Comité Écologique Ariégeois

Association départementale agréée de protection de l'environnement en Ariège

Accueil > Ailleurs > Les mercenaires de Wagner, l’alliance du crime et de la destruction des (…)

Les mercenaires de Wagner, l’alliance du crime et de la destruction des écosystèmes

samedi 11 février 2023

Article de REPORTERRE sur les méfaits de cette "armée" parallèle. Quelques extraits de l’article :

Mines, hydrocarbures, richesses locales... Les mercenaires russes de Wagner continuent de s’enrichir sur le dos de l’environnement et des peuples. En Ukraine comme en Afrique.

Prédation, violence et business. Tel est le credo du groupe paramilitaire russe Wagner. Depuis le début du conflit en Ukraine, cette armée privée ne cesse de gagner en influence. Son essor rapide éclaire les nouvelles logiques de la guerre dans une époque marquée par la crise écologique et la compétition générale pour l’accès aux ressources naturelles.
...........................................................................................
Les hypothèses restent encore ouvertes pour comprendre les enjeux de la bataille en cours. Mais il est fortement plausible que Wagner tente de se positionner, et de prendre à l’avenir possession de ce type d’infrastructures. Ailleurs, dans d’autres conflits de haute intensité, cette prédation est sa marque de fabrique. Depuis 2014, elle a monnayé ses prestations de sécurité contre des ressources naturelles et s’est peu à peu professionnalisée dans l’extractivisme. Avec la complaisance du Kremlin.
............................................................................................
On estime que 70 % de l’or soudanais sort clandestinement du pays. Les concessions minières de Wagner pourraient stimuler les réserves aurifères de Moscou et aider Vladimir Poutine à contourner les sanctions économiques liées à la guerre en Ukraine.
............................................................................................
Ces contrats ne sont pas non plus sans conséquences pour l’environnement. Les méthodes de Wagner traduisent une obsession pour le productivisme. « C’est du business sauvage et agressif, résume Charles Bouessel. Sans normes, sans transparence ni contrôle. » Dans les différents pays où le groupe s’implante, Wagner industrialise l’extractivisme. Il le brutalise. En Centrafrique, selon une enquête de l’European Investigative Collaborations, les abatteurs de sa société Bois rouge couperaient 15 à 20 arbres par jour, soit trois fois plus que la norme pratiquée dans d’autres concessions.
............................................................................................
Wagner se différencie néanmoins par le fait qu’il est autant un groupe militaire qu’un groupe financier et minier. Il a su internaliser ses services pour gagner en profit et en autonomie. « L’émergence de ce type d’acteur traduit la tension accrue pour les ressources naturelles, explique Jean-Paul Valantin, chercheur en études stratégiques et sociologie de la défense. Alors qu’elles viennent à manquer, la compétition pour leur accès devient de plus en plus violente. À l’avenir, avec le réchauffement climatique et la crise écologique, ces milices privées risquent de proliférer. »

L’article de REPORTERRE

"Chevaliers" ou les cavaliers de l’apocalypse ? La 2ème version est plus conforme.

Un article de la BBC en français en fait l’historique, ICI.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par les responsables.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.