Comité Ecologique Ariégeois

Association départementale agréée de protection de l'environnement en Ariège

LE COMITÉ ÉCOLOGIQUE ARIÉGEOIS A 40 ANS CETTE ANNÉE ! "40 ans, c’est l’âge où l’on devient ce que l’on est." Charles Peguy

Accueil > Actions > Agriculture, Santé, Alimentation > Autres sujets de santé > Le virus, le confinement et la santé - màj 03-04-2020 - le blog du (...)

jeudi 26 mars 2020

Le virus, le confinement et la santé - màj 03-04-2020 - le blog du CEA

On peut en avoir peur, on peut en rigoler ou s’en foutre mais il est plus sain de comprendre le sens et la dimension de l’épreuve collective que nous traversons. Ça n’arrive pas par hasard et ce n’est pas juste un virus, aussi "corana" soit-il, le seul responsable de tout ce charivari...
Nous aimerions, au sein du CA du CEA, qu’un dialogue s’instaure au travers de ce site entre nous, entre vous et nous, entre vous lecteurs, sympathisants et surtout adhérents du Comité Écologique Ariégeois, afin de mettre des mots sur ce qui traverse en ce moment la France, l’Europe et la planète entière (ou presque). Vos mots, votre vision, vos interrogations, vos peurs et vos colères peut-être... et puis peut-être l’envie de dessiner le futur de nos sociétés, une fois le rouleau compresseur de cette crise passé. Comment le CEA peut-il peser à son échelle pour qu’on ne puisse plus refaire le lit de ces catastrophes sanitaires et sociales.

Préambule du blog "Le virus, le confinement et la santé"

Des informations au jour-le-jour liées à la situation épidémique sont publiées dans cet article-blog. Le préambule de cet article, assez long, pénalisait l’accès aisé aux informations quotidiennes ci-dessous. Il est donc reporté dans le PDF ci-contre. Nous vous sommes gré de vous y reporter pour le Mot du Président (du CEA), notre avis succinct au début de l’épidémie, l’annonce du forum au bas de l’article. Merci !

***Infos au jour-le-jour***

Vendredi 3 avril 2020 Le site du gouvernement pour cette période de crise s’étoffe de jour en jour et contient beaucoup d’explications et d’informations relatives à tous les aspects de vie pratique et sociale remis en cause par le confinement : attestations, infos maladie, mesures prises par le gouvernement, N°utiles, N° d’urgences.
https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus


Jeudi 2 avril 2020
Petit extrait (tout le texte en PDF) d’un message de "ras-le-bol" d’un maire de Meurthe et Moselle posté sur F....ook ce 30 mars et qui résume à lui seul les griefs des citoyens français dans leur globalité. Et n’ayez crainte, l’ire de ce maire est ventilée vers tous les responsables politiques de tous les échelons :

Je suis en colère après ce gouvernement et ce Président qui ont su organiser, pendant des mois, la répression violente contre les infirmières manifestantes et contre les pompiers en grève, les frappant, les bousculant, les gazant et qui aujourd’hui viennent les encenser, les remercier et leur promettre de misérables aménagements de salaire, comme pour s’approprier les valeurs de cette France courageuse, honorable et solidaire, qui donne quotidiennement leçons aux gouvernants défaillants.
Je suis en colère après ce Gouvernement engagé depuis des mois avec violence dans la casse de notre système de protection sociale et de retraites et après ce Président qui, à l’occasion de cette terrible crise, vient nous faire un numéro de communication à la télévision, pour louer ce même système de protection à la Française...

Hervé Féron-je suis en colère...

Je suis en colère après ces gouvernants qui ont créé les Grandes Régions, dans une approche libérale, pour ne pas dire irresponsablement mercantile, éloignant encore plus et fragilisant les services dus au public.
Je suis en colère contre ces gouvernements, qui depuis 12 ans n’ont jamais cessé de diminuer les dotations aux Communes, pour les appauvrir et utiliser leurs moyens confisqués, pour couvrir une partie du déficit de l’État.
En colère contre ces Présidents de Métropole, gros barons régionaux qui ont vampirisé les domaines de compétence des maires pour mieux assoir leur pouvoir sans partage. En colère, parce que ces maires, à qui on a enlevé tous les moyens de faire vivre des politiques publiques sur leur territoire, les Présidents et ministres se rappellent soudain qu’ils existent et qu’ils sont indispensables, chaque fois qu’il y a une situation de crise. Souvenez-vous au lendemain des attentats du Bataclan, puis la révolte des gilets jaunes, et aujourd’hui le coronavirus ! Qui assume le service de proximité, la cohésion sociale, les secours d’urgence ??? Les maires, parce qu’ils sont sur le terrain, comme les professionnels de santé.

