Comité Écologique Ariégeois

Association départementale agréée de protection de l'environnement en Ariège

...Il apparaît, en effet, avec une clarté toujours plus aveuglante que ce ne sont ni la famine, ni les tremblements de terre, ni les microbes, ni le cancer, mais que c’est bel et bien l’homme qui constitue pour l’homme le plus grand des dangers... Le suprême danger qui menace aussi bien l’être individuel que les peuples pris dans leur ensemble, c’est le danger psychique. (Carl Gustav Jung - 1944 : "L’Homme à la découverte de son âme")

Accueil > Actions > Agriculture, Santé, Alimentation > Autres sujets de santé > Guérir par l’intermédiaire de virus spécialisés : c’est possible (...)

samedi 27 décembre 2014

Lu dans Le Monde

Guérir par l’intermédiaire de virus spécialisés : c’est possible !

La phagothérapie

Guérir par l’intermédiaire de virus spécialisés : ceci est connu depuis le début du XXème siècle. Ils sont appelés bactériophages ou phages. Seulement l’industrie chimique et médicamenteuse est passée par là en imposant les ANTIBIOTIQUES. Seuls certains pays ont gardé ces filières de soins naturels : la Russie, la Géorgie, l’Inde (ce pays dans des labos privés et confidentiels).
Or, en France, des médecins tentent d’utiliser la phagothérapie dans des affections bien précises, là où les antibiotiques échouent (ne touchons pas à la manne pharmaceutique !). Par exemple contre le staphylocoque doré des maladies nosocomiales. C’est cet exemple que le journal Le Monde vient de mettre en avant pour présenter ces thérapies promises à un brillant avenir après avoir été torpillées dans un passé récent...

Une date d’opération était programmée pour l’amputation du pied droit de Caroline Lemaire. Sa jambe devait être coupée à 12 cm au-dessous du genou. "J’ai même eu la prothèse dans les mains", se souvient-elle. C’était en 2008. Pourtant, cette jolie femme de 43 ans a toujours son pied aujourd’hui. Elle a eu la chance de bénéficier d’une thérapie utilisée dans le passé : la phagothérapie.

Alors que l’âge d’or des antibiotiques semble être révolu, cette ancienne thérapie suscite de nouveaux espoirs. Elle consiste à utiliser les phages, virus naturels des bactéries, dans certains cas d’antibiorésistance. Ce traitement a connu ses premiers succès dans les années 1920. Mais les phages, plus précisément les bactériophages, ont sombré dans l’oubli avec l’avènement de l’antibiothérapie, au milieu des années 1940.

Lire la suite directement ici