Comité Écologique Ariégeois

Association départementale agréée de protection de l'environnement en Ariège

...Il apparaît, en effet, avec une clarté toujours plus aveuglante que ce ne sont ni la famine, ni les tremblements de terre, ni les microbes, ni le cancer, mais que c’est bel et bien l’homme qui constitue pour l’homme le plus grand des dangers... Le suprême danger qui menace aussi bien l’être individuel que les peuples pris dans leur ensemble, c’est le danger psychique. (Carl Gustav Jung - 1944 : "L’Homme à la découverte de son âme")

Accueil > Ailleurs > Faut-il tuer les renards ? En Meurthe-et-Moselle la justice dit non (...)

Faut-il tuer les renards ? En Meurthe-et-Moselle la justice dit non !

mercredi 5 décembre 2018

Mercredi 28 novembre a eu lieu l’audience pour le référé suspension de l’arrêté préfectoral de Meurthe-et-Moselle, autorisant des tirs de nuit sur 500 renards sur les trois derniers mois de 2018. Et la décision du tribunal est en faveur des renards !
Même si une centaine d’entre eux ont, malgré ce verdict, déjà été massacrés de nuit en Meurthe-et-Moselle cet automne, fort heureusement, pas les cinq cents voulus par la fédération locale des chasseurs qui avait quasiment guidé la main du préfet pour ce texte.
L’association One Voice (combat non violent pour les droits des animaux et le respect de toute vie) a initié ce recours avec le soutien des associations ASPAS, Flore 54 et GEML.

Le but était de défendre les renards, restaurer leur réputation et combattre les arguments fallacieux des chasseurs. De l’aveu même du représentant de la préfecture, l’arrêté a été publié à leur demande, et motivé selon leur argumentaire. En Meurthe-et-Moselle comme souvent, les fédérations de chasseurs ont un poids politique fort, et font quasiment ce qu’ils veulent de la nature, avec l’assentiment des pouvoirs publics. Cet état de fait est devenu insupportable pour la population de mieux en mieux informée de la réalité, à savoir l’état alarmant de la biodiversité toujours plus mise à mal. En témoigne la présence à nos côtés de plusieurs citoyens, venus assister à l’audience de leur propre initiative, ce qui n’est pas fréquent. Comme un rappel subliminal aux 90% des avis donnés lors de la consultation publique qui étaient opposés à cet arrêté.
Un exemple à suivre ...


Voir en ligne : One Voice au tribunal de Nancy, au secours de 500 renards traqués par la Préfecture !