Dessin de Red dans REPORTERRE

Mercredi 1er avril 2020
Une mesure préventive semble s’imposer en urgence : stopper les épandages agricoles ! Car la pollution atmosphérique qu’ils entraînent pourrait considérablement alourdir le bilan Corona en amoindrissant les défenses immunitaires de l’ organisme humain.
La pollution automobile est en ce moment quasi totalement éliminée dans les métropoles. Nous avons le pouvoir d’éviter la pollution provenant des épandages , dans les jours qui viennent, si les mesures appropriées sont prises d’interdiction immédiate des épandages jusqu’à nouvel ordre. Les pouvoirs publics devraient prendre en compte cela et agir en responsabilité.
Cyberaction à signer :
https://www.cyberacteurs.org/cyberactions/corona-stopauxynpandagesagricoles-3676.html#signsans


31-03-2020 Chine, Italie du Nord, Iran... « Le fait que les premiers foyers épidémiques aient été situés dans des zones très polluées n’est pas un hasard », dit la chercheuse Isabella Annesi-Maesano. La pollution aux particules fines, mais également les épandages agricoles, peuvent en effet transporter le coronavirus.
Extrait :
...Les chercheurs de la société de médecine environnementale italienne ont examiné une carte de la pollution en Italie et se sont aperçus que les zones les plus polluées étaient aussi celles qui comptent le plus de morts. Ils ont même découvert un lien entre un pic de décès et un niveau élevé de pollution quatorze jours plus tôt.

........................................
L’article en entier de REPORTERRE

Modestie Pangoline- Sanaga dans REPORTERRE

30-03-2020
Coline Serreau ne mâche pas ses mots ; comme elle l’a toujours fait. Une séquence de 6mn sur France Inter à écouter comme on écoute et regarde un de ses films : une délivrance de la parole, étouffée habituellement par le politiquement correct des médias mainstream. Le journaliste qui l’interroge a d’ailleurs du mal à l’arrêter (en se demandant certainement comment sa direction va réagir et son émission subsister ?)
Ecoutez...
Le pâle résumé de France Inter :Ici

Confinement vu par un oiseau-JEC dans REPORTERRE

26-03-2020 Nice Matin . Cliquer sur le lien pour avoir tout l’article.
"Pour se prémunir d’une nouvelle épidémie, il faut revoir notre mode de vie"
A l’heure où près de la moitié de la population mondiale est désormais invitée à rester cloîtrée chez elle, nombreuses sont les voix qui s’élèvent pour tirer des enseignements de cette pandémie.

Parmi elles, la philosophe Corine Pelluchon, professeur à l’université Gustave Eiffel et auteur de Réparons le monde. Humains, animaux, nature (éd. Rivages/Poche), à paraître en mai prochain (et paru le 25 mars 2020 en version numérique).

Si la crise que nous traversons aujourd’hui peut paraître surprenante selon elle, "ses causes ne le sont pas". La philosophe ne cherche pas à minimiser l’ampleur de cette pandémie, mais elle refuse de parler de "guerre". "C’est une crise sanitaire qui découle de l’aberration de notre mode de développement, de notre comportement vis-à-vis des autres espèces", rectifie-t-elle d’entrée. Avant d’ajouter : "les crises sanitaires et climatiques sont très souvent liées à notre mode de consommation et de production".

Le docteur Alain Moussu, vétérinaire à Hyères et fondateur de la Ligue de protection des animaux (LPO) Paca, ne dit pas autre chose. Pour lui, les "improbables concours de circonstances" qui ont abouti à cette épidémie mondiale "sont provoqués par des comportements humains délétères qui font tomber cette fameuse barrière protectrice" censée protéger les humains de certains virus.
..................................................................................................................
Elle pointe aussi du doigt "les conséquences de notre prédation" qui détruit les habitats de nombreuses espèces.

Un constat qui fait écho à l’alerte lancée par le docteur Moussu. "La déforestation massive nous met en contact avec des virus bien cachés chez des animaux forestiers tropicaux, explique-t-il. Et la consommation des animaux sauvages a le même effet."

Le vétérinaire varois met en garde. "Tous les virologues le disent : le Covid-19, ce n’est pas le virus le plus méchant qui puisse nous tomber dessus. Il y en aura d’autres derrière si l’on ne change rien."


