Comité Écologique Ariégeois

Association départementale agréée de protection de l'environnement en Ariège

...Il apparaît, en effet, avec une clarté toujours plus aveuglante que ce ne sont ni la famine, ni les tremblements de terre, ni les microbes, ni le cancer, mais que c’est bel et bien l’homme qui constitue pour l’homme le plus grand des dangers... Le suprême danger qui menace aussi bien l’être individuel que les peuples pris dans leur ensemble, c’est le danger psychique. (Carl Gustav Jung - 1944 : "L’Homme à la découverte de son âme")

Accueil > Actions > Protection : Faune, Flore, Forêts > Chasse > Les Grands Tétras n’auraient pas dû être chassés dans les Hautes Pyrénées. Et (...)

mardi 5 décembre 2017

Les Grands Tétras n’auraient pas dû être chassés dans les Hautes Pyrénées. Et dans l’Ariège ?

Dans un jugement très attendu, le tribunal administratif de Pau vient de condamner l’Etat pour avoir autorisé, en parfaite illégalité, la chasse au grand tétras dans les Hautes-Pyrénées de 2008 à 2013. En effet le préfet des HP a donné, année après année, des autorisations de chasse alors que les tribunaux statuaient presque chaque année pour un arrêt des "prélèvements".

Pour Thierry de NOBLENS, Président de FNE Midi-Pyrénées [1] : « Il est absolument stupéfiant et scandaleux qu’année après année, le Préfet des Hautes-Pyrénées ait pris ces arrêtés en bafouant systématiquement les décisions de justice. Il est tout aussi scandaleux que les différents ministres de l’environnement aient systématiquement relevé appel de ces décisions et ce, alors que L’État lui-même avait engagé une stratégie de conservation de l’espèce. Nous lançons un appel solennel à M. Nicolas Hulot pour qu’enfin L’État prenne la mesure des menaces qui pèsent sur cette espèce et cesse de cautionner des quotas de prélèvement incompatibles avec l’état de conservation de l’oiseau en violation du droit de l’Union européenne. »

Pourquoi un moratoire des GT dans les Pyrénées

Nous signalons que chaque année, en Ariège, les délégués du CEA aux CDCFS, votent pour l’arrêt total de cette chasse. Nous demandons un moratoire de quelques années, le temps que cette population fragile se conforte. Cette année, l’ANA [2] a également voté contre. Mais face à une douzaine de représentants du lobby de la chasse, nos deux voix sont inaudibles et il semble difficile à l’administration de prendre une position claire et courageuse.
Peut-être que ces jugements des HP les feront changer d’attitude ?


Voir en ligne : COMMUNIQUÉ DE PRESSE 06/11/2017


[1et membre du CA du CEA

[2Association des Naturalistes Ariégeois