Comité Écologique Ariégeois

Association départementale agréée de protection de l'environnement en Ariège

Il ne faut pas s’accrocher aux alternatives en se disant qu’elles vont changer la société. La société changera quand la morale et l’éthique investiront notre réflexion. Chacun doit travailler en profondeur pour parvenir à un certain niveau de responsabilité et de conscience et surtout à cette dimension sacrée qui nous fait regarder la vie comme un don magnifique à préserver. (Pierre Rabhi 21 avril 2020)

Accueil > Ressources > Espèces -dites-nuisibles : le Conseil d’État repêche plusieurs espèces de la (...)

Espèces -dites-nuisibles : le Conseil d’État repêche plusieurs espèces de la liste qui seront donc plus ou moins sauvées cette année

vendredi 9 juillet 2021

La Haute juridiction administrative sort de la liste des "animaux susceptibles d’occasionner des dégâts" :

le putois sur tout le territoire,
la martre dans l’Ain, la Moselle et les Hautes-Pyrénées,
la pie bavarde dans le Loiret et le Val-d’Oise,
l’étourneau sansonnet dans la Marne,
le renard roux dans les Yvelines, une partie des Vosges, l’Essonne et le Val-d’Oise.

En revanche, le Conseil d’État juge que la fouine et la pie doivent être inscrites sur la liste pour ce qui concerne le Calvados.

(ajout du rédacteur) :

Ils auraient pu inscrire l’espèce humaine dans cette liste, tant c’est vraiment notre espèce qui cause le plus de dégâts à la nature !

Cette décision a été rendue à la demande de plusieurs associations de protection de la nature : Oiseaux-Nature, Rassemblement pour une France sans chasse, France Nature Environnement (FNE), Association pour la protection des animaux sauvages et du patrimoine naturel (Aspas), Ligue pour la protection des oiseaux (LPO). L’arrêté avait aussi été attaqué par la Fédération départementale des chasseurs du Calvados pour des raisons opposées.

« Plusieurs milliers d’animaux sont donc sauvés au moins jusqu’au 30 juin 2022, date du renouvellement du classement des "nuisibles" », se réjouit l’Aspas sur Twitter. « Une victoire en demi-teinte » tempère la LPO. Si l’association se félicite de la décision concernant le putois, espèce inscrite depuis 2017 sur la liste rouge nationale des mammifères menacés, elle l’estime en revanche décevante pour les autres espèces. « Beaucoup trop d’animaux continuent (…) d’être indument tués chaque année en raison de leur classement Esod, dont des centaines de milliers de renards », s’indigne la LPO. L’ONG demande à la ministre de la Transition écologique de fonder le nouvel arrêté triennal, qui doit être signé en 2022, sur des données scientifiques, techniques et économiques.
(Actu-environnement)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document