26-03-2020 - Actu-Environnement. Cliquez pour avoir tout l’article.
La grande majorité des évènements d’émergence de zoonoses résulte des changements environnementaux générés par les activités humaines.
Le lien entre la déforestation, la fragmentation des habitats, l’agriculture, l’élevage intensif et l’émergence du virus Nipah, par exemple, a été démontré. Ce virus a été découvert à la fin des années 1990 lors d’une épidémie qui a touché près de 300 personnes en Malaisie. Ce virus, responsable, lui aussi, d’un syndrome respiratoire aigu et d’encéphalites, mortel dans 40 % des cas, est maintenu chez les chauves-souris frugivores dans les forêts tropicales. Les enquêtes épidémiologiques réalisées suite à l’épidémie de Nipah ont démontré que la déforestation a favorisé la mise en contact des chauves-souris avec les élevages de porcs et, ainsi, la transmission en cascade du virus, du porc à l’homme.
En Chine, le système d’élevage et de commerce de volailles favorise le maintien d’une grande diversité de virus influenza. Ce maintien et brassage génétique de virus existe depuis plus de 20 ans et est régulièrement à l’origine de cas d’infections par des grippes aviaires, chez les volailles mais aussi chez l’homme (virus H5N1, H7N9, etc.). À travers nos activités, nous créons ainsi de nouveaux écosystèmes, permettant le maintien de nombreux virus qui s’adaptent à ces nouvelles conditions. La transmission de virus entre les animaux et l’homme est alors facilitée.
Il existe beaucoup d’autres exemples. Les animaux sont souvent pointés du doigt, en particulier les chauves-souris. Le problème ne vient pas des espèces animales, mais des changements environnementaux issus de nos activités, qui créent des portes d’entrée pour ces virus dans nos populations.


26-03-2020- Yves Rasir (NéoSanté) titre : Covid-19 : on tient un suspect !
Extrait :
.....................................................................................................................
Deux observations s’imposent d’emblée. La première, c’est qu’il ne s’agit pas d’une crise frappant l’Italie dans son ensemble, ni même l’Italie du Nord qui compte ¾ des victimes. L’épicentre de l’épidémie italienne se situe plus précisément en Lombardie, région qui s’octroie 2/3 du fromage macabre. C’est impressionnant et ça s’est concrètement traduit par des crématoriums débordés et des colonnes de véhicules militaires emportant les cercueils vers d’autres cimetières que ceux de Bergame et Brescia. Images glaçantes qui parlent mieux que les statistiques. La deuxième chose à noter, c’est que les médias se trompent et nous trompent en affirmant sans cesse que « cette maladie concerne tout le monde ». Selon le rapport officiel du 17 mars de l’Istituto Superiore di Sanità, l’âge moyen des personnes décédées était de 79,5 ans (3 ans de moins que l’espérance de vie à la naissance) et seulement 0,8% des victimes n’avaient pas de pathologies antérieures. Un quart en avait une, un autre quart deux et la moitié trois. Dans l’ordre, les plus fréquentes étaient l’hypertension artérielle, le diabète et les cardiopathies ischémiques. Dans 20% des cas, il y avait présence d’un cancer et dans 13% des cas, celle d’une BPCO (Bronchopneumopathie Chronique Obstructive). Qu’on le veuille ou non, que ça plaise ou non, la Covid-19 fauche très préférentiellement les vieilles personnes déjà très malades. Il n’y a aucun cynisme à constater cette réalité. Si on pense, comme moi, que le virus n’est pas seul en cause, il reste cependant à élucider la surmortalité lombarde.
.........................................................................................................................
Tout l’article ICI


25-03-2020 - A propos du « Grand plan de transformation de notre société en faveur du climat, de la biodiversité, de la solidarité et de la justice sociale » demandé par 45 députés le 22 mars 2020 dans un amendement aux mesures instaurant un état d’urgence sanitaire pour deux mois, amendement refusé par le gouvernement.
Extrait. Pour l’article entier cliquer sur le mot Reporterre ci-dessous :

Reporterre au député Matthieu Orphelin
— Vous êtes à l’origine du plan de transformation, amendement rejeté par le gouvernement. En quoi consistait-il ?

