Comité Écologique Ariégeois

Association départementale agréée de protection de l'environnement en Ariège

Il ne faut pas s’accrocher aux alternatives en se disant qu’elles vont changer la société. La société changera quand la morale et l’éthique investiront notre réflexion. Chacun doit travailler en profondeur pour parvenir à un certain niveau de responsabilité et de conscience et surtout à cette dimension sacrée qui nous fait regarder la vie comme un don magnifique à préserver. (Pierre Rabhi 21 avril 2020)

Accueil > Ressources > Un rapport sur les pesticides dissimulé par le ministre de l’Agriculture pour (...)

Un rapport sur les pesticides dissimulé par le ministre de l’Agriculture pour masquer ses échecs

jeudi 24 mars 2022

En juillet 2020, le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie missionne des experts du ministère de l’Agriculture, du ministère de l’Ecologie et d’Inspection Générale des Finances sur l’efficience des fonds publics dédiés à la réduction de l’usage des pesticides. En mars 2021, le rapport est remis mais non rendu public, alors que des recommandations pouvaient être appliquées dès 2021, en particulier celles visant la réorientation des subventions de la politique agricole européenne (9 Milliards d’euros pour l’agriculture française chaque année), politique qui se négociait alors. Après plusieurs demandes et saisine de la Commission d’accès aux documents administratifs, France Nature Environnement a pu se procurer ledit « rapport ».

Il est clair qu’après les grandes ambitions et actions intéressantes au début du quinquennat avec les Etats Généraux de l’Alimentation, la loi Alimentation, la mise à jour du plan Ecophyto, les efforts se sont rapidement essoufflés et les renoncements ont été nombreux avec la poursuite de l’utilisation des néonicotinoïdes et du glyphosate et l’échec de la diminution d’usage global des pesticides sensée tendre vers le –50% à 2025”, analyse Thibault Leroux, chargé de mission Agriculture à France Nature Environnement.

Résumé des préconisations du rapportpour bien commencer le quinquennat 2022-2025  :

De la volonté politique et une vision affirmée

· Revoir le pilotage du plan Ecophyto avec une coordination affirmée du délégué interministériel.

· Avoir une stratégie explicite de massification des pratiques économes en mobilisant la conditionnalité de la PAC, et viser une plus grande convergence entre la PAC et le plan Ecophyto de réduction de l’usage des pesticides

· Aligner les autres politiques sur la sortie des pesticides  : installation, foncier, projets alimentaires territoriaux.

· Assumer des modèles agricoles à promouvoir et ceux qui doivent être freinés comme les exploitations céréalières sans élevage très dépendantes des intrants de synthèse.

Des incitations et accompagnements financiers à mobiliser davantage

· Renforcer la redevance pour pollutions diffuses. Selon le rapport “Une redevance pour pollutions diffuses fixée au même niveau que la taxation des produits pétroliers – soit 60% du prix final des produits pétroliers – rapporterait près de 1.3Md€”.

· Rémunérer les agriculteurs pour les efforts et prises de risque permettant des réductions effectives de pesticides, notamment via la Politique agricole commune.

· Assumer le déploiement de l’agriculture biologique dont les bénéfices pour l’environnement et la santé sont nombreux et un accès à l’alimentation agriculture biologique à tous.

Une responsabilisation des acteurs

· Avoir un engagement sur l’usage des pesticides contraignant des filières agricoles et des chambres d’agriculture, régulièrement évalué par les autorités publiques.

· Réformer la formation des conseillers agricoles qui délivrent le conseil stratégique et limiter l’usage des pesticides les plus à risques par une délivrance d’une prescription “sur ordonnance” du conseiller agricole. Le certificat d’utilisation de pesticides (Certiphyto) contrôlant peu les acquis des futurs usagers est également à réformer.

· Assurer un suivi transparent, annuel et non partiel sur l’évolution de l’usage des pesticides : site internet avec toutes les informations, déclinaison opérationnelle des indicateurs NODU (Nombre de Doses Unités) au niveau des filières, des petites zones agricoles, de l’exploitation.

 Tu fais quoi avec l’argent du label HVE ? - J’achète mes pesticides

· Renforcer les contrôles des agriculteurs et les pénalités des pratiques agricoles en matière de pesticides.

· Durcir les obligations en matière de pesticides dans les labels : label rouge, AOP, IGP, HVE.

Le rapport est ICI


Prolongement militant :
Le film Secrets Toxiques étant maintenant disponible, charge à nous de le faire voir au plus grand nombre, avec un message clair : Exigeons que, conformément à la loi, l’évaluation des pesticides soit correctement réalisée avant leur commercialisation. Si cette évaluation était bien faite ce serait la quasi-totalité des pesticides chimiques qui seraient interdits.

Pour partage dans vos réseaux, vous trouverez en ligne :

Le film : https://www.youtube.com/watch?v=Q0-7iu7Bgeg&t=3s
La bande-annonce : https://www.youtube.com/watch?v=aV_dO8tlyxE&t=1s
La page dédiée au film de secrets toxiques : https://secretstoxiques.fr/projections-du-film-secrets-toxiques/

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document