Comité Écologique Ariégeois

Association départementale agréée de protection de l'environnement en Ariège

...Il apparaît, en effet, avec une clarté toujours plus aveuglante que ce ne sont ni la famine, ni les tremblements de terre, ni les microbes, ni le cancer, mais que c’est bel et bien l’homme qui constitue pour l’homme le plus grand des dangers... Le suprême danger qui menace aussi bien l’être individuel que les peuples pris dans leur ensemble, c’est le danger psychique. (Carl Gustav Jung - 1944 : "L’Homme à la découverte de son âme")

Accueil > Actions > "Forêts préservées" : Constituer un réseau de forêts en évolution naturelle dans (...)

"Forêts préservées" : Constituer un réseau de forêts en évolution naturelle dans les Pyrénées

jeudi 17 février 2022

Comme dans plusieurs régions françaises, des citoyens, des associations, des fondations tentent de soustraire à l’industrie du bois les forêts les plus anciennes, dont des forêts primaires. Ces forêts sont non seulement un patrimoine inestimable de plusieurs dizaines et centaines d’années mais également des "archives" de la biodiversité. Ce sont les raisons les plus évidentes de "Forêts Préservées"...

Alors comment ?

L’évolution naturelle consiste à soustraire une forêt de l’exploitation sylvicole.

L’écosystème forestier accomplit alors son cycle biologique naturel, de l’ordre de 300 à 400 ans. Il retrouve une biodiversité très riche, liée à son intégrité de fonctionnement.

Dans quel but ?

Alors que de nombreux territoires s’artificialisent rapidement, des forêts âgées existent encore tout le long des Pyrénées et de son piémont.

Forêts préservées se joint aux initiatives existantes œuvrant à la pérennité de ces habitats rares et relictuels, et à leur connectivité.

Par quel moyen ?

Par l’acquisition foncière : dons manuels, donations et legs de terrains forestiers, permettent à Forêts Préservées d’acquérir des sites à potentiel évolutif intéressant.

Quelles forêts ?

Vieilles forêts, massifs non pénétrés par des pistes, boisements non exploités depuis plusieurs décennies … deviennent alors des « cœurs de biodiversité », des lieux de quiétude pour la faune et la flore autochtones.

La pratique d’une sylviculture éthique et à faible impact environnemental est nécessaire pour de nombreux usages ; la préservation d’espaces où la forêt peut s’exprimer pleinement l’est tout autant.

C’est à ce deuxième volet que le Fonds consacre son énergie.

Et l’humain dans tout ça ?

Cette action collective recherche :

une meilleure harmonie entre l’humain et le reste de la nature,
une complémentarité avec les autres usagers de la montagne,
un partage équilibré de l’espace avec les habitats naturels,
une compréhension collective des enjeux existants.

Nous proposons à chaque citoyen d’y participer.

Selon les cas de figure, les accès sont limités, et les usages conservés ou adaptés, afin que perdurent ces objectifs. Les forêts sont toujours ouvertes à la promenade sur les sentiers. Dans le cas où des parties de parcelles soient des prairies pâturées, cet usage est conservé.