Comité Écologique Ariégeois

Association départementale agréée de protection de l'environnement en Ariège

l ne faut pas s’accrocher aux alternatives en se disant qu’elles vont changer la société. La société changera quand la morale et l’éthique investiront notre réflexion. Chacun doit travailler en profondeur pour parvenir à un certain niveau de responsabilité et de conscience et surtout à cette dimension sacrée qui nous fait regarder la vie comme un don magnifique à préserver. (Pierre Rabhi 21 avril 2020)

Accueil > Actions > Agriculture, Santé, Alimentation > Autres sujets de santé > Covid : Ne devenez pas complices de "l’insensé" par ignorance. Résistance (...)

mardi 27 juillet 2021

Covid : Ne devenez pas complices de "l’insensé" par ignorance. Résistance !

Des informations au jour-le-jour liées à la situation épidémique et au confinement ont été publiées dans cet article-blog commencé en mars 2020 mais interrompu depuis avril 2020 par lassitude devant l’hypocrisie générale liée au traitement politique et médiatique de cette maladie.

Cependant la situation actuelle est trop grave pour qu’on abandonne notre libre-arbitre, notre liberté de nous soigner comme on le souhaite. Nous avons surtout l’obligation morale de défendre notre corps et notre for intérieur contre toute tentative d’intrusion qu’elle soit physique ou psychique. Et depuis 1 an et demie, nous sommes matraqués par une propagande éhontée qui n’a qu’un seul but : rentrer dans nos consciences intimes et nous piquer-vacciner par tous les moyens. Et pour cela le régime peut s’appuyer sur ses complices habituels : les médias, l’administration et les élus peureux ou "aux ordres".
Nous continuerons donc à publier tout ce qui va dans le bon sens pour éclairer, ouvrir les yeux et faire réfléchir. Ceci étant le contraire de la propagande.

Voici un texte du philosophe Strasbourgeois Reza Moghaddassi [1]

Attention, humour et ton décalé dans ce texte, ne vous méprenez pas.

A tous les gens raisonnables et très intelligents qui s’indignent devant ceux qui ne veulent pas se faire vacciner.

Pardonnez-moi d’avoir des doutes sur la sûreté de ce que vous appelez en chœur des « vaccins ». Je devrais en effet faire aveuglément confiance à la télé et aux autorités. Je devrais faire confiance aux études fournies par les laboratoires pharmaceutiques même s’ils ont été condamnés ces dernières années à des milliards de dollars d’amendes notamment pour fraude scientifique.

Pardonnez-moi mon égarement et mon effort pour comprendre la justification scientifique des mesures qui sont prises.

Pardonnez-moi de chercher à évaluer la proportionnalité des mesures prises par rapport aux risques encourus.

Pardonnez-moi de confronter le discours des scientifiques lourds de liens et de conflits d’intérêts avec ceux qui n’en ont pas.

Pardonnez-moi de chercher à comprendre la nature des controverses scientifiques plutôt que de me ranger dans la dictature d’une pensée autorisée arrogante et partiale.

Pardonnez-moi de ne pas vouloir être le cobaye d’injections expérimentales en cours d’essais cliniques.

Pardonnez-moi d’oser regarder les chiffres officiels (pourtant largement sous-évalués) des morts et des effets indésirables graves liés aux différents vaccins en cours au lieu de laisser cela aux « experts » ou bien de reconnaître simplement que tous ces évènements ne sont que des coïncidences sans lien de causalité établie.

Pardonnez-moi de ne pas vouloir faire prendre le risque d’effets secondaires graves à mes enfants alors qu’ils n’ont quasiment aucune chance de faire une forme grave du covid et que personne n’est capable honnêtement et scientifiquement de reconnaître un rapport bénéfice risque favorable pour eux d’une telle vaccination.

Pardonnez-moi d’exister

Vous avez raison, je ne suis qu’un insolent. Après tout nous sommes dans l’urgence et nous n’avons pas le temps de s’encombrer de la réflexion et de la morale. Ne brisons pas l’unité du troupeau et laissons-nous guider par les « experts » honnêtes et fiables qui nous gouvernent. L’important ce n’est pas la vérité, ce n’est même pas la réalité, c’est d’être uni dans la guerre contre le virus.

Vous avez raison le plus grand danger, ce sont les « complotistes », c’est-à-dire tous ceux qui osent remettre en cause l’intégrité des autorités politiques et scientifiques ou des médias de masse. Ces vilains conspirationnistes vont semer les germes du doute et de la division. Ils risquent, par leur impudence, de pousser les gens à réfléchir.

Merci en revanche à Pfizer et à Moderna, et à tous les autres, de penser à nous et de nous proposer une offre d’abonnement à vie.

Merci à leurs amis de longue date dès les bancs de l’université de médecine puis à travers une collaboration étroite de devenir leurs relais et contribuer ensemble à construire une science véritable au service de la santé.

Merci aux médias dominants, neutres et indépendants de faire un travail si important de réinformation des masses incultes dont je fais partie.

Merci bien évidemment aussi à toute l’équipe dirigeante de faire de son mieux, pour notre bien.

C’est pour notre bien.

Oui, c’est pour notre bien en effet que les autorités ont continué depuis un an et demi à supprimer des lits à l’hôpital

C’est pour notre bien qu’ils nous ont imposé le port du masque à l’extérieur sans aucun fondement scientifique.

c’est pour notre bien qu’ils refusent de recommander de la vitamine D et du zinc en prévention pour renforcer nos défenses immunitaires malgré toutes les études qui confirment leur rôle.

c’est pour notre bien qu’ils refusent de recommander des traitements précoces peu onéreux malgré l’abondante littérature scientifique et les expériences de terrain qui en montrent l’efficacité et qu’ils recommandent seulement du doliprane et de rester à la maison.

C’est pour notre bien qu’ils menacent et suspendent tous les médecins qui ont soigné leurs patients avec des résultats époustouflants au lieu de les renvoyer chez eux avec du doliprane.

C’est pour notre bien qu’ils commandent des millions de dose de remdesivir à 3000 euros la dose en intraveineuse sans études validant ces effets et malgré un retour sur le terrain qui a conclu à son inefficacité, sa toxicité pour les reins et son rôle mutagène.

c’est pour notre bien qu’ils refusent de s’intéresser au vaccin chinois ou russe, (uniquement pour des raisons sanitaires ! ), même quand on ne disposait pas d’assez de vaccins.

C’est pour notre bien qu’ils terrorisent et menacent la population pour aller se faire injecter un médicament expérimental sur lequel nous n’avons aucun recul à moyen et long terme.

C’est pour notre bien que le pouvoir exécutif a créé un conseil de défense totalement secret (pour 50 ans) avec une haute autorité de santé composée d’acteurs en conflits d’intérêt.

C’est pour notre bien qu’ils incitent les enfants à se faire vacciner alors qu’ils risquent davantage de souffrir des effets secondaires des « vaccins » que du covid.

