Comité Écologique Ariégeois

Association départementale agréée de protection de l'environnement en Ariège

...Il apparaît, en effet, avec une clarté toujours plus aveuglante que ce ne sont ni la famine, ni les tremblements de terre, ni les microbes, ni le cancer, mais que c’est bel et bien l’homme qui constitue pour l’homme le plus grand des dangers... Le suprême danger qui menace aussi bien l’être individuel que les peuples pris dans leur ensemble, c’est le danger psychique. (Carl Gustav Jung - 1944 : "L’Homme à la découverte de son âme")

Accueil > Ressources > Archives > Les articles archivés et non publiés actuellement > Adieu Le Monde, vive Reporterre...

vendredi 6 septembre 2013

Adieu Le Monde, vive Reporterre...

Ou comment Hervé Kempf retrouve sa liberté d’investigation...

Qui a dit que notre journal français "Le Monde" était un journal sans à priori, démocratique et impartial ? Hubert Beuve-Méry n’étant plus de ce monde, les lignes politiques du journal "de référence" semblent suivre de très près les orientations de ses propriétaires et donc du pouvoir politique en place...quel qu’il soit.
Le dernier avatar de cette compromission affichée est personnifié par la démission brutale mais annoncée de Hervé Kempf journaliste responsable de la chronique ECOLOGIE du MONDE.
Mais laissons-le parler :......

« Ce 2 septembre, quinze ans et un jour après y être entré, je quitte Le Monde : en ce lundi, le dernier lien juridique entre ce journal et moi est défait, par le « solde de tout compte ».

Que je quitte volontairement un titre prestigieux étonnera peut-être. Mais certes moins que la raison qui m’y pousse : la censure mise en œuvre par sa direction, qui m’a empêché de poursuivre dans ce journal enquêtes et reportages sur le dossier de Notre Dame des Landes.

Au terme de l’histoire que je vais ici retracer, il ne me restait qu’une issue, si je voulais conserver la liberté sans laquelle le journalisme n’a pas de sens : abandonner le confort d’un salaire assuré et de moyens de travail avant que soit étouffée la dernière marge d’expression qui me restait, la chronique Ecologie... »

La suite dans le site REPORTERRE dont il est le rédacteur en chef :ICI


Voir en ligne : REPORTERRE- qui sont-ils ?