Comité Ecologique Ariégeois

Association départementale agréée de protection de l'environnement en Ariège

Accueil > Actions > Agriculture, Santé, Alimentation > Ondes électro-magnétiques. Hypersensibilité. Sources nuisibles > OUI à la 5 G, si...

mardi 9 juin 2020

OUI à la 5 G, si...

Mode ironique...

Oui à la 5G ... si elle est d’abord testée pendant 15 ans dans les bureaux d’Orange, de SFR, de Bouygues Télecom et de Free, ainsi que dans ceux de l’Assemblée Nationale, du Sénat, des Ministères de l’Économie et de la Santé, de l’Élysée et de Matignon afin d’en vérifier l’innocuité sanitaire avant d’être déployée sur l’ensemble du territoire français.

Oui à la 5G [1] si elle est d’abord testée pendant 15 ans dans les bureaux d’Orange, de SFR, de Bouygues Télecom et de Free, ainsi que dans ceux de l’Assemblée Nationale, du Sénat, des Ministères de l’Économie et de la Santé, de l’Élysée et de Matignon afin d’en vérifier l’innocuité sanitaire avant d’être déployée sur l’ensemble du territoire français [2]


Pétition :https://www.mesopinions.com/petition/nature-environnement/5g-abord-testee-pendant-15-ans/92485

***
Comment devient-on SDF quand on est Hyper Electro Sensible

Savez-vous que si vous devenez Electro Hyper Sensible, votre cauchemar commence alors ? Et chacun peut le devenir car les défenses immunitaires s’amenuisent peu à peu sous l’effet de cette soupe électro-magnétique. Lire le PDF ci-contre.

***

Envoyé par le collectif Vallon :

Outils d’analyses et d’informations sur la réalité des vecteurs d’ondes électro-magnétiques sur la santé et la vitalité des organismes humains, animaux, végétaux.

Nous soutenons les revendications de la tribune « Ne laissons pas s’installer un monde sans contact. Appel au boycott de l’application stop-covid 19 » initié par Ecran Total (https://blogs.mediapart.fr/les-invites-de-mediapart/blog/270420/ne-laissons-pas-s-installer-le-monde-sans-contact )

Extraits :

« 1. Ces jours-ci, il semble que de nombreuses personnes laissent leur smartphone chez elles, quand elles quittent leur domicile. Nous appelons à la généralisation de ce genre de geste et au boycott des applications privées ou publiques de traçage électronique. Au-delà, nous invitons chacun et chacune à réfléchir sérieusement à la possibilité d’abandonner son téléphone intelligent, et de réduire massivement son usage des technologies de pointe. Revenons enfin à la réalité.

2. Nous appelons les populations à se renseigner sur les conséquences économiques, écologiques et sanitaires du déploiement planifié du réseau dit « 5G », et à s’y opposer activement. Plus largement, nous invitons chacun et chacune à se renseigner sur les antennes de téléphonie mobile qui existent déjà près de chez soi, et à s’opposer aux installations de nouvelles antennes-relais.

3. Nous appelons à une prise de conscience du problème de la numérisation en cours de tous les services publics. Un des enjeux de la période d’après-confinement (ou des périodes entre deux confinements ?) sera d’obtenir que des guichets physiques soient encore ou à nouveau disponibles pour les habitants des villes et des campagnes, dans les gares, à la Sécurité sociale, dans les préfectures et autres administrations. Des batailles mériteraient d’être engagées pour la défense du service postal (essentiel par exemple à la circulation d’idées sans numérique) et le maintien d’un service de téléphone fixe, bon marché et indépendant des abonnements à Internet.(...) »

***

L’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail explique) explique dans un rapport du 27 janvier 2020, qu’elle ne dispose d’aucune donnée sanitaire sur la 5G : « un manque de données scientifiques sur les effets biologiques et sanitaires potentiels liés à l’exposition aux fréquences autour de 3,5 GHz [la bande de fréquence utilisée par la 5G] » (…) « la nécessité de disposer des données décrivant les technologies développées et leurs installations afin de caractériser les niveaux d’exposition associés et d’évaluer les éventuels effets sanitaires. »

***

Le Président de l’Autorité de régulation des télécoms (Arcep), explique la force du lobby de l’industrie téléphonique en France : « Même si les scientifiques réussissent à faire leur travail, les responsables politiques auront-ils le courage de freiner le déploiement de cette nouvelle technologie ? Sébastien Soriano, le directeur de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) demeure sceptique. Interrogé par le site 01.net sur l’incessant renouvellement des standards téléphoniques, il confesse son impuissance : « Cela dépasse largement le cadre de l’Arcep et c’est une question plus générale que les télécoms. Ce sont les consortiums qui animent les agendas de manière informelle. Il est peut-être temps que le politique ait son mot à dire ».

https://reporterre.net/La-5G-se-deploie-alors-que-ses-effets-sur-la-sante-ne-sont-pas-evalues

***

Consommation électrique et pollutions considérablement accrues

**Avec la 5 G, l’ ANFR (Agence Nationale des Fréquences) explique que 10 Go pourraient être consommés en 3 minutes et qu’en moyenne 83 Gigaoctet seront consommés par mois et par personne (contre 6,7 GO aujourd’hui) (Ericsson « 5G consumer potential » de mai 2019).

