Comité Écologique Ariégeois

Association départementale agréée de protection de l'environnement en Ariège

Il ne faut pas s’accrocher aux alternatives en se disant qu’elles vont changer la société. La société changera quand la morale et l’éthique investiront notre réflexion. Chacun doit travailler en profondeur pour parvenir à un certain niveau de responsabilité et de conscience et surtout à cette dimension sacrée qui nous fait regarder la vie comme un don magnifique à préserver. (Pierre Rabhi 21 avril 2020)

Accueil > Actions > Un agent rural du Val d’Aran soupçonné de la mort de l’ours Cachou

Un agent rural du Val d’Aran soupçonné de la mort de l’ours Cachou

mercredi 16 décembre 2020

Le jeune homme aurait participé à un complot visant à tuer le plantigrade dans la vallée d’Aran ; les écologistes soupçonnent que jusqu’à 140 personnes étaient au courant de ces intentions meurtrières.

D’après un article de Cronica global Traduction automatique de l’espagnol au français.

Il s’agit d’Aran Medán, l’agent rural arrêté et accusé, vraisemblablement, d’avoir participé à un complot visant à tuer l’ours Cachou, libéré dans les Pyrénées, en avril. Le fonctionnaire est l’un des sept inculpés par le juge de première instance et d’instruction numéro 1 de Vielha, Mijaran, qui enquête sur le jeune homme, mais également sur sept autres personnes. Ils pourraient être plus nombreux dans les prochains jours, car les écologistes soulignent que jusqu’à 140 personnes étaient au courant des intentions meurtrières d’un groupe influent de résidents de la vallée.

Tout cela doit être démontré au tribunal. Pour l’instant, le juge a cité huit personnes enquêtées, parmi lesquelles il y a deux agents environnementaux du Conseil général d’Aran (CGA) et un conseiller de l’opposition, José Antonio Boya. L’élu était titulaire du territoire au dernier mandat et avait des responsabilités dans le programme de réintroduction de l’ours dans l’enclave pyrénéenne. Aran Medán Guerrero, un agent rural de la CGA, les avait également, qui, selon les écologistes, auraient fourni les données du GPS inséré à Cachou pour lui tendre un piège et l’empoisonner. Ils doivent le prouver devant le tribunal, bien que les agents ruraux de Catalogne, qui pilotent l’enquête sur ordre de la togada, aient confirmé la fuite de données sur la position de l’animal.
"C’est quelque chose de jamais vu en Espagne"

Avec cela, les écologistes ont plus de munitions pour « aller jusqu’au bout et purifier les responsabilités » sur ce qu’ils appellent un « complot organisé » pour faire tomber Cachou. C’est arrivé en avril, lorsque l’ours réintroduit dans les Pyrénées a été retrouvé mort au fond d’un ravin aux (Valle de Arán). "Le Conseil a publié un communiqué de presse et a expliqué qu’un combat présumé avec un autre ours était la cause de la mort. Mais ceux d’entre nous qui connaissent le médium doutent de cette version, car les ours se battent, mais ils s’entretuent rarement", explique Roberto Hartasánchez, président. du Fonds pour la protection des animaux sauvages (Fapas).

L’organisation de défense des animaux avec les écologistes catalans d’Ipcena : "Il est devenu clair que ce n’était pas une mort naturelle. Certains d’entre nous ont déjà pointé du doigt l’empoisonnement lorsque nous avons observé que sur les photographies de la découverte du corps, l’ours avait un sourire sardonique - basculement des muscles du visage-", prévient l’activiste. Huit mois plus tard, le juge enquêtant de manière approfondie, Fapas prévient qu’il ne s’arrêtera pas. "Nous irons jusqu’au bout pour que les responsabilités soient clarifiées. Un complot pour tuer un ours est quelque chose de jamais vu en Espagne. Les morts sont normalement causées par des braconniers ou des chasseurs marginaux. Ce n’est pas le cas", déplore Hartasanchez.
"Nous avons gagné l’opinion publique : c’est maintenant le procès"

Il agira également en tant que chien de garde de l’autorité judiciaire et des agents ruraux d’Ipcena, également une personne dans l’affaire. Son porte-parole, Joan Vázquez, confirme qu’il y a déjà deux agents ruraux du Conseil d’Aran enquêtés pour la mort de Cachou. "Le juge a dû retirer l’enquête de la vallée et la remettre aux Mossos d’Esquadra et aux agents ruraux. C’est inouï", déplore l’écologiste. « Nous parlons de la formation d’un complot lié à des agents environnementaux, des hommes d’affaires avec des élevages de bétail et des chasseurs qui se sont entendus pour, soi-disant, tuer Cachou », illustre Vázquez.

Les opposants à l’ours se sont joints à un groupe WhatsApp qui comptait "jusqu’à 140 personnes", et dans lequel ils échangeaient des messages contre la réintroduction du mammifère. "L’opinion publique les a déjà condamnés, mais maintenant il faut gagner le procès. Il faut savoir qui a tendu le piège avec de la viande et de l’antigel", témoigne l’activiste. Selon lui, une fois que les complots pour tuer Cachou auront été découverts - le juge a autorisé une demi-douzaine de téléphones à être mis sur écoute - les accusés se défendront "en affirmant qu’ils ont participé au complot, mais qu’ils n’en étaient pas les auteurs matériels". Ipcena veut l’éviter et que la personne responsable soit trouvée et condamnée. « Il faut envoyer le message que tuer un ours coûte cher », ajoute la même source.
Suivi par GPS et empoisonné

La vérité est que quelqu’un l’a fait. L’ours Cachou a été retrouvé mort le 9 avril au fond d’un ravin de 40 mètres de profondeur dans la vallée d’Aran. Dans un premier temps, le Conseil général a souligné que le plantigrade était mort après avoir affronté un autre ours et être tombé dans la montagne. Cependant, une analyse d’urine réalisée lors de l’autopsie a révélé que l’animal était mort suite à la consommation de liquide antigel. Il en a bu entre le 25 et le 26 mars et est décédé deux semaines plus tard.

Le juge de la Chambre de première instance de Vielha Mijaran a ouvert une enquête pour crime présumé contre la faune sauvage en mai. Le parquet, en conversation avec ce média, indique qu’il suit de près la procédure. A l’issue de ces enquêtes, huit personnes ont été inculpées, dont Boya et Aran Medán. Le jeune homme, ancien candidat de la Convergence Démocratique Aranaise (CDA), est agent Environnement pour l’administration régionale. Fan de chiens, il apparaît comme l’un des participants à l’intrigue, selon les indications en la possession du juge. Le magistrat a ouvert une enquête principale et une autre, encore secrète, dérivée des écoutes téléphoniques pratiquées sur les opposants à la réintroduction de l’ours dans les Pyrénées.

Cet article a été préparé sans la version de la défense d’Aran Medán, qui n’a pas répondu aux exigences informationnelles de ce média.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document