture - Elevage - Filières agricoles > Retrouver le sens du vivant... au jardin !

samedi 24 décembre 2022

Retrouver le sens du vivant... au jardin !

Agroforesterie Syntropique - Résilience active

Le blog des jardiniers vivants, conscients et émerveillés...

MàJ du 24 décembre 2022 ...Un lieu d’abondance où la terre grouille de vie, où les insectes pollinisateurs vrombissent dans un ballet incessant, où le vert succède au vert. Une abondance telle qu’il ne s’agit plus de désherber, mais de tailler pour rendre au sol l’excès de cette jungle folle. Un jardin d’éden.

Votre jardin.

Le vivant est par essence un mouvement qui tend vers toujours plus de diversité et de coopération vers l’abondance. Nous, humains, détricotons depuis des siècles ces interactions indispensables à la bonne marche du monde vivant.
Notre civilisation imprime toujours plus avant la marque de l’activité humaine, de sa pollution et de son avidité destructrice.
Il ne s’agit plus aujourd’hui de faire un choix écologique, de soupeser une orientation de vie, ni de résister à un système qui ne nous conviendrait pas. Les systèmes climatiques, écologiques, politiques, alimentaires et sociétaux sont au bord de la rupture. Nous n’expérimentons aujourd’hui que les prémices de leur effondrement. Nous nous trouvons déjà entre le stade de l’arche de Noé et celui du radeau de La Méduse.

Si la résistance a ses lettres denoblesse, elle implique de puiser profondément dans ses ressources afin de s’indigner et de s’arc-bouter « contre ». Elle épuise. Peut-être n’est-il plus temps de résister. La résilience devient une alternative.
Une alternative qui nourrit, qui permet à chacun de grandir en savoir-être et en savoir-faire.

Elle peut permettre de prendre le virage avec moins de souffrance et de difficultés. Il s’agit ici de retrouver une place juste et bénéfique qui va dans le sens du vivant. De remplir, de grandir et d’augmenter la richesse et le vivant du monde et de nos propres capacités d’adaptation.

Oui, mais.
L’ancien système prévaut encore dans la vie quotidienne. Il est difficile, voire souvent impossible d’imaginer une rupture franche avec notre mode de vie actuel. Tous les cadastres, les lois, la finance, les habitudes contrecarrant le besoin et la soif de quelque chose de différent.
Ces prises de conscience sont difficiles, prennent du temps et nous laissent profondément conscients de la bêtise des systèmes existants ; conscients… mais coincés.
Coincés ? Pas tout à fait, car nous avons le pouvoir…

et c’est là qu’il faut lire l’article de NEXUS que nous vous offrons ici gratuitement... (clic droit et "ouvrir dans un nouvel onglet"- le téléchargement peut être un peu long)
Voir le Fichier : NEXUS_143_-_Retrouver_le_sens_du_vivant.pdf 67 Mo

Ainsi que l’interview de son autrice Anaëlle Théry : (clic droit et "ouvrir dans un nouvel onglet")
Voir le Fichier : NEXUS_143-interview_Anaelle_Thery.pdf 12 Mo


MàJ le 1/02/2021 Le retour vers des achats alimentaires de proximité, les circuits courts, la culture dans son potager, les jardins partagés, tout ceci montre la nouvelle préoccupation des gens dans leur mode d’achat ou de production alimentaire.
Les conseils et aides pour ce faire existent autour de nous, prodigués par les plus chevronnés et expérimentés des citoyens jardiniers qui se font un plaisir de distribuer cette expérience acquise au long cours.
Mais saviez-vous que vivent en Ariège des professionnels et des associations qui organisent ces enseignements et ces stages ? Voyons donc ces personnes ou groupes ressources.

Le dimanche 7 février de 10h à 17h à Engravies 09600 DUN sur l’exploitation de D’Âme Saveurs (voir explication en bas). L´association ArboRéal (AAA’rièges) se fait une joie de vous convier à sa 3ème foire aux greffons pour amateurs.

  • Démonstration de greffage à 11H30 et 15H15,
  • ateliers « Arbre Vivant 14H30 et « Arbre en bonne santé » 16H,
  • conseils et échanges sont prévus lors de cette journée.

Pour venir : Commune de DUN (09600) à Engravies, tourner à droite le long de l’église et aller tout au bout du chemin jusqu’au bâtiment en bois de D’Âme Saveurs.
Association ArboRéal
06 52 66 05 03


MàJ le 1/02/2021

Concevoir son projet d’agroécologie vivrière

L’agriculture vivrière est la forme d’agriculture la plus pratiquée par les paysans à travers le monde. Son objectif principal est de nourrir le paysan, sa famille et ses proches.

Un stage de 5 jours est proposé en Ariège par Terre et Humanisme. Du 2 au 6 août 2021. Pour tous les détails vous pouvez aller sur cette page.
04 75 36 65 40
ou formation@terre-humanisme.org

Programme

☀ Les grands principes de l’agroécologie : écosystème sol vivant, travail respectueux, gestion de la fertilité, soins et traitements naturels, semences appropriées, associations de cultures, gestion de l’eau, élevages
☀ Présentation de différents outils de diagnostic d’un site ou comment étudier son milieu : terre, eau, air et soleil
☀ Techniques d’aggradation de sol pour produire des denrées agricoles
☀ Les arbres, piliers de l’agro-écosystème : fonctions biologiques et produits à at- tendre
☀ Place des animaux : complémentarité avec les arbres et les cultures, produits, place dans l’agro-écosystème
☀ Gestion de l’eau : récupération d’eau de pluie, ouvrages de rétentions, irrigation et économies d’eau


MàJ le 1/02/2021
Emmanuel CHEMINEAU (qui propose le stage ci-dessus) est un formateur convaincu que les agricultures de type agroécologique peuvent répondre au défi de nourrir l’humanité tout en préservant l’intégrité de notre terre.
Il nous propose un petit retour sur cette année 2020 et sur ce qu’il en retient de son point de vue de paysan/formateur sur une petite ferme vivrière en Basse-Vallée de l’Ariège.
Extrait de sa lettre :
......................
Que nous enseigne donc cette année et les précédentes d’ailleurs ? Et bien tout simplement que nous allons devoir faire face de plus en plus fréquemment à des alternances importantes de période sèches et de périodes très humides avec probablement quelques phénomènes violents au passage. Et ceci m’interroge donc fortement en terme de disponibilité en eau pour les cultures et les animaux.
.......................
Voir la totalité de son texte ici.