Comité Écologique Ariégeois

Association départementale agréée de protection de l'environnement en Ariège

...Il apparaît, en effet, avec une clarté toujours plus aveuglante que ce ne sont ni la famine, ni les tremblements de terre, ni les microbes, ni le cancer, mais que c’est bel et bien l’homme qui constitue pour l’homme le plus grand des dangers... Le suprême danger qui menace aussi bien l’être individuel que les peuples pris dans leur ensemble, c’est le danger psychique. (Carl Gustav Jung - 1944 : "L’Homme à la découverte de son âme")

Accueil > Ressources > Vols d’arbres centenaires à Perles et Castelet : le forestier condamné à neuf (...)

Vols d’arbres centenaires à Perles et Castelet : le forestier condamné à neuf mois de prison ferme et à de fortes amendes

mercredi 2 mars 2022

Le tribunal correctionnel de Foix a condamné, mardi 15 février, Manuel Bautista, un exploitant forestier espagnol, à dix-huit mois d’emprisonnement, dont neuf mois ferme, pour avoir coupé illégalement près de quatre cents arbres, dont une centaine de chênes centenaires, dans la commune de Perles-et-Castelet (Ariège), pendant l’automne 2020 et l’hiver 2021. Le tribunal a précisé que cette peine ne serait pas aménageable.

Une partie des dégâts forestiers

Des amendes de 40 000 euros pour le forestier à titre personnel et de 100 000 euros pour sa société d’exploitation ont également été prononcées. A cette condamnation pénale s’ajoutent des dommages et intérêts pour les treize personnes reconnues parties civiles. Le tribunal se prononcera sur leur montant le 26 avril, mais il a d’ores et déjà demandé que 63 000 euros, soit 4 000 euros par plaignant, soient versés à titre de provision. Les parties civiles évaluent leur préjudice à près de 200 000 euros.
Pour voir l’article du Monde, cliquer ici

***

Pour Jérôme Moret, conseiller forestier au centre régional de la propriété forestière, la coupe rase de «  la plus belle forêt du secteur de Perles-et-Castelet  » ne doit pas être jugée de manière isolée mais à l’aune de ce qui a trait ailleurs de façon à mettre un terme définitif à des pratiques qui perdurent et qu’il qualifie purement et simplement «  de vol organisé.  »
LDDM du 10/121.2022