Comité Écologique Ariégeois

Association départementale agréée de protection de l'environnement en Ariège

...Il apparaît, en effet, avec une clarté toujours plus aveuglante que ce ne sont ni la famine, ni les tremblements de terre, ni les microbes, ni le cancer, mais que c’est bel et bien l’homme qui constitue pour l’homme le plus grand des dangers... Le suprême danger qui menace aussi bien l’être individuel que les peuples pris dans leur ensemble, c’est le danger psychique. (Carl Gustav Jung - 1944 : "L’Homme à la découverte de son âme")

Accueil > Actions > Aménagements en milieux naturels > Constructions > L’artificialisation des sols, en Ariège aussi.

jeudi 5 juillet 2018

L’artificialisation des sols, en Ariège aussi.

Le gouvernement vient de présenter son programme pour la défense de la biodiversité, notre département est concerné comme les autres, petit passage en revue ...

L’Ariège est un département rural, 4890 km2 de surface pour une population de 152 574 hab. (INSEE 2014), la densité de population y est particulièrement faible.
Cela se ressent sur la proportion de surfaces artificialisées (route, parking, bâtiments, terrain vagues).

Nos montagnes ne sont pas encore complètement envahies, remodelées, transformées pour toujours plus de revenus liés au tourisme.
Par contre la demande de construction de surfaces commerciales en zone péri-urbaine (les projets d’un LIDL à Larroques d’Olmes et d’un Carrefour au Fossat sur terrain agricole pour ne citer que les projets du jour) ainsi que l’extension sans limites des gravières en basse Ariège (Denjean) font craindre le pire pour notre département que l’on suppose préservé...

Les élus sont parfois perméables à cette idée de restreindre les constructions sur milieu naturel. A Montségur, le bâtiment d’accueil qui était prévu sur une zone protégée et "sacrée" pour le Catharisme a finalement été pensé dans la butte du parking, ce qui est un moindre mal.(Montségur)

Oui, notre taux de sol artificialisé est inférieur à la moyenne nationale, mais c’est une chance formidable pour les années à venir, et nous devons sauvegarder absolument notre particularité dans ce domaine.
Nos forêts, nos prairies, nos terres agricoles sont des trésors qu’il faut sauver. C’est ainsi que nous permettrons à nos descendants d’avoir la chance de vivre dans un territoire exceptionnel et de démontrer aux décideurs la pertinence de notre action.


Voir en ligne : Le gouvernement, la biodiversité et l’artificialisation des sols ...