C’est pour notre bien qu’ils lancent une vaccination de masse en pleine pandémie contrairement aux règles habituelles de prudence.

C’est pour notre bien qu’ils piétinent les libertés les plus fondamentales et scindent à présent le peuple en deux avec deux régimes de droits.

C’est pour notre bien qu’ils ont interdit la prescription d’hydroxychloroquine jusque-là en vente libre par les médecins.

C’est pour notre bien qu’ils refusent de recommander l’usage de l’ivermectine, de macrolides et du zinc.

C’est pour notre bien qu’ils ont méprisé tout le travail de l’IHU méditerranée, le lieu le plus à la pointe de la recherche en France en infectiologie et dont les résultats ont été bien meilleurs qu’ailleurs.

C’est pour notre bien qu’ils mobilisent et financent des tests PCR peu fiables avec des cycles d’amplifications si nombreuses que le test perd de toute sa pertinence.

C’est pour notre bien qu’ils comptabilisent comme mort du covid une majorité de gens morts avec le covid.

C’est pour notre bien qu’ils se sont associés avec les Gafam pour censurer les lanceurs d’alerte sur you tube, sur twitter, sur Facebook.

C’est pour notre bien qu’ils acceptent de décharger les industries pharmaceutiques de toute responsabilité juridique en cas d’effets secondaires des vaccins et qu’ils nous font signer une déclaration de consentement.

C’est pour notre bien qu’il a été décidé de créer une scission en France entre les vaccinés et les non-vaccinés alors même que les vaccinés peuvent être contaminants.

C’est pour notre bien qu’on a déclaré comme fou, gâteux, dangereux tous les scientifiques parmi les plus brillants et aux titres académiques les plus prestigieux qui ont eu le malheur de contester la narration officielle sur les évènements.

Pardonnez-moi de finir par me méfier de ceux qui veulent mon bien. Je suis trop bête pour comprendre.

Trop bête pour comprendre

Qu’on a dû changer la définition de ce qu’est un vaccin pour pouvoir dire que ces expériences géniques sont des vaccins.

Que nous sommes face à un vaccin si nouveau et si révolutionnaire qu’il n’empêche pas de tomber malade ni d’être contaminant.

Que nous prétendons « vacciner » les gens avec des techniques inédites qui sont en phase expérimentale et dont nous ne connaissons pas les conséquences à moyen terme et à long terme, mais que ceux qui se font vacciner ne seraient pas des cobayes.

Trop bête pour comprendre

Qu’on ne connaît pas exactement l’intégralité de la composition des vaccins au nom du secret industriel, mais qu’on ne peut pourtant affirmer qu’il n’y a pas de problèmes.

Que les industries pourvoyeuses des vaccins dont Pfizer ont été condamnés à plusieurs milliards d’amendes pour fraude scientifique, mais qu’on peut s’appuyer sur leurs seules études pour lancer la campagne vaccinale.

Que si des spécialistes de la vaccination et des scientifiques dans le monde entier mettent en garde contre les risques de ces vaccins à adénovirus ou à ARN messager, c’est parce qu’ils sont devenus fous ou séniles.

Que si une personne âgée meurt en ayant le covid, elle meurt du covid mais que si une personne âgée meurt après s’être fait vaccinée elle meurt de vieillesse.

Que le nombre de morts et d’effets indésirables officiellement signalés par les agences de pharmacovigilance chez les « vaccinés » est sans commune mesure par rapport aux vaccins habituels mais que nous devons fermer les yeux.

Trop bête pour comprendre

Que ces injections géniques évitent les formes graves alors que pourtant en Israël et en Angleterre ultra vaccinés une partie non négligeable des personnes en réanimation sont doublement vaccinés.

Que ce vaccin est tellement protecteur qu’il faut continuer les gestes barrières, continuer à porter les masques et surtout continuer à craindre les non-vaccinés.

Qu’il est tellement efficace qu’on parle déjà de « baisse immunitaire », de troisième ou de quatrième dose et pourquoi pas d’un abonnement annuel ou biannuel.

Trop bête pour comprendre

Qu’on n’a jamais mis fin aux épidémies de grippe mais qu’on prétend qu’en « vaccinant » tout le monde nous allons vaincre le coronavirus.

Que nous faisons partie des pays au monde qui ont le plus de morts par millions d’habitants, mais que nous sommes pourtant les meilleurs et que nous pouvons continuer à nous fier à la même équipe scientifico-politique.

Que les pays les plus vaccinés sont ceux qui sont les plus touchés par les nouveaux variants mais que c’est parce que nous ne sommes pas suffisamment vaccinés.

Que si les vaccinés tombent malades, c’est à cause des non-vaccinés.

Que l’État est surendetté et n’a pas d’argent, mais qu’il peut débloquer des milliards et des milliards pour financer sa politique sanitaire.

Que les tests et les vaccins sont gratuits, mais que ce sont les contribuables qui vont devoir les payer.

Qu’en prétendant sauver une partie infime de la population, nous allons sacrifier la vie de beaucoup d’autres et détruire l’avenir de la nation.

Oui, je suis trop bête pour comprendre tout cela.

Je dois avoir l’esprit tellement confus que tout semble s’inverser dans ma tête.

Je dois apprendre grâce à vous à remettre les choses dans le bon ordre.

Inversion

Je dois, en effet, comprendre que :

La liberté, c’est de se soumettre au pass sanitaire

L’immunité artificielle est meilleure que l’immunité naturelle

Si les gens vaccinés tombent malades ou développent des formes graves, c’est la preuve que le vaccin marche

Si le vaccin fonctionne moins bien contre un nouveau variant, c’est qu’il faut reprendre une dose du même vaccin.

Toute personne testée positive à un test PCR est une personne malade.

Toute personne en bonne santé est un malade qui s’ignore et dont il faut se méfier.

Je suis désolé, je suis un peu lent et il va falloir que je me répète souvent tout cela pour réussir à l’intégrer. Heureusement que les journalistes sont là pour faire preuve de pédagogie et de répétition.

Merci à vous, tous les gens raisonnables et très intelligents, de veiller sur nous.
Merci de nous dispenser de penser.

Reza Moghaddassi, le 23 juillet 2021


Rôle des chiffres dans la propagation de la PEUR (du virus, de la contamination, des autres...)

La peur des chiffres ... Tout simplement la PEUR ... from Fouet Pierre on Vimeo.