Amendement refusé par le gouvernement

Matthieu Orphelin — N’utilisons pas l’imparfait, tout est devant nous et, avec les 45 cosignataires, nous allons continuer à tenter de convaincre le gouvernement que notre société est prête à une grande transformation. Nous aurons l’occasion de reproposer ce plan dans les jours et les semaines à venir. Nous traversons une crise sans précédent, mondiale, et nous devons déjà penser le jour d’après, pour ne pas reproduire les mêmes erreurs. C’est le sens de ce plan.

Cette crise est d’abord sanitaire et met en lumière l’immense vulnérabilité de nos systèmes de santé. Nous subissons un certain nombre de choix effectués ces dernières dizaines d’années. Nous constatons notre manque d’autonomie en tests médicaux ou encore en masques, le manque d’investissement dans la recherche fondamentale, notre manque de reconnaissance envers des métiers essentiels comme les aides-soignantes, les aides à domicile, les travailleurs des Ephad [établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes], qui doivent être revalorisés.
Cette crise est aussi économique. Le parallèle avec 1929 est assez pertinent : la crise est aiguë, elle va avoir des conséquences très fortes sur le PIB [produit intérieur brut]. Plus que tout, c’est aussi une crise de notre modèle de société, qui révèle toutes ses limites sous la menace. Nous sommes confrontés à un virus, mais le changement climatique aussi s’accélère et nous invite à repenser notre fonctionnement.


24-03-2020 Les Amis du Diplo (Monde Diplomatique) se positionnent sur l’épidémie. Extrait :

...Ce n’est pas le système sanitaire, dé-financé et privatisé qui ne fonctionne pas ; ce ne sont pas les décrets insensés qui d’un côté laissent les usines ouvertes (et encouragent même la présence au travail par des primes) et de l’autre réduisent les transports, transformant les unes et les autres en lieux de propagation du virus ; NON, ce sont les citoyens irresponsables qui se comportent mal, en sortant se promener ou courir au parc, qui mettent en péril la résistance d’un système efficace par lui-même.[mode ironique, évidemment - NDÉ]

Texte de Marco Bersani

Cette chasse moderne, mais très ancienne, au semeur de peste est particulièrement puissante, car elle interfère avec le besoin individuel de donner un nom à l’angoisse de devoir combattre un ennemi invisible ; voilà pourquoi désigner un coupable (« les irresponsables »), en construisant autour une campagne médiatique qui ne répond à aucune réalité évidente, permet de détourner une colère destinée à grandir avec le prolongement des mesures de restriction, en évitant qu’elle ne se transforme en révolte politique contre un modèle qui nous a contraints à la compétition jusqu’à épuisement sans garantir de protection à aucun de nous....
Tout le texte dans le PDF ci-contre.
Par Marco Bersani


24-03-2020
Avec le coronavirus, l’actualité est assez anxiogène, sans qu’il faille en rajouter. Voilà le message relayé depuis ce samedi à la fois par le CHU de Toulouse et par celui de Montpellier​.
Les deux établissements, rejoints par l’agence régionale de Santé, qualifient de « faux », le message viral qui circule sur les réseaux sociaux et par sms et rapporte les propos d’une certaine « Claire Magne », infirmière au Samu, tantôt dans la Ville rose, tantôt dans la préfecture l’Hérault.
https://www.20minutes.fr/societe/2745595-20200322-coronavirus-occitanie-message-alarmiste-viral-infirmiere-samu-intox


23-03-2020
Annie Thébaut Mony que les adhérents du CEA connaissent puisqu’elle a été une des expertes venue en Ariège pour témoigner de la nocivité d’une réouverture possible de la mine de Salau, termine un billet sur Médiapart de cette façon. Il faut lire tout l’article pour comprendre que les morts et victimes du covid19 sont avant tout ceux et celles qui ont été amoindris et victimes des milliers de polluants répandus dans l’air, l’eau, la terre et que c’est la permissivité des pouvoirs publics qui est à la base de ces maladies "de société".

Le coronavirus COVID 19 fera certainement beaucoup de victimes parmi les malades atteints de cancer, de maladies neuro-toxiques, cardiovasculaires et autres atteintes chroniques. Mais non comptabilisés, ces décès seront attribués, non au cancer ou autres causes pré-existantes, mais au coronavirus. Une manière de faire baisser artificiellement la mortalité par cancer, toujours aussi préoccupante ?

Tout l’article, ICI


23-03-2020 : Les Amis de la Terre Midi-Pyrénées nous ont envoyé l’avis d’un anthropologue et consultant spécialiste des déterminants de la santé et de la performance humaine, sur l’épidémie actuelle. Jean-Dominique Michel est un citoyen Suisse.

