Comité Ecologique Ariégeois

Association départementale agréée de protection de l'environnement en Ariège

LE COMITÉ ÉCOLOGIQUE ARIÉGEOIS A 40 ANS CETTE ANNÉE ! "40 ans, c’est l’âge où l’on devient ce que l’on est." Charles Peguy

Accueil > Actions > Eau > Eau domestique > Le blog de l’eau domestique en Ariège

samedi 23 novembre 2019

Le blog de l’eau domestique en Ariège

L’eau potable devient de moins en moins accessible. Ce qui avait été annoncé depuis longtemps advient inexorablement. Et que croyez-vous que font les décideurs de tous poils de cette information cruciale pour l’humanité ? Ils s’accaparent par tous les moyens possibles de la ressource en eau, des moyens de captage, de la distribution ... sous des dehors d’enfants de chœur qui ne pensent qu’au bien d’autrui. En réalité, en concentrant les pouvoirs de décision et d’exploitation sur cette ressource naturelle, ils créent un nouveau capitalisme local, régional, national dont la matière première est L’EAU. En Ariège, le SMDEA a déjà flairé la bonne affaire depuis des années. Les Communautés de Communes suivent ce schéma en s’appuyant sur la loi NOTRe qui porte bien son nom pour les élus locaux. Mais en oubliant les citoyens dans le NÔTRE. Ce blog va essayer de mettre au jour les différents dossiers ariégeois liés à l’eau domestique.

MàJ 23 Novembre 2019 - Dans les communes de la vallée ariègeoise du Douctouyre les habitants sont à nouveau privés d’eau potable depuis début novembre. C’est le deuxième épisode en deux ans.
En fin d’année 2018, pendant 83 jours sur une période de 4 mois, les communes de Roquefort-les-Cascades, Ilhat, Le Carla-de-Roquefort, Lieurac et Le Sautel n’ont pas pu boire l’eau du robinet, déclarée impropre à la consommation humaine par les autorités sanitaires.

Une interdiction de consommer l’eau du robinet liée à la forte présence de particules minérales en suspension appelée phénomène de turbidité.

Ce genre d’infos, fréquentes en Ariège, nous interpellent :

- Le SMDEA fait-il correctement son boulot ?
- Si l’eau du robinet n’est plus potable, elle est remplacée par de l’eau en bouteille, dont le coût écologique (matière plastique, transport routier ...) est franchement mauvais. Le SMDEA doit être capable de tirer les leçons du passé pour que ne se répète plus ces détériorations qui sont chaque fois des manques à ses obligations.
- Les énormes investissements englouties par les projets d’usines d’embouteillage d’eau en Ariège ne seraient-ils pas plus efficacement utilisés dans l’amélioration de la qualité de l’eau du robinet ?


MàJ 31 octobre 2019 - Les habitants d’Antras vous invitent, à l’occasion de la fête de leur village, le 11 novembre, à partir de 11h, à venir discuter, débattre, témoigner autour des enjeux de l’eau, qui dépassent le cadre du petit village qui résiste encore ou toujours à la privatisation (programme détaillé à venir très prochainement)


MàJ 30 octobre 2019 - il semblerait que les sénateurs aillent dans un sens inverse dans le transfert "obligatoire" de l’eau et de l’assainissement aux ComCom et Comd’Agglo. Une bonne nouvelle en attendant le vote de la loi ?
https://www.actu-environnement.com/ae/news/loi-engagement-proximite-eau-assainissement-senat-communes-communautes-communes-34316.php4#xtor=ES-6


21 octobre 2019 - Haro sur l’eau en Couserans !
Les communes de Le Port, Antras, Arrien en Bethmale, … qui se sont toujours investies efficacement dans la gestion de l’eau, se sont vues dépossédées, contre leur volonté, de cette gestion dans un contexte précipité.

"L’eau pour la vie, non pour les profits"

En cette période pré-électorale, les habitants d’Antras souhaitent attirer l’attention du plus grand nombre sur la gestion de l’eau, ainsi que sur les procédés très peu démocratiques utilisés par le président actuel de la CCCP [1], M. Vigneau. En effet, pour les Conseils Communautaires, où se prennent les décisions, les maires reçoivent, quelques jours avant seulement, plusieurs centaines de pages sur les dossiers à traiter. Les décisions sont prises sans que la majorité n’aie connaissance des dossiers, de sorte à faire taire les minorités, même quand celles-ci sont mieux informées.

Les habitants du village d’Antras ne l’entendent pas de cette oreille et s’estiment légitimes, quitte à rester dans l’illégalité : s’étant toujours occupés eux-même de l’eau de leur village, en accord avec les normes sanitaires, et ce de manière bien plus efficace et économique qu’une bureaucratie distante, ils vivent le transfert de la compétence « eau et assainissement » comme une décision arbitraire et inadaptée aux réalités locales et refusent de donner les clés de leurs installations d’eau aux représentants de la CCCP. C’est d’ailleurs le sens du projet de loi "Engagement et proximité" voté récemment par les sénateurs, qui proposent des intercommunalités "à la carte" et la "suppression pure et simple du transfert obligatoire de compétence eau et assainissement".

Après plusieurs batailles, nous avions finalement obtenu une négociation des termes de la convention de gestion de l’eau entre la commune et la CCCP. Mais aujourd’hui l’ensemble des habitants et des élus de la commune refuse de travailler à la réécriture d’une convention et dénonce de la part de la CCCP des allégations fausses, un non respect de la parole et des engagements pris, qui génère un climat délétère impropre à toute négociation.

Une pétition a été lancée sur internet : http://chng.it/DTG5xYJhvV


[1Communauté des Communes Couserans Pyrénées

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document