Le bel enfumage


COVID-19‌ ‌ :‌ ‌LE‌ ‌GRAND‌ ‌CAUCHEMAR- màj mercredi 30 juin 2021
MàJ 30 juin 2021 - ... cependant un Français "pseudo-nommé" Liutwin a fait un compte-rendu quasi quotidien de ce qu’il lisait/écoutait dans les médias sur le thème du Covid. En privilégiant toujours les infos factuelles et éliminant les infos souvent appelées "complotistes" quand il lui semblait qu’elles étaient farfelues et inventées pour tromper.
Le résultat actuel est un texte de 250 pages que le CEA a stocké dans son serveur habituel pour vous donner juste le lien et ainsi vous permettre de le lire plus facilement. Et vraiment c’est "du lourd" ! Juste d’abord quelques pages pour exemple...
P200

P203

Le document en entier : COVID-19‌ ‌ :‌ ‌LE‌ ‌GRAND‌ ‌CAUCHEMAR
(Patientez quelques secondes en téléchargeant le document de 250 pages)



***Infos au jour-le-jour***

Préambule du blog "Le virus, le confinement et la santé"

Le virus, le confinement et la santé - màj mardi 21-04-2020 - le blog du CEA

On peut en avoir peur, on peut en rigoler ou s’en foutre mais il est plus sain de comprendre le sens et la dimension de l’épreuve collective que nous traversons. Ça n’arrive pas par hasard et ce n’est pas juste un virus, aussi "corana" soit-il, le seul responsable de tout ce charivari...
Nous aimerions, au sein du CA du CEA, qu’un dialogue s’instaure au travers de ce site entre nous et vous afin de mettre des mots sur ce qui traverse en ce moment la France, l’Europe et la planète entière (ou presque). Vos mots, votre vision, vos interrogations, vos peurs et vos colères peut-être... et puis peut-être l’envie de dessiner le futur de nos sociétés, une fois le rouleau compresseur de cette crise passé. Comment le CEA peut-il peser à son échelle pour qu’on ne puisse plus refaire le lit de ces catastrophes sanitaires et sociales.


Mardi 21-04-2020 Pierre Rabbhi :
"Il ne faut pas s’accrocher aux alternatives en se disant qu’elles vont changer la société. La société changera quand la morale et l’éthique investiront notre réflexion. Chacun doit travailler en profondeur pour parvenir à un certain niveau de responsabilité et de conscience et surtout à cette dimension sacrée qui nous fait regarder la vie comme un don magnifique à préserver. Il s’agit d’un état d’une nature simple : J’appartiens au mystère de la vie et rien ne me sépare de rien. Je suis relié, conscient et heureux de l’être."
La suite ICI


Dimanche 19-04-2020 Et si les Français montraient la voie ? Si on affirmait ensemble de quelle sortie de crise nous voulons ? On continue comme avant ou on prend un nouveau départ ? C’est le moment !
On a quelques idées, partagez cette vidéo si vous voulez en être ! Et diffusez-là à tous vos contacts...

https://youtu.be/fCQRbPKWvZs


Samedi 18 avril 2020 Ce que le Pr Luc Montagnier vient de déclarer ce 16 avril sur Pourquoi Docteur, laisse un arrière goût de désespérance. En effet ce que le prix Nobel de Médecine déclare est que le génome du coronavirus présente des séquences qui n’ont rien à faire dans ce type de virus puisqu’elles appartiennent au virus du VIH. Et donc que ce virus serait une "fabrication" d’un laboratoire (qui lui aurait échappé ?).
Avant lui, une équipe indienne avait fait le même constat (l’étude a été retirée 3 jours après). Avec l’aide d’un collègue mathématicien, nommé Jean-Claude Perez, il aurait analysé la « description du génome de la séquence » du covid-19 pour se rendre compte de ce fait "inattendu".
Doit-on prendre comme argent comptant ces deux révélations, alors que la quasi totalité des scientifiques déclarent le virus comme "naturel" ? Luc Montagnier n’est pas non plus le premier venu et ouvre une brèche de suspicion qui aura du mal à se refermer sans preuves d’un côté comme de l’autre...


Jeudi 16 avril 2020 - Pourquoi confiner tout un pays alors que tout un pan de France est impacté de façon minime ? L’INSEE fait le point dans sa page au 10 avril : ICI

Deux cartes et un tableau nous éclairent d’un coup d’œil. Notamment le tableau de comparaison 2018/2019/2020 montre qu’aux mêmes dates, il y avait plus de décès en 2018 qu’en 2020. Vous souvenez-vous d’un quelconque ramdam étatique en 2018 vis-à-vis de ces chiffres ? Alors pourquoi affoler ainsi les populations cette année ? Des mesures raisonnables, précises et fermes auraient eu le même résultat, l’anxiété en moins. Comme dans d’autres pays européens, pour ne pas citer l’Allemagne, une attitude plus mesurée et moins énervée, aurait été moins anxiogène et tout autant efficace. Parce que la campagne médiatique orchestrée (et bien fermentée par tous les médias ; merci Le Monde, France TV et tous les autres...) par L’État est tout au moins exagérée, non ?

Parce qu’il ne faut pas se leurrer, on a vécu le moins lourd de la "crise". Les suites psychologique, mentale, économique, sociologique, politique... seront autrement graves et difficiles à vivre pour les citoyens quels qu’ils soient. Et ceci a été provoqué par des décisions absurdes, lourdes et ficelées à la va-vite. Si au moins on en retirait une leçon tellement magistrale que les fondements du pays en seront réaménagés et ré-harmonisés pour le bien de tous, cela n’aura pas été vain.
Mais on peut en douter en écoutant le Président de la République car on entend surtout en filigrane le spectre d’une main-mise du complexe pharmaco-industriel par l’issue vaccinale et technologique. Ceci se traduisant par un flicage et une (op)pression encore plus anxiogène que ce début de "crise" entretenue. Qu’en pensez-vous ?
Alors voici les documents de l’INSEE. Cliquez pour agrandir :

D’autres avis nous alertent : Surtout on ne va pas refaire le mode d’avant !
Aurélien Barrau : "Nous sommes dans la première extermination radicale et délibérée de la vie sur Terre"

Naomi Klein :le coronavirus du capitalisme, plus de ça ! Et là elle parle bien sûr surtout des USA.


Lundi 13 avril 2020 - Géopolitique du coronavirus I – entretien avec Valérie Bugault [2] interrogée par le site Strategika
Extraits :
..................................................................................................................
Ce qui n’est pas dit dans ce tableau est pourtant l’essentiel : les USA et ses alliés ne sont plus depuis le début du XXème siècle (au bas mot) gouvernés par ce que j’appelle un phénomène politique, qui représente l’intérêt commun, mais par un cartel d’entreprises dirigé par les principales banques globales d’investissement qui ont leur quartier général, depuis Oliver Cromwell, à la City of London. En réalité, les Etats occidentaux n’existent plus car ils ont été privatisés lorsque le contrôle de leurs monnaies est tombé dans les mains des banquiers privés, ce qui explique, en Europe, l’apparition des institutions européennes, qui ne sont que la formalisation politique de cette capture des règles d’organisation des peuples par des intérêts privés.
....................................................................................................................