**Un équipement 5G consomme trois fois plus qu’un équipement 4G. Avec la 5G la
consommation d’énergie des opérateurs mobiles serait multipliée par 2,5 à 3 dans les cinq ans à venir (…) il représenterait environ 10 TWh supplémentaires, soit une augmentation de 2 % de la consommation d’électricité du pays (Jancovici- The Shift Project- Le Monde des Idées).

**L’ARCEP explique que la 5 G « pourrait engendrer une augmentation des émissions de GES des opérateurs puisqu’il a été estimé au cours d’une audition que l’amélioration de l’efficacité énergétique ne suffira pas, à long terme, à contrebalancer l’augmentation du trafic » (https://www.arcep.fr/actualites/les-communiques-de-presse/detail/n/reseaux-du-futur-2.html).

**Le ciel étoilé est en train d’être volé par les industriels, avec le lancement de 50 000 satellites qui se traduiront par 400 points lumineux mouvant à basses altitudes (entre 340 à 1200 Km contre 36 000 Km pour les satellites internet actuels) pour tous les terriens en levant les yeux. Voir les alertes de 1500 astronomes professionnels, de météorologues :

http://stoplinkymtp.over-blog.com/2020/01/appel-de-166-astronomes-le-14-janv.2020-a-stopper-urgemment-le-lancement-des-satellites-5g.html

https://www.lemonde.fr/blog/autourduciel/2020/02/06/le-projet-starlink-delon-musk-menace-la-recherche-astronomique/

https://www.youtube.com/watch?v=OBgtnGREn-s&feature=youtu.be

***

Des puissances d’émissions d’ondes artificielles qui explosent

**Les antennes-relais 5G dans la bande 3400 à 3800 Mhz (3,5 GHz) émettront à elles seules des rayonnements électromagnétiques 2 fois plus forts que la somme des antennes-relais des technologies 2G, 3G et 4G réunies (1)

**Les riverains des antennes relais seront dans un futur proche exposés à des niveaux de densité de puissance en W/m², au minimum 3 fois supérieurs à ceux d’aujourd’hui (1).

(1) - https://www.ondes-expertise.com/antennes-relais/puissance-reelle-emission-5g/

(La 5G terrestre déployée en phase 1 : 3,5 GHz, longueur d’onde 10cm, en phase 2 : 26 GHz, longueur d’onde environ 1 cm. Sans oublier la 5G bas débit 700MHz pour les zones rurales, longueur d’onde environ 50cm. D’autres bandes de fréquences 5G sont prévues : 1427 Mhz à 1517 Mhz. Pour l’heure il ne s’agit donc pas en France d’ondes millimétriques à la différences des Etats-Unis).

***

Insuffisances des normes de puissances et industrie du doute

**Bien que la 5G utilisera des radiofréquences et des hyperfréquences dont la puissance restera en dessous de l’effet thermique (brûlure advenant au bout de 6 minutes d’exposition), qui est le seul effet pris en compte par les normes mises en place par l’ICNIRP (International Commission on Non-Ionizing Radiation Protection), il s’agit de normes ne prenant pas en compte les effets à plus long terme, dits non-thermiques, c’est à dire ceux d’une utilisation quotidienne, actuelle et prolongée.

Pour des précisions sur les effets non-thermiques des ondes artificielles voir : https://ccaves.org/blog/wp-content/uploads/Effets-non-thermiques-CEM-version-au-14052020.pdf

Ainsi, dans le guide officiel de l’ICNIRP de 1999 fixant les valeurs-seuils internationales il est dit : « ce guide n’est fondé que sur des effets immédiats sur la santé, tels que la stimulation des muscles ou des nerfs périphériques ou encore l’élévation de température des tissus sous l’effet de l’absorption d’énergie ».

« On y lit aussi que des recherches épidémiologiques ont « apporté des éléments en faveur d’une association entre exposition (...) et effet cancérogènes potentiels » » (Livre Nicolas Bérard « 5G mon amour, enquête sur la face cachée des réseaux mobiles », Le Passager clandestin, l’Age de Faire 2020, p 32).

