Comité Écologique Ariégeois

Association départementale agréée de protection de l'environnement en Ariège

...Il apparaît, en effet, avec une clarté toujours plus aveuglante que ce ne sont ni la famine, ni les tremblements de terre, ni les microbes, ni le cancer, mais que c’est bel et bien l’homme qui constitue pour l’homme le plus grand des dangers... Le suprême danger qui menace aussi bien l’être individuel que les peuples pris dans leur ensemble, c’est le danger psychique. (Carl Gustav Jung - 1944 : "L’Homme à la découverte de son âme")

Accueil > Ailleurs > Narbonne (Malvesi) : étude d’impact insuffisante et irrégularité (...)

samedi 19 novembre 2022

Narbonne (Malvesi) : étude d’impact insuffisante et irrégularité ...

Irrégularité de l’avis de l’autorité environnementale à propos du projet TDN de traitement des effluents

A côté de Narbonne, se trouve l’usine de traitement du minerai d’uranium. Traitement qui compte 6 étapes. Ce site fonctionne depuis 1959. La rétention d’informations est la règle dans le nucléaire. Le problème est qu’autour de ce site habitent des dizaines de milliers de gens qui ne sont pas du tout sensibilisés au risque que fait subir cette usine et ses lagunes d’épandage.
REPORTERRE enquête sur une recrudescence des cancers dans cette commune.

MàJ du 19 novembre 2022 -
La cour administrative d’appel de Marseille reconnaît l’insuffisance de l’étude d’impact et l’irrégularité de l’avis de l’autorité environnementale à propos du projet TDN de traitement des effluents à Malvési
Dans son usine de Malvési (banlieue de Narbonne), où l’uranium arrivé en France subit ses premières transformations, Orano Cycle a mis en place une usine de traitement des boues radioactives dénommée TDN, qui a recours à un procédé polluant et dangereux.

Le 21 octobre 2022, la cour administrative d’appel de Marseille a reconnu comme fondés deux des moyens soulevés par les associations Transparence des Canaux de la Narbonnaise (TCNA) et Réseau "Sortir du nucléaire" à l’encontre de l’arrêté du 8 novembre 2017 autorisant l’exploitation de TDN.

Après plusieurs années de procédure, c’est une première victoire en justice pour les opposants au projet TDN qui espèrent qu’elle n’est que le début d’une longue série.

Auparavent, les associations COL.E.R.E à Narbonne (COLlectif pour l’Environnement des Riverains Elisyiques à Narbonne) et RUBRESUS, ainsi que plusieurs riverains de l’usine AREVA/ORANO de Narbonne, avaient conjointement déposé le 8 mars 2018 un recours en annulation de l’arrêté préfectoral autorisant l’exploitation de l’installation TDN au sein de l’usine, auprès du tribunal administratif de Montpellier en mandatant le cabinet Atmos Avocats à Paris, spécialisé en droit de l’environnement.


MàJ 10 mars 2021 Extraits :
Alors qu’à Narbonne, le taux de cancers du poumon mortels est supérieur à la moyenne régionale, les regards se tournent vers le site de purification d’uranium de Malvési. Plusieurs études ont en effet relevé la présence d’éléments radioactifs dans l’environnement narbonnais. Des habitants réclament une large étude épidémiologique.

Vue générale de l’usine de Malvési, avec le parc de stockage des fûts au premier plan.

Depuis 15 ans, plusieurs études ont montré la présence continue d’éléments chimiques et radioactifs dans l’environnement du narbonnais. Pis, l’Agence régionale de santé (ARS) a mis en évidence une mortalité du cancer du poumon anormalement élevée dans la ville de Narbonne depuis 2004

Tout l’article ainsi qu’une vidéo


24 avril 2015
L’usine de Malvési intervient au niveau de la troisième étape (raffinage du concentré uranifère afin d’obtenir un uranium de qualité nucléaire) et de la quatrième (conversion du concentré raffiné en tétrafluorure d’uranium (ou, le cas échéant, en uranium métal). Compte tenu de la dangerosité des substances chimiques qui y sont entreposées et utilisées, le site de Malvési a été classé Sévéso II (autorisation de stockage pour 180 tonnes d’acide fluorhydrique).
Document complet de la CRIIRAD. (Clic droit et ouvrir dans un autre onglet...)
L’image ci-dessous sera plus lisible dans le document CRIIRAD précédent.

Malvési
Malvési, extrait page 2 du document CRIIRAD

Le site a été plusieurs fois malmené par les intempéries, ce qui a entraîné des débordements et des ruptures des lagunes de rétention des boues radioactives dans la nature avoisinante. Pour arroser les vignes rien n’est plus dopant que ces boues chargées !

L’atmosphère de la région est donc constamment contaminée par les particules radioactives emportées par les vents violents de la plaine narbonnaise, d’un côté jusqu’aux plages du littoral, de l’autre jusqu’à la ville de Lézignan selon le sens du vent.

L’usine emploie des sous-traitants dont la formation et la sécurité dans le travail n’est pas parfaitement assurée. Voir ces vidéos pour s’en rendre compte. (Clic droit et ouvrir dans un autre onglet...)

Qui dit traitement de l’uranium, dit transport des minerais et des produits "en devenir" car après le passage à Malvesi on amène les minerais sur le site du Tricastin (Drome) pour y être enrichi. Ce qui entraîne un contact plus ou moins suivi et important avec les populations le long du trajet et les employés des diverses entreprises dont la SNCF et les transporteurs routiers.

Un dossier complet et très documenté a été publié dans le magazine NEXUS n°97 page 66 à 87. Une fonction agrandissement permet de le lire confortablement.
Pour le lire sous forme scannée (mais moins net) :ici . (Clic droit et ouvrir dans un autre onglet...)
Sur ce dossier, voici une interview de Maryse Arditi. (Clic droit et ouvrir dans un autre onglet...)