Géopolitique du coronavirus-Valérie Bugault

Cette crise sanitaire laisse ainsi apparaître les véritables acteurs politiques cachés derrière les oripeaux étatiques ! On perçoit, aujourd’hui mieux qu’hier, que l’Etat est tenu par des intérêts privés qui préconisent des remèdes très coûteux, voire peu efficients, en attendant le futur vaccin obligatoire. Sur la ligne d’arrivée pour gagner le cocotier des contrats publics et privés de commandes massives de vaccins : Johnson & Johnson qui annonce ce 31 mars qu’il sera prêt à tester son premier vaccin dès septembre 2020 ! D’autres laboratoires restent bien évidemment en lice pour la cagnotte du futur vaccin…
Il faut toutefois savoir deux choses. Premièrement, tous les vaccins rapidement fabriqués se sont historiquement révélés peu efficaces et même dangereux pour la santé humaine. Deuxièmement, un vaccin contre un virus par hypothèse mutant, comme l’est le coronavirus, a très peu de chance d’être efficace. Ce problème est aggravé par le fait que la maladie Covid-19 met en cause plusieurs souches différentes, dont l’une d’elle se subdivise encore en plusieurs variantes.
.......................................................................................................................
On se rend bien compte ici de deux choses :
• Que la volonté affichée de protéger les populations cache une volonté sournoise de les mettre en état de choc et de les surveiller massivement ;
• Que l’anarchie sociale en cours de développement, est consciencieusement organisée par les pouvoirs publics eux-mêmes, sous le faux prétexte d’enrayer une épidémie.
.........................................................................................................................
etc.....
L’article entier dans le PDF ci-contre.


Dimanche 12 avril 2020 Le Monde Diplomatique sort son n° de mars sur l’épidémie. La journaliste Sonia Shah, Auteure de « Pandemic : Tracking Contagions » fait le constat alarmant du lien entre destruction des écosystèmes et les nouvelles épidémies.
Extraits :
En dépit des articles qui, photographies à l’appui, désignent la faune sauvage comme le point de départ d’épidémies dévastatrices (2), il est faux de croire que ces animaux sont particulièrement infestés d’agents pathogènes mortels prêts à nous contaminer. En réalité, la plus grande partie de leurs microbes vivent en eux sans leur faire aucun mal. Le problème est ailleurs : avec la déforestation, l’urbanisation et l’industrialisation effrénées, nous avons offert à ces microbes des moyens d’arriver jusqu’au corps humain et de s’adapter.
.........................................................................................................................
Il en va de même des maladies transmises par les moustiques, puisqu’ un lien a été établi entre la survenue d’épidémies et la déforestation — à ceci près qu’il s’agit moins ici de la perte des habitats que de leur transformation.Selon une étude menée dans douze pays, les espèces de moustiques vecteurs d’agents pathogènes humains sont deux fois plus nombreuses dans les zones déboisées que dans les forêts restées intactes.
.........................................................................................................................
Mais bien plus nombreux sont les animaux qui évoluent au sein de notre système d’élevage industriel. Des centaines de milliers de bêtes entassées les unes sur les autres en attendant d’être conduites à l’abattoir : voilà des conditions idéales pour que les microbes se muent en agents pathogènes mortels. Par exemple, les virus de la grippe aviaire, hébergés par le gibier d’eau, font des ravages dans les fermes remplies de poulets en captivité, où ils mutent et deviennent plus virulents.

A lire ICI


Jeudi 9 avril 2020 Le monde n’allait pas bien... et Dieu envoya le petit Corona :

Une petite vidéo sans prétention, en cette période de confinement, qui relate les discussions avec mon fils de 11 ans sur le pourquoi de cette pandémie...

Et puis le cœur m’est venu d’en faire une vidéo, et d’imaginer...une suite...pour un nouveau monde à bâtir tous ensemble.

https://youtu.be/6aF-4f3quEg


Jeudi 9 avril 2020

A l’issue du confinement...par Maria Cézar

Avant d’être des consommateurs et des statistiques, nous sommes des êtres humains.
Voulez-vous continuer à être le maillon d’une chaîne qui conduit à des pandémies mondiales et a engendré la destruction de 60% des espèces animales en seulement 40 ans ? D’un système capitaliste qui fait de nous les responsables de la sixième plus grande extinction de masse ?

Ci-joint un texte fort, un texte juste, un texte qui nous met devant la photo instantanée de notre inexistence d’Êtres sociaux sensés, utiles et co-fraternels.
A lire pour plus de santé psychique et à méditer.


Jeudi 9 avril 2020

Stop aux épandages agricoles !

Mme la Préfète : STOP aux épandages

Alors que l’impact des pesticides sur la santé des humains n’est plus à démontrer (cf : rapports de l’INSERM (1), Madame Isabella Annesi-Maesano, Directrice du département "Épidémiologie des maladies Allergiques et Respiratoires" de l’INSERM (1), nous informe, dans une interview à Reporterre, que les pesticides aggravent les symptômes du Covid-19.

Nous apprenons par ailleurs que le ministère de l’agriculture vient de permettre que les distances de sécurité entre les habitations et les épandages de pesticides soient réduites au minimum possible.

Le CEA demande à Mme la Préfète de l’Ariège de revenir, au minimum, aux distances fixées par le gouvernement. Et 150m des habitations en période de grand vent.

Voir notre lettre ci-contre.

1- INSERM - Institut national de la santé et de la recherche médicale. Elle est également responsable de l’équipe d’épidémiologie des maladies allergiques et respiratoires (Épar) de l’Institut Pierre-Louis d’épidémiologie et santé publique (IPLESP) et de Sorbonne Université.

Pétition nationale


Mercredi 8 avril 2020
Quelle sortie de crise voulons-nous ? On continue comme avant ou on prend un nouveau départ ?

Cette vidéo donne des pistes. Répercutez-la pour alerter d’autres personnes sur un changement obligatoire de nos logiciels actuels.


Mardi 7 avril 2020

cliquez pour lire tout l’article

Le monde sortira un jour de la pandémie du Covid-19 et devra relever un système économique exsangue, voire le transformer en profondeur pour que les mêmes maux n’apparaissent plus. Afin de préparer dès maintenant la suite, les initiatives fleurissent : parlementaires, associatifs, syndicats…


Lundi 6 avril 2020 La guerre que Macron disait avoir déclarée au coronavirus avec une délectation palpable, n’était-elle en filigrane que celle que les pouvoirs publics sont en train de déclarer vis-à-vis des citoyens ? Un article de REPORTERRE mentionne des faits (nombreux) qui le laisse à penser. Quelques extraits :

À Sanary-sur-Mer (Var), ville de 16.000 habitants, le maire a pris un arrêté interdisant de se déplacer pour acheter des produits à l’unité, puis un autre interdisant les sorties à plus de 10 mètres [sic] de son domicile. « J’anticipe les mesures du gouvernement », se justifie simplement l’édile, interrogé par 20Minutes.