Il a été soulevé que le fondateur de l’ICNIRP, M. Repacholi, aussi responsable des normes sur les champs électromagnétiques artificiels à l’OMS jusqu’en 2005, a été un consultant rémunéré de compagnie de téléphonie mobile pendant ses fonctions, et d’autres des membres de cette organisation ont aussi des liens avec l’industrie.

Repacholi « a été contraint de dire devant une commission d’enquête que les normes d’exposition du public avaient été définies par des accords avec l’industrie et non en fonction des données scientifiques ».

(Cité p.100 dans « Et si la téléphonie mobile devenait un scandale sanitaire ? » Étienne Cendrier, Éditions du Rocher 2007).

***

**Sur les normes en France, Maître Olivier Cachard explique que « ce décret, pris le 3 mai 2002 (…) portant la signature de la plupart des membres du gouvernement Jospin (à l’exception de celle du ministre de l’Eco1ogie) avait été pris peu après le 21 avril 2002, dans l’entre- deux tours de 1’élection présidentielle ayant vu la défaite de M. Jospin. Interrogé a ce sujet par des journalistes, l’ancien ministre de l’Écologie souligne qu’i1 s’agissait d’une période de quasi-vacance du pouvoir favorable aux groupes de pression et qu’il n’a pas été consulté, car chacun savait qu’il solliciterait des restrictions de base et des niveaux de référence plus protecteurs du public que ceux, minimums, préconisés par la recommandation n° 519/99/CE ». (…) La conformité du décret n° 2002-775 au principe de précaution n’est pas établie (...) on remarquera d’abord que le décret ne vise pas le principe de précaution lequel, du reste, a accédé postérieurement au rang le plus élevé de la hiérarchie des normes (en 2005 à l’occasion de l’inscription de la Charte de l’Environnement dans la Constitution, soit bien après l’adoption du décret). (...) le décret n’a pas été soumis a la signature du ministre de l’Écologie d’alors (...) dans les attributions duquel entrait assurément le contrôle du respect de l’article L. 110-1 du Code de l’Environnement ».

Robin des Toits précise : « Regardons de plus près : ces normes n’étaient basées que sur des recommandations (ICNIRP 1998, dont les membres étaient liés à l’industrie) qui ne prenaient en compte que les effets thermiques des micro-ondes pour des expositions de 6 mn mais ont été utilisées comme référence pour des expositions 24h/24. Ce décret invraisemblable, proposé par le conseiller NTIC de Jospin a été voté par neuf ministres, dont Laurent Fabius et Bernard Kouchner... Le conseiller s’appelait Jean-Noël Tronc, il devint trois mois plus tard directeur de la stratégie et de la marque Orange, l’opérateur mobile de France Télécom ! » (Voir : ’Jean-Noel Tronc rebondit chez Orange’ - Le JDN - 02/09/2002 https://www.robindestoits.org/Mises-en-cause-de-l-expertise-officielle-sur-les-dangers-de-la-telephonie-mobile_a546.html)

Sur 70 années de lobby, conflits d’intérêts de l’industrie du doute des télécommunications en France, Europe et à l’international, voir notre synthèse :

https://ccaves.org/blog/wp-content/uploads/industrie-du-doute-lobby-conflit-dinterets-telecommunication-numerique.pdf

Effets cancérigènes des fréquences entre 600 MHz à 9,5 GHz ? L’ambassade américaine en a déjà fait les frais en URSS il y a plus de 50 ans à des puissances moindres (voir ci-dessous)

***

**Rappelons aussi que « ce type de radiation a été utilisé (plutôt avec succès) par les Soviétiques pour provoquer délibérément de sérieux effets délétères sur la santé des occupants des ambassades occidentales dans des pays du bloc de l’Est, enfants compris »

(Pr G.J Hyland citant l’étude de Goldsmith J.R., Int. J. Occup. Environ. Health, 1, pp. 47-57 (1995), Goldsmith J.R., Public Health Review, 25, pp. 123-149 (1997), dans https://www.priartem.fr/Point-de-vue-d-experts-Effets.html)

En effet le personnel de l’Ambassade de Moscou fut exposé plus de 30 ans à des puissances de 1,9 V/m en moyenne et jusqu’à 3,8 V/m à des fréquences utilisées aujourd’hui par la téléphonie, les normes françaises étant de 41 à 61 V/m...

Ces puissances subies par l’Ambassade sont courantes de nos jours, puisque les points atypiques selon l’ANFR sont ceux qui dépassent 6 V/m et qu’un portable ou un DECT en fonctionnement dépassent allègrement, et le plus souvent, ces valeurs subies par l’Ambassade.