Nous voici donc nous dit-on en « état de guerre ». Nouveauté certes pour nos générations qui (sauf pour les plus anciens) n’ont connu que des temps de paix. L’Europe est sous un quasi-couvre-feu, avec une restriction massive des libertés individuelles et une casse économique et sociale qui promet d’être dramatique. Les discours des chefs d’état s’enflamment à qui mieux mieux : nous sommes « attaqués », l’ennemi est « invisible », « sournois », « redoutable » mais nous en viendrons à bout ! Ce genre de vocabulaire paraît d’un autre âge. La réalité est plus prosaïque : nous subissons la contamination à large échelle par un virus qui est un pur produit de la rencontre entre la bêtise humaine (l’entassement dans des cages superposées d’animaux sauvages de diverses espèces dans des marchés insalubres…) et de l’inventivité du vivant. La bestiole a donc franchi la barrière inter-espèces et s’est propagé à partir de là au sein de la nôtre avec la fulgurance propre à ces toutes petites choses. Ce n’est pas une guerre, nous ne pourrons jamais vaincre ou éradiquer cette créature. Nous prémunir contre ses dégâts si, puis nous aurons à apprendre à vivre avec elle. Ce qui réclame une autre intelligence que celle des slogans martiaux sanitaires…
La suite sera lisible dans son blog : http://jdmichel.blog.tdg.ch/archive/2020/03/18/covid-19-fin-de-partie-305096.html


23-03-2020 - La vidéo et le lien des déclarations du Docteur Pascal TROTTA sont supprimés. Plusieurs contacts nous ont reproché l’insertion de ces documents qui menaient à un site commercial. Dont acte. Ceux qui souhaiteraient aborder la médecine holistique de ce médecin pourront taper son nom dans un moteur de recherche.


21-03-2020
Ayant toute sa place dans ce blog, voici le point de vue d’un médecin naturopathe, Fabien Moine, sur l’ensemble de la situation. Sa vision de la crise, sans être "parole d’évangile", a le mérite d’établir des liens avec plusieurs préoccupations environnementales que nous partageons.

(36mn)

https://www.youtube.com/watch?v=EyYI3oy5uCo


Ainsi que cette information d’Actu-Environnement.com sur :
La pollution de l’air diminuerait la résistance physiologique au coronavirus et faciliterait sa propagation

La pollution atmosphérique des grandes villes engendre des maladies qui induiraient une plus grande fragilité au coronavirus, et les particules fines pourraient aussi faciliter la diffusion de la maladie.
https://www.actu-environnement.com/ae/news/coronavirus-covid-19-pollution-air-propagation-35178.php4


Messages

  • C’est sûr, on n’en sortira pas indemne, les dégâts seront importants, durables et sans contre parties à moins que cette épreuve nous donne l’occasion de progresser, de débloquer un peu certains clivages qui nous entravent.

    Un méchant virus s’en prend à l’humanité entière et nous sommes du coup démunis, impuissants et désemparés. Cela me rappelle un album de tintin L’étoile mystérieuse où une météorite va percuter la terre sans que personne n’y puisse rien. C’est l’affolement avant l’impact, les prophètes de tous poils prédisent l’apocalypse et implorent les puissances supérieures en demandant pardon de nos pêchés et de nos excès.

    Aujourd’hui ce n’est plus (ou moins) la religion qui sert de recours dans ces cas là, l’écologie occupe en grande partie cet espace. Les nombreux discours se chevauchent et tournent autour de notre arrogance, de notre ignorance, de notre complexe de supériorité face à notre environnement : nous sommes incapables de le respecter, du coup il se venge etc...

    La vie est apparue sur notre planète sans que l’on sache comment (ni pourquoi si cette question a un sens). Le hasard joue un rôle décisif et Darwin peut nous aider à mieux appréhender cette formidable aventure qu’est la vie et son histoire.

    Oui notre environnement (la nature dans son ensemble) doit être défendu, respecté, et il y a du boulot dans le domaine, d’où entre autre le CEA. Pour autant, tout événement extraordinaire (comme celui que nous vivons) n’est pas forcément lié à ce combat. Laissons le temps et la fin de cette crise nous apporter les éléments nécessaires à un jugement rationnel et indépendant de toutes polémiques.

    Nous les humains, soyons modestes et ouverts, pas de sectarisme, nous ne dominons rien, nous ne sommes qu’une toute petite partie d’un tout.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document