Les autorités ont distribué plus de PV que de masques aux citoyens.
...................................................................
Dans un communiqué publié le 26 mars dernier, Human Rights Watch, la Ligue des droits de l’Homme et une vingtaine d’autres associations et syndicats ont dénoncé des « contrôles abusifs qui menacent la cohésion nationale ».
................................................................
« Avec le confinement, il y a une recrudescence de la pression et des violences policières qui frappent en majorité des jeunes racisées », atteste Sihame Assbague.
.................................................................
En quelques semaines, la situation s’est accélérée, prenant tout le monde de court. « Le 5 mars, le président de la République allait au théâtre, enjoignant les Français à sortir, le 15 mars nous étions invités aux urnes, mais le 22 on risquait d’aller en prison, voilà l’agenda français sous Emmanuel Macron », s’emporte l’historienne Ludivine Bantigny dans un tweet.
Nul ne conteste la nécessité de lutter contre la propagation du Covid-19 mais « l’exceptionnelle gravité de la situation sanitaire ne saurait justifier des restrictions arbitraires et disproportionnées aux libertés publiques », estime l’Observatoire.
...................................................................
Toutes les dérives possibles sont déjà en germe. Face à un législateur affaibli, l’état d’urgence permet à l’exécutif de gouverner par ordonnance. Au-delà de la rhétorique guerrière de plus en plus banalisée, l’époque actuelle consacre également les militaires. Des conseils de défense sont organisés chaque semaine, les armées sont mobilisées et le général Richard Lizurey vient d’être nommé auprès d’Édouard Philippe pour évaluer la gestion interministérielle de la crise du Covid-19. L’ancien directeur de la gendarmerie nationale s’était auparavant fait remarquer en menant l’évacuation de la Zad de Notre-Dame-des-Landes et en réprimant le mouvement des Gilets jaunes.

Mais il n’y a pas que les militaires. En pleine épidémie, la bureaucratie tatillonne triomphe. Elle développe tout « un art de l’attestation de déplacement dérogatoire ». Invité dans une émission d’Arrêt sur image, Gilles Babinet, vice-président du Conseil national du numérique, expliquait redouter « la toute-puissance de l’administration. C’est-à-dire la toute-puissance du contrôle, du formulaire, du fichage, de la sanction, toutes sucreries courtelinesques dont l’administration est friande, qui la justifient, qui la légitiment »
..................................................................
« La gendarmerie rêve de pouvoir développer le drone du quotidien »
« Quand il y a une technologie disponible, à la fin on finit par l’utiliser »
....................................................................
Autre inquiétude, les données stockées via les téléphones et les smartphones : En pleine crise sanitaire, le Canard enchaîné a révélé mercredi 25 mars que le ministère de l’Intérieur avait obtenu les données privées des opérateurs télécoms pour évaluer précisément combien de Parisiens avaient quitté la capitale. Orange a exploité les données non seulement de ses propres abonnés, mais aussi de toutes les personnes qui se sont connectées sur le réseau mobile. Le groupe de télécommunications a néanmoins assuré transmettre à ses partenaires des agrégats statistiques et non des données individuelles et « identifiantes ».

Le PDG d’Orange, Stéphane Richard, a aussi annoncé dans Le Figaro qu’il travaillait déjà avec l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) « pour voir comment les données peuvent être utiles pour gérer la propagation de l’épidémie (…) Elles pourraient aussi être utilisées pour mesurer l’efficacité des mesures de confinement comme en Italie »
..........................................................................
Après l’épidémie, cette société de contrôle a de fortes chances de se pérenniser. Une fois mises en œuvre, les mesures perdureront dans le temps. Le scénario s’est déjà répété avec l’état d’urgence de 2015 et son inscription dans le droit commun. Pour le philosophe Giorgio Agamben, « tout comme les guerres ont laissé en héritage à la paix une série de technologies néfastes, il est bien probable que l’on cherchera à continuer après la fin de l’urgence sanitaire les expériences que les gouvernements n’avaient pas encore réussi à réaliser ».

..........................................................................
Tout l’article de REPORTERRE se trouve ICI


Lundi 6 avril 2020 - Le ministère de l’Agriculture a permis aux agriculteurs que les distances de sécurité entre les habitations et les pulvérisations de pesticides soient réduites au minimum possible (c’est à dire aucune), dès le début de la saison des épandages. Le tout sans concertation, crise sanitaire due au Covid-19 oblige.!!!!!

Reporterre le 6 avril 2020


Dimanche 5 avril 2020
Cliquer pour avoir tout l'article
Extrait :
Il est grand temps, comme le recommande l’OMS (depuis 2008), de prendre la mesure de la réalité de cette épidémie de maladies chroniques et d’agir de façon conséquente sur les causes. Pour l’instant, le focus a été mis sur les comportements individuels, avec un certain succès s’agissant du tabagisme et de l’alcoolisme, même si des progrès sont encore possibles, mais il faut partir des connaissances scientifiques d’aujourd’hui pour agir sur les autres causes majeures, qu’il s’agisse de l’alimentation, de la sédentarité, de la pollution de l’air, de la contamination chimique. Celle-ci est encore largement sous-estimée ; c’est le cas plus particulièrement des perturbateurs endocriniens, dont l’action pendant la grossesse induit des maladies chroniques à l’âge adulte, et qui pour certains d’entre eux (perfluorés, bisphénols, phtalates…) induisent une baisse des défenses immunitaires, ce qui favorise les maladies infectieuses…. Il est grand temps de mettre la santé environnementale au premier plan de la politique de santé.
« C’est un changement de paradigme qui s’impose, une vision globale de la santé, qui ne se résume pas seulement au système de soin. Faute de l’avoir compris, notre société risque être de plus en plus sensible aux épidémies infectieuses même de faible intensité, constate André Cicolella, président du RES »

Réseau Environnement Santé : Parce que “notre environnement, c’est notre santé”, le RES créé en 2009, agit pour mettre la santé environnementale au cœur des politiques publiques.


Les départements qui ne chassent plus en période de confinement

Dimanche 5 avril 2020 Ceux qui bénéficient le plus de cette période de confinement sont les animaux sauvages (gibiers habituels des chasseurs). En effet beaucoup de Préfets ont sagement interdit la chasse. 44 départements en fait. Et l’Ariège ? Apparemment non ! Madame la Préfète, il serait sage que vous promulguiez un arrêté dans ce sens..?
Ci-contre, la liste et les détails des départements les plus conscients.