« L’ « Etude de Lilienfeld » rend compte de l’irradiation du personnel de l’ambassade américaine à Moscou de 1953 à 1976 par des micro-ondes à très faible densité de puissance, entre 1 à 2,4 μW/cm2 en moyenne, à des fréquences variant de 600 MHz à 9,5 GHz. Cette étude a été réétudiée notamment en 1995 par le Professeur J. GOLDSMITH (Israël) et, en 1998, par A.G. Johnson LIAKOURIS (USA)(34) et fait apparaître une augmentation du risque de cancer dont les leucémies et le cancer de l’utérus »

(Nous surlignons, source : http://www.next-up.org/pdf/auxarbrescitoyens1.pdf)

(34- A.G. Johnson LIAKOURIS, Radiofrequency (RF) sickness in the Lilienfeld study. An effect of

modulated microwaves ?, Arch. Environm. Health, 53 : 236-238).

Précisions sur les symptômes des personnels de l’Ambassade :

« Neil Cherry (Directeur de l’Unité de Recherche en climatologie de l’Université Lincoln de Nouvelle Zélande-précision du collectif) rend compte d’une mise au point du professeur Goldsmith (Israël) à propos de la fameuse affaire de l’irradiation du personnel de l’ambassade américaine à Moscou. Cette irradiation existait sans doute depuis 1953 ; on s’en est rendu compte au début des années 60. Citons ici Cyril M. Smith et Simon Best dans « L’homme électromagnétique » (Ed. Encre, Paris, p.213) : « D’août 1963 à mai 1975, la fréquence fluctua entre 2,56 et 4,1 GHz, et l’intensité était stable à environ 5 microwatts/cm2 au point le plus exposé du faisceau. Deux rayons supplémentaires apparurent, l’un en janvier 1973 et l’autre en août 1975, et se maintinrent presque tous les jours, faisant parfois monter l’intensité à 18 microwatts/cm2. Lorsque l’écran protecteur fut installé en février 1976, celle-ci descendit à environ 2 microwatts/cm2, niveau auquel elle se maintint jusqu’à ce que toute radiation cessât brusquement en janvier 1979, pour ne réapparaître que brièvement en 1983 …puis quelque peu encore en mars 1988. En supposant une présence des employés dans l’ambassade de 40 heures par semaine, on peut conclure qu’ils ont subi une irradiation moyenne de 1 microwatt/cm2 allant parfois jusqu’à 4 microwatts/cm2 ».

Trois ambassadeurs successifs moururent d’un cancer... Mais le professeur Goldsmith fait remarquer que c’était l’état général du personnel de l’ambassade qui était intéressant à observer. Ils présentaient une augmentation statistiquement significative du nombre de globules blancs, et de celui des monocytes (triplé !), et une chute du pourcentage des neutrophiles qui réaugmenta plus tard en même temps que chutait le nombre de lymphocytes. Il y eut une augmentation des morts par cancer (15 sur les 31 femmes du personnel), y compris des leucémies, des cancers des voies génitales chez les femmes, et aussi des cancers chez les enfants. Une proportion anormale de ceux-ci souffraient d’anémie. La présence de cellules cancéreuses fut observée chez les membres du personnel de cette ambassade dans une proportion, par rapport à la moyenne générale de la population américaine, de 5 à 1,5 ». (http://www.teslabel.be/archives/lirradia.htm)

***

Pétitions à soutenir :

**Stop à la 5G, par Priartem et Agir pour l’Environnement

https://stop5g.agirpourlenvironnement.org/

80 000 signatures

**5G : NOUS EXIGEONS L’ARRÊT IMMÉDIAT DE TOUTE EXPÉRIMENTATION

https://www.mesopinions.com/petition/nature-environnement/5g-exigeons-arret-immediat-toute-experimentation/46193

par le collectif de Montpellier, 60 000 signataires

**Déploiement de la 5 G en France

150 000 signatures.

https://www.change.org/p/un-climat-de-changement-m%C3%A9dia-collaboratif-pour-%C3%A9veiller-%C3%A0-la-gravit%C3%A9-des-enjeux-%C3%A9cologiques/u/25699306

**L’urgence c’est la santé, la solidarité, pas la 5G, ni de nous pister

https://urgencesantepas5g.wesign.it/fr

par 95 associations et collectifs contre la 5G et stop-Linky.

***

Et si voulez savoir ce qu’il y a dans votre smartphone, regardez cette image éclatée :


Voir en ligne : Oui à la 5G, si ...


[1Au cas où, on signale que ceci est sur le mode ironique et en même temps non dénué d’interrogations sur les intentions des firmes ...

[2Par les collectifs aveyronnais d’information sur les objets connectés et champs électromagnétiques artificiels du Vallon, de Saint-Affrique, du Sud-Ouest-Aveyron.
(*Nous ne prônons pas l’expérimentation sur des humains, et refusons totalement la 5G, ce titre est donc ironique)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document