Comité Écologique Ariégeois

Association départementale agréée de protection de l'environnement en Ariège

Accueil > Actions > Protection : Faune, Flore, Forêts > Chasse > La chasse du cerf au brame, une pratique par trop répandue apparemment (...)

dimanche 18 octobre 2020

La chasse du cerf au brame, une pratique par trop répandue apparemment !

Un carnage qui ne dit pas son nom, une attitude vis-à-vis de la faune qui doit cesser !

MàJ 18 octobre 2020 Lu dans Le Lorain.fr
Après avoir émerveillé les photographes par sa stature et son brame puissant, ce cerf a été tué dimanche soir par des chasseurs.

Une dernière photo de ce joli 14 cors, qui nous a tenu plusieurs jours en haleine par ses rales puissants lors du brame ! Lorsqu’il sortait de sa forêt, le roi en imposait, la harde se tenait à carreau, et les jeunes daguets se mettaient à l’abri. !
Il a été "tiré" dimanche soir !😡😡 J’ai décidément beaucoup de mal à comprendre cette "chasse à trophée" ! Tout ça pour accrocher ses bois sur un mur ! Tellement simple de chasser le cerf en période de brame !

Le CEA vous comprend parfaitement Monsieur !


C’est une particularité chez les cervidés, au début de l’automne, jusqu’à la mi-Octobre environ, c’est la période de reproduction chez les cerfs (mâles) et les biches (femelles).
Mais cela ne se fait pas tout seul, cerfs et biches ne vivent pas en couples, la sélection est rude pour le mâle prétendant qui, une fois avoir triomphé de ses concurrents (un combat parfois très violent) aura le privilège (?) de copuler avec l’ensemble des biches des environs, tâche épuisante car ce cerf ne mange plus, vit sur ses réserves, et réalise cette performance quoiqu’il lui en coûte, guidé par son instinct, faisant abstraction de toutes autres contingences.

Il ne nous appartient pas de juger ici cette stratégie de survie avec nos références humaines, l’objectif on l’aura compris, c’est que le géniteur du coup soit le plus fort, le plus puissant, le plus agressif, ce qui permet à l’espèce, de générations en générations de conserver un bon niveau de robustesse, de rusticité, et cela explique que celle-ci soit toujours présente aujourd’hui en France et dans notre département en particulier depuis des millénaires, stratégie payante donc.

Cette particularité de l’espèce n’a pas échappée à la sagacité de certains chasseurs qui sont à la recherche d’un trophée majestueux à fixer au dessus de la cheminé de leur séjour, comme faire valoir et symbole de domination sur la mère nature.

Du coup, certains imaginent des sortes de safari ou, moyennant espèces sonnantes et trébuchantes (c’est cher, réservé aux chasseurs ayant des moyens importants) vont guider nos Tartarins, c’est assez facile, il suffit d’écouter et se diriger vers le cerf dont le brame s’entend à plus d’1 kilomètre.

C’est très beau d’ailleurs à écouter ces notes à la fois puissantes et graves, et d’ailleurs d’autres amateurs, pacifiques eux, vont aussi assister à ces manifestations sonores, par amour de la nature cette fois-ci.

Une fois le cerf à portée (quelques mètres), il n’y a plus qu’à tirer pour l’abattre, il ne participera donc plus jamais à la reproduction des futures générations, et comme le trophée doit être le plus majestueux possible, ce sont les plus beaux spécimens qui sont tués.

Le cerf, tout à son affaire, ne prend pas les précautions les plus élémentaires, cela lui sera fatal, sa stratégie de survie n’ayant pas prit en compte l’espèce humaine..

Ne nous le cachons pas, Il s‘agit bel et bien d’un carnage perpétré en exploitant une caractéristique comportementale des cervidés sans aucun respect vis-à-vis de cette espèce.

C’est à la fois une activité fort lucrative, juteuse même, et du coup l’Office National des Forêts (ONF) en a fait une vitrine commerciale en Ariège, (comme quoi la gestion forestière mène à tout … )

Nous avons reçu d’un adhérent du CEA le message suivant :

« Il y avait 2 dusters blancs ONF garés au "parking" du matin au soir, avec 2 agents ONF et un chasseur-touriste en treillis avec sac à dos et fusil. Ils sont montés au dessus, j’imagine dans le domanial, toute la zone fait partie du site natura2000. L’an dernier, ils avaient tirés dans la réserve de chasse plusieurs fois. Là je n’ai pas entendu les tirs mais j’ai vu les trophées transportés par 2 chevaux le matin, par un prestataire du village et un autre transporté par le chasseur-touriste le soir. Pas d’équipement spécial fluo ni de panneau avertissant la chasse au parking. Je m’indigne de cette pratique barbare, cautionnée ou pas par les agents ONF (qu’en dit le SNUPFEN ?). D’un côté, ils éditent des belles plaquettes où ils expliquent qu’il ne faut pas déranger les animaux et de l’autre ils vont tirer et décapiter les plus beaux cerfs en début de brame, pour du fric. Ce n’est pas de la régulation (a t-on vraiment des comptages précis, selon qui et selon quels critères ?), c’est du tourisme de riche en mal de domination. Bientôt ils vont faire payer la photo de l’ours et nous jeter des cacahuètes...  »
Notre adhérent a aussi enregistré ce brame à coté de chez lui avec en plus la réponse d’une biche visiblement intéressée :

Nous dénoncerons toujours au CEA ce type de comportement qui considère que les autres espèces (non-humaines) n’éxistent que pour servir de jouet à nous les humains. Nous formons un tout, l’ensemble du vivant, faune et flore confondues, notre survie ne tiendra que si nous parvenons à vivre dans le respect de tous, et ce n’est vraiment pas le cas ici...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document