Vendredi 3 avril 2020 Le site du gouvernement pour cette période de crise s’étoffe de jour en jour et contient beaucoup d’explications et d’informations relatives à tous les aspects de vie pratique et sociale remis en cause par le confinement : attestations, infos maladie, mesures prises par le gouvernement, N°utiles, N° d’urgences.
https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus


Jeudi 2 avril 2020
Petit extrait (tout le texte en PDF) d’un message de "ras-le-bol" d’un maire de Meurthe et Moselle posté sur F....ook ce 30 mars et qui résume à lui seul les griefs des citoyens français dans leur globalité. Et n’ayez crainte, l’ire de ce maire est ventilée vers tous les responsables politiques de tous les échelons :

Je suis en colère après ce gouvernement et ce Président qui ont su organiser, pendant des mois, la répression violente contre les infirmières manifestantes et contre les pompiers en grève, les frappant, les bousculant, les gazant et qui aujourd’hui viennent les encenser, les remercier et leur promettre de misérables aménagements de salaire, comme pour s’approprier les valeurs de cette France courageuse, honorable et solidaire, qui donne quotidiennement leçons aux gouvernants défaillants.
Je suis en colère après ce Gouvernement engagé depuis des mois avec violence dans la casse de notre système de protection sociale et de retraites et après ce Président qui, à l’occasion de cette terrible crise, vient nous faire un numéro de communication à la télévision, pour louer ce même système de protection à la Française...

Hervé Féron-je suis en colère...

Je suis en colère après ces gouvernants qui ont créé les Grandes Régions, dans une approche libérale, pour ne pas dire irresponsablement mercantile, éloignant encore plus et fragilisant les services dus au public.
Je suis en colère contre ces gouvernements, qui depuis 12 ans n’ont jamais cessé de diminuer les dotations aux Communes, pour les appauvrir et utiliser leurs moyens confisqués, pour couvrir une partie du déficit de l’État.
En colère contre ces Présidents de Métropole, gros barons régionaux qui ont vampirisé les domaines de compétence des maires pour mieux assoir leur pouvoir sans partage. En colère, parce que ces maires, à qui on a enlevé tous les moyens de faire vivre des politiques publiques sur leur territoire, les Présidents et ministres se rappellent soudain qu’ils existent et qu’ils sont indispensables, chaque fois qu’il y a une situation de crise. Souvenez-vous au lendemain des attentats du Bataclan, puis la révolte des gilets jaunes, et aujourd’hui le coronavirus ! Qui assume le service de proximité, la cohésion sociale, les secours d’urgence ??? Les maires, parce qu’ils sont sur le terrain, comme les professionnels de santé.

Dessin de Red dans REPORTERRE

Mercredi 1er avril 2020
Une mesure préventive semble s’imposer en urgence : stopper les épandages agricoles ! Car la pollution atmosphérique qu’ils entraînent pourrait considérablement alourdir le bilan Corona en amoindrissant les défenses immunitaires de l’ organisme humain.
La pollution automobile est en ce moment quasi totalement éliminée dans les métropoles. Nous avons le pouvoir d’éviter la pollution provenant des épandages , dans les jours qui viennent, si les mesures appropriées sont prises d’interdiction immédiate des épandages jusqu’à nouvel ordre. Les pouvoirs publics devraient prendre en compte cela et agir en responsabilité.
Cyberaction à signer :
https://www.cyberacteurs.org/cyberactions/corona-stopauxynpandagesagricoles-3676.html#signsans


31-03-2020 Chine, Italie du Nord, Iran... « Le fait que les premiers foyers épidémiques aient été situés dans des zones très polluées n’est pas un hasard », dit la chercheuse Isabella Annesi-Maesano. La pollution aux particules fines, mais également les épandages agricoles, peuvent en effet transporter le coronavirus.
Extrait :
...Les chercheurs de la société de médecine environnementale italienne ont examiné une carte de la pollution en Italie et se sont aperçus que les zones les plus polluées étaient aussi celles qui comptent le plus de morts. Ils ont même découvert un lien entre un pic de décès et un niveau élevé de pollution quatorze jours plus tôt.

........................................
L’article en entier de REPORTERRE

Modestie Pangoline- Sanaga dans REPORTERRE

30-03-2020
Coline Serreau ne mâche pas ses mots ; comme elle l’a toujours fait. Une séquence de 6mn sur France Inter à écouter comme on écoute et regarde un de ses films : une délivrance de la parole, étouffée habituellement par le politiquement correct des médias mainstream. Le journaliste qui l’interroge a d’ailleurs du mal à l’arrêter (en se demandant certainement comment sa direction va réagir et son émission subsister ?)
Ecoutez...
Le pâle résumé de France Inter :Ici

Confinement vu par un oiseau-JEC dans REPORTERRE

26-03-2020 Nice Matin . Cliquer sur le lien pour avoir tout l’article.
"Pour se prémunir d’une nouvelle épidémie, il faut revoir notre mode de vie"
A l’heure où près de la moitié de la population mondiale est désormais invitée à rester cloîtrée chez elle, nombreuses sont les voix qui s’élèvent pour tirer des enseignements de cette pandémie.

Parmi elles, la philosophe Corine Pelluchon, professeur à l’université Gustave Eiffel et auteur de Réparons le monde. Humains, animaux, nature (éd. Rivages/Poche), à paraître en mai prochain (et paru le 25 mars 2020 en version numérique).

Si la crise que nous traversons aujourd’hui peut paraître surprenante selon elle, "ses causes ne le sont pas". La philosophe ne cherche pas à minimiser l’ampleur de cette pandémie, mais elle refuse de parler de "guerre". "C’est une crise sanitaire qui découle de l’aberration de notre mode de développement, de notre comportement vis-à-vis des autres espèces", rectifie-t-elle d’entrée. Avant d’ajouter : "les crises sanitaires et climatiques sont très souvent liées à notre mode de consommation et de production".

Le docteur Alain Moussu, vétérinaire à Hyères et fondateur de la Ligue de protection des animaux (LPO) Paca, ne dit pas autre chose. Pour lui, les "improbables concours de circonstances" qui ont abouti à cette épidémie mondiale "sont provoqués par des comportements humains délétères qui font tomber cette fameuse barrière protectrice" censée protéger les humains de certains virus.
..................................................................................................................
Elle pointe aussi du doigt "les conséquences de notre prédation" qui détruit les habitats de nombreuses espèces.

Un constat qui fait écho à l’alerte lancée par le docteur Moussu. "La déforestation massive nous met en contact avec des virus bien cachés chez des animaux forestiers tropicaux, explique-t-il. Et la consommation des animaux sauvages a le même effet."

Le vétérinaire varois met en garde. "Tous les virologues le disent : le Covid-19, ce n’est pas le virus le plus méchant qui puisse nous tomber dessus. Il y en aura d’autres derrière si l’on ne change rien."


