Comité Écologique Ariégeois

Association départementale agréée de protection de l'environnement en Ariège

Il ne faut pas s’accrocher aux alternatives en se disant qu’elles vont changer la société. La société changera quand la morale et l’éthique investiront notre réflexion. Chacun doit travailler en profondeur pour parvenir à un certain niveau de responsabilité et de conscience et surtout à cette dimension sacrée qui nous fait regarder la vie comme un don magnifique à préserver. (Pierre Rabhi 21 avril 2020)

Accueil > Actions > Agriculture, Santé, Alimentation > Autres sujets de santé > En Ariège : Mouvement d’Insoumission aux Ordres Professionnels (MIOP). 6 (...)

jeudi 9 juin 2022

En Ariège : Mouvement d’Insoumission aux Ordres Professionnels (MIOP). 6 praticiens s’opposent à l’ordre des médecins

Appel à mobilisation de soutien aux médecins en injonction de paiement de leur cotisation ordinale 2020 et 2021.
RDV devant le tribunal de Foix le 17 Juin à 13h.

Communiqué de presse

Appel à mobilisation de soutien aux médecins en injonction de paiement de leur cotisation ordinale 2020 et 2021. RDV devant le tribunal de Foix le 17 Juin à 13h.

Début janvier 2022, suite à leur refus de payer, 6 médecins d’Ariège ont reçu une injonction de payer leur cotisation pour l’année 2020 et 2021.

Ce refus de payer s’inscrit dans le Mouvement d’Insoumission aux Ordres Professionnels (MIOP). Ce mouvement national regroupe plusieurs professionnel·le·s et plusieurs associations, syndicats, collectifs appelant à la dissolution de l’Ordre des médecins.

Les raisons de ce refus sont multiples et renvoient aux différents dysfonctionnements relevés par le rapport de la Cour des Comptes rendu public le 9 décembre 2019 et par le Manifeste du 9 mars 2021 :

 mauvaise représentativité de la profession que l’ordre prétend représenter
 cumul des mandats et rentes de situation pour les membres des conseils nationaux, régionaux et départementaux
 opacité du fonctionnement au quotidien
 multiplication de réunions indemnisées grassement pour les participant·e·s
 pratique financière et gestionnaire malhonnête, favoritisme familial, appétit immobilier
 activité juridictionnelle et disciplinaire partiale
 faillite dans l’application de la déontologie médicale, en privilégiant la confraternité plutôt que l’éthique médicale
 complaisance pour des médecins condamnés pénalement pour viols et agressions sexuelles
 condamnation de médecins qui dénoncent des situations de maltraitances infantiles
 manque de vigilance face à la relation médecins-industrie pharmaceutique

Créé sous le régime de Vichy pour remplacer et spolier les syndicats alors interdits par Pétain, l’Ordre des médecins est une institution d’ancien régime qui n’a pas sa place dans notre démocratie. 
En effet, elle s’arroge le droit de représenter tou·te·s les médecins, se substituant aux syndicats, alors qu’elle ne représente qu’un point de vue, souvent réactionnaire. L’Ordre s’est, entre autres, opposé à l’IVG, à l’exercice collectif et collaboratif, au tiers-payant.
L’Ordre n’a rien fait pour défendre le service public hospitalier et a laissé se développer les dépassements d’honoraires, une grave source d’inégalité dans l’accès aux soins. En défendant un modèle purement libéral, il a laissé s’installer les déserts médicaux. Dans ses tribunaux d’exception, il a soutenu les employeur·e·s dans leurs plaintes et intimidations contre les médecins qui faisaient le lien entre la santé psychique des salarié·e·s et leur travail. Sous couvert de défense de la "confraternité et de l’image de la profession", il a couvert de graves faits de pédocriminalité et d’agressions sexuelles, comme dans l’affaire Joël Le Scouarnec.

Ces nombreux dysfonctionnements, de sa création sous l’occupation à nos jours, illustrent les nombreux conflits d’intérêt de cette organisation corporatiste opaque (1). Ces positionnements, aux services de certains médecins, se font souvent au détriment de la santé publique de nos concitoyen·ne·s.

Aujourd’hui, notre opposition à l’Ordre prend plusieurs formes (pétitions (2), tribunes (3), paiement différé des cotisation, paiement partiel avec reversement à des assos d’intérêt général, non paiement...).

Par cette opposition, nous ne réclamons pas une dérégulation complète de l’exercice médical, ce qui serait préjudiciable à la santé publique. Nous demandons en revanche un contrôle plus démocratique et plus juste du pouvoir médical.
Il existe déjà des institutions (ou des organismes publics) pouvant assurer ces missions, sous réserve de leur donner les moyens humains et financiers à la hauteur. Nous désirons que soient étudiées les propositions faites pour reprendre les missions de l’Ordre dans la perspective de sa dissolution.
Nous souhaitons un débat publique sur ses rôles, ses alternatives et sa dissolution.

Le collectif de soutien
06.14.21.79.33


INFOS : La Cour des comptes fustige la gestion de l’ordre des médecins
Dotée d’un budget annuel de 85 millions d’euros, l’instance ordinale est épinglée par la Cour des comptes pour des comptes "insincères", des remboursements de frais non justifiés et des indemnités confortables versées aux membres du bureau de l’ordre des médecins.
https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/12/09/l-ordre-des-medecins-severement-critique-par-la-cour-des-comptes_6022207_3224.html

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document