Comité Écologique Ariégeois

Association départementale agréée de protection de l'environnement en Ariège

...Il apparaît, en effet, avec une clarté toujours plus aveuglante que ce ne sont ni la famine, ni les tremblements de terre, ni les microbes, ni le cancer, mais que c’est bel et bien l’homme qui constitue pour l’homme le plus grand des dangers... Le suprême danger qui menace aussi bien l’être individuel que les peuples pris dans leur ensemble, c’est le danger psychique. (Carl Gustav Jung - 1944 : "L’Homme à la découverte de son âme")

Accueil > Actions > Protection : Faune, Flore, Forêts > Chasse > Grand Tétras : le CEA communique dans La Dépêche

mardi 7 mai 2013

Grand Tétras : le CEA communique dans La Dépêche

Le canard enchaîné publie également sur le Tétras

La Dépêche du Midi nous offre un droit de réponse aux affirmations gratuites de la Fédération de chasse dans leurs colonnes, au sujet du grand Tétras.

Le comité écologique ariégeois réfute l’analyse livrée par la Fédération de chasse dans nos colonnes (DDM du 25 mars), en ce qui concerne l’évolution de la population de grands tétras (coqs de bruyère) et de lagopèdes. « Nous avons obtenu dix jugements consécutifs qui nous sont favorables, rappelle Thierry de Noblens, du CEA. Ces jugements s’appuient principalement sur nos analyses chiffrées, qui témoignent d’un affaiblissement des populations de lagopèdes et de grands tétras. Or, nous n’avons pas les moyens d’effectuer nos propres comptages, et nous nous appuyons sur les chiffres de l’office des galliformes de montagne, de la fédération de chasse et de l’office national de la chasse et de la faune sauvage » ! Et de sourire : « Nous n’y sommes pas représentés, on s’en doute ». Plus sérieusement : « Il s’agit d’espèces en mauvais état, qu’il ne faut pas chasser dans ces conditions.

Selon le comité écologique ariégeois, la situation serait plus particulièrement préoccupante en Ariège, où les populations étaient particulièrement abondantes, et où les effectifs seraient en forte baisse. Le comité ecologique ariégeois conteste également le mode de prélèvement, et la question des carnets de chasse. « Tous les ans, trois cents à quatre cents chasseurs partent dans la nature, rappelle Thierry de Noblens. Qui contrôle les carnets de prélèvement ? Qui vérifie quels chasseurs les détiennent ? Un plan départemental serait nettement préférable ».

Le canard enchaîné et ses cousins les tétras...

Voir en ligne : Réponse du CEA dans La Dépêche du Midi