26-03-2020 - Actu-Environnement. Cliquez pour avoir tout l’article.
La grande majorité des évènements d’émergence de zoonoses résulte des changements environnementaux générés par les activités humaines.
Le lien entre la déforestation, la fragmentation des habitats, l’agriculture, l’élevage intensif et l’émergence du virus Nipah, par exemple, a été démontré. Ce virus a été découvert à la fin des années 1990 lors d’une épidémie qui a touché près de 300 personnes en Malaisie. Ce virus, responsable, lui aussi, d’un syndrome respiratoire aigu et d’encéphalites, mortel dans 40 % des cas, est maintenu chez les chauves-souris frugivores dans les forêts tropicales. Les enquêtes épidémiologiques réalisées suite à l’épidémie de Nipah ont démontré que la déforestation a favorisé la mise en contact des chauves-souris avec les élevages de porcs et, ainsi, la transmission en cascade du virus, du porc à l’homme.
En Chine, le système d’élevage et de commerce de volailles favorise le maintien d’une grande diversité de virus influenza. Ce maintien et brassage génétique de virus existe depuis plus de 20 ans et est régulièrement à l’origine de cas d’infections par des grippes aviaires, chez les volailles mais aussi chez l’homme (virus H5N1, H7N9, etc.). À travers nos activités, nous créons ainsi de nouveaux écosystèmes, permettant le maintien de nombreux virus qui s’adaptent à ces nouvelles conditions. La transmission de virus entre les animaux et l’homme est alors facilitée.
Il existe beaucoup d’autres exemples. Les animaux sont souvent pointés du doigt, en particulier les chauves-souris. Le problème ne vient pas des espèces animales, mais des changements environnementaux issus de nos activités, qui créent des portes d’entrée pour ces virus dans nos populations.


26-03-2020- Yves Rasir (NéoSanté) titre : Covid-19 : on tient un suspect !
Extrait :
.....................................................................................................................
Deux observations s’imposent d’emblée. La première, c’est qu’il ne s’agit pas d’une crise frappant l’Italie dans son ensemble, ni même l’Italie du Nord qui compte ¾ des victimes. L’épicentre de l’épidémie italienne se situe plus précisément en Lombardie, région qui s’octroie 2/3 du fromage macabre. C’est impressionnant et ça s’est concrètement traduit par des crématoriums débordés et des colonnes de véhicules militaires emportant les cercueils vers d’autres cimetières que ceux de Bergame et Brescia. Images glaçantes qui parlent mieux que les statistiques. La deuxième chose à noter, c’est que les médias se trompent et nous trompent en affirmant sans cesse que « cette maladie concerne tout le monde ». Selon le rapport officiel du 17 mars de l’Istituto Superiore di Sanità, l’âge moyen des personnes décédées était de 79,5 ans (3 ans de moins que l’espérance de vie à la naissance) et seulement 0,8% des victimes n’avaient pas de pathologies antérieures. Un quart en avait une, un autre quart deux et la moitié trois. Dans l’ordre, les plus fréquentes étaient l’hypertension artérielle, le diabète et les cardiopathies ischémiques. Dans 20% des cas, il y avait présence d’un cancer et dans 13% des cas, celle d’une BPCO (Bronchopneumopathie Chronique Obstructive). Qu’on le veuille ou non, que ça plaise ou non, la Covid-19 fauche très préférentiellement les vieilles personnes déjà très malades. Il n’y a aucun cynisme à constater cette réalité. Si on pense, comme moi, que le virus n’est pas seul en cause, il reste cependant à élucider la surmortalité lombarde.
.........................................................................................................................
Tout l’article ICI


25-03-2020 - A propos du « Grand plan de transformation de notre société en faveur du climat, de la biodiversité, de la solidarité et de la justice sociale » demandé par 45 députés le 22 mars 2020 dans un amendement aux mesures instaurant un état d’urgence sanitaire pour deux mois, amendement refusé par le gouvernement.
Extrait. Pour l’article entier cliquer sur le mot Reporterre ci-dessous :

Reporterre au député Matthieu Orphelin
— Vous êtes à l’origine du plan de transformation, amendement rejeté par le gouvernement. En quoi consistait-il ?

Amendement refusé par le gouvernement

Matthieu Orphelin — N’utilisons pas l’imparfait, tout est devant nous et, avec les 45 cosignataires, nous allons continuer à tenter de convaincre le gouvernement que notre société est prête à une grande transformation. Nous aurons l’occasion de reproposer ce plan dans les jours et les semaines à venir. Nous traversons une crise sans précédent, mondiale, et nous devons déjà penser le jour d’après, pour ne pas reproduire les mêmes erreurs. C’est le sens de ce plan.

Cette crise est d’abord sanitaire et met en lumière l’immense vulnérabilité de nos systèmes de santé. Nous subissons un certain nombre de choix effectués ces dernières dizaines d’années. Nous constatons notre manque d’autonomie en tests médicaux ou encore en masques, le manque d’investissement dans la recherche fondamentale, notre manque de reconnaissance envers des métiers essentiels comme les aides-soignantes, les aides à domicile, les travailleurs des Ephad [établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes], qui doivent être revalorisés.
Cette crise est aussi économique. Le parallèle avec 1929 est assez pertinent : la crise est aiguë, elle va avoir des conséquences très fortes sur le PIB [produit intérieur brut]. Plus que tout, c’est aussi une crise de notre modèle de société, qui révèle toutes ses limites sous la menace. Nous sommes confrontés à un virus, mais le changement climatique aussi s’accélère et nous invite à repenser notre fonctionnement.


24-03-2020 Les Amis du Diplo (Monde Diplomatique) se positionnent sur l’épidémie. Extrait :

...Ce n’est pas le système sanitaire, dé-financé et privatisé qui ne fonctionne pas ; ce ne sont pas les décrets insensés qui d’un côté laissent les usines ouvertes (et encouragent même la présence au travail par des primes) et de l’autre réduisent les transports, transformant les unes et les autres en lieux de propagation du virus ; NON, ce sont les citoyens irresponsables qui se comportent mal, en sortant se promener ou courir au parc, qui mettent en péril la résistance d’un système efficace par lui-même.[mode ironique, évidemment - NDÉ]

Texte de Marco Bersani

Cette chasse moderne, mais très ancienne, au semeur de peste est particulièrement puissante, car elle interfère avec le besoin individuel de donner un nom à l’angoisse de devoir combattre un ennemi invisible ; voilà pourquoi désigner un coupable (« les irresponsables »), en construisant autour une campagne médiatique qui ne répond à aucune réalité évidente, permet de détourner une colère destinée à grandir avec le prolongement des mesures de restriction, en évitant qu’elle ne se transforme en révolte politique contre un modèle qui nous a contraints à la compétition jusqu’à épuisement sans garantir de protection à aucun de nous....
Tout le texte dans le PDF ci-contre.
Par Marco Bersani


24-03-2020
Avec le coronavirus, l’actualité est assez anxiogène, sans qu’il faille en rajouter. Voilà le message relayé depuis ce samedi à la fois par le CHU de Toulouse et par celui de Montpellier​.
Les deux établissements, rejoints par l’agence régionale de Santé, qualifient de « faux », le message viral qui circule sur les réseaux sociaux et par sms et rapporte les propos d’une certaine « Claire Magne », infirmière au Samu, tantôt dans la Ville rose, tantôt dans la préfecture l’Hérault.
https://www.20minutes.fr/societe/2745595-20200322-coronavirus-occitanie-message-alarmiste-viral-infirmiere-samu-intox


23-03-2020
Annie Thébaut Mony que les adhérents du CEA connaissent puisqu’elle a été une des expertes venue en Ariège pour témoigner de la nocivité d’une réouverture possible de la mine de Salau, termine un billet sur Médiapart de cette façon. Il faut lire tout l’article pour comprendre que les morts et victimes du covid19 sont avant tout ceux et celles qui ont été amoindris et victimes des milliers de polluants répandus dans l’air, l’eau, la terre et que c’est la permissivité des pouvoirs publics qui est à la base de ces maladies "de société".

