Comité Écologique Ariégeois

Association départementale agréée de protection de l'environnement en Ariège

...Il apparaît, en effet, avec une clarté toujours plus aveuglante que ce ne sont ni la famine, ni les tremblements de terre, ni les microbes, ni le cancer, mais que c’est bel et bien l’homme qui constitue pour l’homme le plus grand des dangers... Le suprême danger qui menace aussi bien l’être individuel que les peuples pris dans leur ensemble, c’est le danger psychique. (Carl Gustav Jung - 1944 : "L’Homme à la découverte de son âme")

Accueil > Ressources > Archives > Les articles archivés et non publiés actuellement > <<Le 24 février 2014, je passe au tribunal correctionnel pour avoir (...)

mercredi 19 février 2014

On a peine à le croire !

<<Le 24 février 2014, je passe au tribunal correctionnel pour avoir refusé de polluer>>

C’est le monde à l’envers !

Une vague d’indignation traverse la France et l’Europe entière à l’annonce de la convocation, par le substitut du procureur de Côte d’Or, d’Emmanuel Giboulot, vigneron qui exploite dix hectares de vignes en biodynamie sur la Côte de Beaune et la Haute-Côte de Nuits en Côte d’Or.
Pour avoir refusé d’épandre des pesticides sur ses vignes, Emmanuel Giboulot encourt aujourd’hui jusqu’à six mois de prison et 30 000 euros d’amende.

On est outrés du fait lui-même, ensuite indignés de cette manœuvre d’intimidation contre les pratiques de culture saine, triste également de voir que très peu de monde réagit à cette ignominie.
Nous venons de choisir CYBER@CTEURS comme support de la pétition proposée au lieu de ISPN qui laisse des doutes subsister sur l’authenticité de leur philosophie.
Voir ci-dessous.

Ajoutons quand même que Sandrine Bélier, députée européenne EELV (Europe Écologie Les Verts) du Grand Est, a réagi à l’annonce de la convocation d’Emmanuel par le substitut du procureur, le 28 novembre dernier. ICI.

Et voici la pétition à signer (ci-dessous)


Ce 24 février, le jugement a été fixé au 7 avril. Les peines requises étant une amende de 1000€ dont la moitié avec sursis.


Voir en ligne : La pétition pour soutenir Emmanuel Giboulot