Le coronavirus COVID 19 fera certainement beaucoup de victimes parmi les malades atteints de cancer, de maladies neuro-toxiques, cardiovasculaires et autres atteintes chroniques. Mais non comptabilisés, ces décès seront attribués, non au cancer ou autres causes pré-existantes, mais au coronavirus. Une manière de faire baisser artificiellement la mortalité par cancer, toujours aussi préoccupante ?

Tout l’article, ICI


23-03-2020 : Les Amis de la Terre Midi-Pyrénées nous ont envoyé l’avis d’un anthropologue et consultant spécialiste des déterminants de la santé et de la performance humaine, sur l’épidémie actuelle. Jean-Dominique Michel est un citoyen Suisse.

Nous voici donc nous dit-on en « état de guerre ». Nouveauté certes pour nos générations qui (sauf pour les plus anciens) n’ont connu que des temps de paix. L’Europe est sous un quasi-couvre-feu, avec une restriction massive des libertés individuelles et une casse économique et sociale qui promet d’être dramatique. Les discours des chefs d’état s’enflamment à qui mieux mieux : nous sommes « attaqués », l’ennemi est « invisible », « sournois », « redoutable » mais nous en viendrons à bout ! Ce genre de vocabulaire paraît d’un autre âge. La réalité est plus prosaïque : nous subissons la contamination à large échelle par un virus qui est un pur produit de la rencontre entre la bêtise humaine (l’entassement dans des cages superposées d’animaux sauvages de diverses espèces dans des marchés insalubres…) et de l’inventivité du vivant. La bestiole a donc franchi la barrière inter-espèces et s’est propagé à partir de là au sein de la nôtre avec la fulgurance propre à ces toutes petites choses. Ce n’est pas une guerre, nous ne pourrons jamais vaincre ou éradiquer cette créature. Nous prémunir contre ses dégâts si, puis nous aurons à apprendre à vivre avec elle. Ce qui réclame une autre intelligence que celle des slogans martiaux sanitaires…
La suite sera lisible dans son blog : http://jdmichel.blog.tdg.ch/archive/2020/03/18/covid-19-fin-de-partie-305096.html


23-03-2020 - La vidéo et le lien des déclarations du Docteur Pascal TROTTA sont supprimés. Plusieurs contacts nous ont reproché l’insertion de ces documents qui menaient à un site commercial. Dont acte. Ceux qui souhaiteraient aborder la médecine holistique de ce médecin pourront taper son nom dans un moteur de recherche.


21-03-2020
Ayant toute sa place dans ce blog, voici le point de vue d’un médecin naturopathe, Fabien Moine, sur l’ensemble de la situation. Sa vision de la crise, sans être "parole d’évangile", a le mérite d’établir des liens avec plusieurs préoccupations environnementales que nous partageons.

(36mn)

https://www.youtube.com/watch?v=EyYI3oy5uCo


Ainsi que cette information d’Actu-Environnement.com sur :
La pollution de l’air diminuerait la résistance physiologique au coronavirus et faciliterait sa propagation

La pollution atmosphérique des grandes villes engendre des maladies qui induiraient une plus grande fragilité au coronavirus, et les particules fines pourraient aussi faciliter la diffusion de la maladie.
https://www.actu-environnement.com/ae/news/coronavirus-covid-19-pollution-air-propagation-35178.php4



[1Franco-iranien, Reza Moghaddassi est un philosophe agrégé. Né d’un père musulman chiite et d’une mère française catholique, il a aussi embrassé le bouddhisme pendant dix ans. Dans ces trois traditions, Reza Moghaddassi, fervent croyant, puise aujourd’hui une sagesse de vie.
Santé, méditation et conscience : Reza Moghaddassi

[2Valérie Bugault est docteur en droit privé de l’université Panthéon-Sorbonne et avocate

Messages

  • C’est sûr, on n’en sortira pas indemne, les dégâts seront importants, durables et sans contre parties à moins que cette épreuve nous donne l’occasion de progresser, de débloquer un peu certains clivages qui nous entravent.

    Un méchant virus s’en prend à l’humanité entière et nous sommes du coup démunis, impuissants et désemparés. Cela me rappelle un album de tintin L’étoile mystérieuse où une météorite va percuter la terre sans que personne n’y puisse rien. C’est l’affolement avant l’impact, les prophètes de tous poils prédisent l’apocalypse et implorent les puissances supérieures en demandant pardon de nos pêchés et de nos excès.

    Aujourd’hui ce n’est plus (ou moins) la religion qui sert de recours dans ces cas là, l’écologie occupe en grande partie cet espace. Les nombreux discours se chevauchent et tournent autour de notre arrogance, de notre ignorance, de notre complexe de supériorité face à notre environnement : nous sommes incapables de le respecter, du coup il se venge etc...

    La vie est apparue sur notre planète sans que l’on sache comment (ni pourquoi si cette question a un sens). Le hasard joue un rôle décisif et Darwin peut nous aider à mieux appréhender cette formidable aventure qu’est la vie et son histoire.

    Oui notre environnement (la nature dans son ensemble) doit être défendu, respecté, et il y a du boulot dans le domaine, d’où entre autre le CEA. Pour autant, tout événement extraordinaire (comme celui que nous vivons) n’est pas forcément lié à ce combat. Laissons le temps et la fin de cette crise nous apporter les éléments nécessaires à un jugement rationnel et indépendant de toutes polémiques.

    Nous les humains, soyons modestes et ouverts, pas de sectarisme, nous ne dominons rien, nous ne sommes qu’une toute petite partie d’un tout.

  • Trop tôt pour conclure quoi que ce soit sur l’origine de la pandémie, Luc Montagnier manque de rigueur sur ce dossier comme sur d’autres d’ailleurs ce qui lui vaut d’être pas mal controversé ...
    Recevoir un prix Nobel de médecine (c’est bien, bravo !) ne le dispense pas de l’ esprit critique que doit conserver en toute circonstance un scientifique.
    Nous saurons bientôt précisément et sans contestation possible l’origine de cette pandémie en dépit des pressions et des complotismes de toutes sortes (car l’enjeu est d’importance), la vérité quelqu’ elle soit finira heureusement par s’imposer.
    Gardons patience et esprit critique.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document